Forum RPG de fantasy médiévale
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

L'avenir des peuples dépendra des peuples.
Le Peuple de l'Avenir, lui, dépendra de l'Avenir...
[Louise Abraham]

Par les Chutes ! Quand il fallait gagner une bataille,
l’Histoire ne retenait pas l’honneur.
L'Histoire retenait le vainqueur.

[Adriano Di Marechialo]

L'amer est l'écume du souvenir.
[Camiy Saint-Syr]

Ils me reprochent d’abuser de la crédulité des gens.
Pourtant, mon métier est semblable à celui du berger:
j’élève des moutons dans le but de les tondre…
[Ometeotl Jahar]

Il vaut mieux se retrouver devant des Orcs en colère plutôt que devant des nobles
et des politiciens.
Quand un Orc veut te tuer, il le fait savoir clairement
et, généralement, sous tes yeux.
[Barry Toothpick]

Miséricordieux, j’avalerai vos supplications, délices de ma victoire !
[Rubis Solime De Babaux]


Le proverbe "Il faut battre le fer tant qu'il est encore chaud" marche aussi avec les elfes...
[Walgrim Grindal]

Litanie de larmes, symphonie en pleurs majeurs.
Rater une mesure, repartir à zéro. Mélodie funeste.
Danse macabre, l’effleurer et puis s’en retourner pleurer.
Seul.
[Sheren]

Il suffit d’un seul regard
entre deux coups de hache et quelques têtes coupées
pour que leurs destins soient scellés à jamais.
[Kalea Grindal]

Ma soif de vengeance s’est tue dans un murmure :

Le silence…
[Cronose]

Le pire n'est pas de mourir, mais d'être oublié.

[Erwan D. Layde]

Il n'existe ni de mauvais, ni de bon,
Seulement des divergences d'opinion.
[Isarus]

La maîtrise d'une épée doit être apprise, exercée et maitrisée. Le jeune apprenti du forgeron ne commence pas
par forger une belle épée
pour le prince. L'apprentie tapissière ne tisse pas le tapis préféré de la reine
avec ses premiers fuseaux.
Ainsi, le rhéteur fait ses premiers discours à son miroir et le soldat se bat d'abord
contre un mannequin, et non contre son ennemi mortel.

[Maël Theirmall]

L'Harmonie passe aussi par la Diversité,
tel le ciel embrasé d'une soirée d'été.
[Laranith]

Un par un, il traîna les corps jusqu’à la falaise et les jeta à la mer afin de leur offrir une sépulture rapide...

Et afin de libérer la clairière de ces putrides émanations. La nature n’avait pas à contempler la folie des hommes.
Elle n’avait pas à supporter la barbarie des êtres qu’elle avait un jour engendré...
[Trucid]

Partagez | 
 

 Azalée Sibylle Proserpina.

Aller en bas 
AuteurMessage
Azalée S. Proserpina

avatar

Messages : 13
Date d'inscription : 19/04/2012

MessageSujet: Azalée Sibylle Proserpina.    Jeu 19 Avr - 10:57

Hélas, Madame...



Nom & Prénom.
Azalée Sibylle de la Maison Proserpina.
Âge.
Une trentaine d'années, bien que son visage paraisse un peu jeune.
Sexe.
Féminin.
Ethnie.
Vampire.
Métier ou statut.
Dans les temps où sa famille était encore présente dans la noblesse vampirique, elle était Dame de leur domaine. Désormais, elle erre simplement là où ses peurs l'entraînent.

Description caractérielle.
    ✗ Très instable psychiquement, parfois proche de la schizophrénie.
    ✗ Paranoïaque, dû à certaines hallucinations dont elle est victime.
    ✗ Phobique, elle a plusieurs peurs viscérales qui la poursuive et la hante.
    ✗ Partiellement amnésique, elle a oublié une grande partie de son enfance et adolescence.
    ✗ Anémiée, Azalée n'est pas consciente de son état de vampire, elle ne se « nourrit » que rarement, et elle oublie à chaque fois qu'elle a fait.
    ✗ Dotée d'une imagination débordante, empiétant ainsi sur la réalité. Elle vit baignée dans ses idées dépourvu de sens et macabres.
    ✗ Empathique. Sensible. Endurante malgré les apparences. Nulles besoins d'autres explications.

Description physique.
    ✗ Dotée d'une longue chevelure noire et parfois bouclée.
    ✗ Peau extrêmement pâle, logique, marquée de cicatrices sur divers endroits.
    ✗ Prunelles grises, presque translucides.
    ✗ Moyennement grande de taille, et très mince.
    ✗ Colonne vertébrale assez apparente.

Équipements et vêtements.
    ✗ Vêtue la plupart du temps de vêtements de qualité, généralement des robes, toujours noires, #.
    ✗ Garde souvent avec elle, un sac en cuir rempli de parchemins aux écritures étranges, divers breloques comme des colliers ou des pendentifs. Composants s'apparentant à des objets de culte.
    ✗ En guise d'arme, un glaive ancien mais pourtant très bien conservé et entretenu, gravé sur la lame de motifs floraux et au manche couleur or, lui aussi gravé, #. Elle ne s'en sert que rarement pour ne pas l'abîmer, ainsi, elle garde aussi une dague en cristal noir avec elle, pour les utilisations plus fréquentes...
    ✗ Évidemment, quelques effets personnels restent toujours en sa possession.


Particularités magiques.
Elle n'en a aucune, sauf si l'on considère sa capacité -inconsciente- à résister à la soif de sang propre à sa race, est une aptitude magique. Mais sinon, elle ne maîtrise rien.

Comment avez-vous connu Céleste Fantaisie ?
J'ai exploré le net à dos de bouc et je suis tombée sur ce forum. C'est trop pratique d'avoir un bouc avec soit.

Histoire.
Dans les flammes froides de la nuit, la Maison Proserpina étendait son règne silencieux et glacial, dans la communauté vampirique de l'Empire dit Infernal. Prétendant descendre de la grande Proserpine, vampire ayant vécu nombres de siècles, voir quelques millénaires, il est dit dans les légendes de la famille, que le jour, elle prenait la forme d'une statut de pierre. Ainsi, comme une créature diurne, elle attendait la nuit pour assouvir sa soif régulière. Avide, et sans pitié, elle se nourrissait d'humain, qu'elle gardait parfois avec elle, jusqu'à ce qu'elle en choisisse un, le transforme et que la descendance s'enclenche. Sa mort aurait été dû au Syncrétisme. Le soleil, éternel, aurait fait craqueler son armure de pierre, et il ne serait resté que des cendres. Ainsi, la mort de Proserpine fut nommé l'Harmaguédon. Mot propre à la famille, signifiant littéralement, une chose lourde, puissante, s'écrasant sur le monde pour tout détruire. Le soleil aurait donc été l'Harmaguédon de leur ancêtre directe. Proserpine.

L'on raconta cette histoire à Azalée, tôt, comme à chacun des enfants vampires de la maison Proserpina. Leur inculquant tel un principe, cette légende. Elle en fit sa propre interprétation, de son imaginaire survolté. Aux côtés de son frère jumeau, Dimitri, elle grandit dans cette légende de l'Harmaguédon Soleil. Son frère lui, était un jeune vampire extrêmement secret. Il ne parlait que rarement, et toujours à sa sœur. Lui racontant des histoires de Seigneur dissimulé dans les entrailles du monde, attendant sur son trône, entouré de ses apôtres, une nouvelle fin du monde. Il lui racontait que ce seigneur veillait sur eux-deux, car ils étaient jumeaux élus. Azalée était jeune, comme amoureuse de cet être qui lui ressemblait et qui était né juste avant elle. Mais, le temps faisait son travail. Il passait, s'étendait. Donnant ainsi de plus en plus de maturité aux enfants Proserpina. Dimitri était devenu aussi avide de sang et de chair que son ancêtre. Fou, fanatique, persuadé d'être un élu quelconque. Mais il aimait sa sœur. Il ne voulait qu'elle. Il était un Roi, et il voulait sa reine. Une seule et unique reine. Il voulait l'immortalité. Aux côtés de sa Reine.


Volée.:
 

Enfance saccagée. Adolescence brisée. Elle a tout oublié désormais.


Un jour, plus âgée, Azalée s'était réveillée. La mémoire vide, comme drainée, purgée. Près de son lit, guettant sa vie, celui qui avait été nommé comme son valet, son serviteur. Elle réclama son frère, il lui dit que Dimitri était parti. Pressentiment. Menace interne. Externe. Désormais, chacun de ses rêves étaient hanté par Lui. Ce seigneur qui prenait parfois le visage de son frère. Souvent même. Elle ne savait pas pourquoi, ne comprenait pas. Elle voulait simplement qu'il sorte des boyaux du monde pour venir la sauver. La sauver de quoi ? Aucune idée. Sa famille se dissipait petit à petit. Elle les voyait tous disparaître. Se laissant brûler sous le soleil. Et la nuit, elle priait, elle priait et donnait son sang. Alors, Daniel, la seule personne qu'il lui restait venait sécher ses larmes et nettoyer ses blessures. Elle lui demandait, pourquoi le Seigneur ne venait pas la sauver. Il la prenait contre lui, caressant ses cheveux. « Hélas Madame, le Seigneur n'entend pas. » Elle continuait, continuait sans cesse. Son passé n'existait plus. Elle ne savait même plus qu'elle était vampire, qu'elle avait besoin de sang. Pour elle, c'était une maladie. Une maladie qui la broyait de l'intérieur. Parfois elle avait mal, sa gorge semblait vouloir vomir du feu. Mais rien ne sortait. Daniel l'apaisait alors, la nuit, avec un liquide au goût de fer et à l'odeur viciée.
Des peurs vinrent encrasser son esprit alors, la persuadant de prier en vain ce Seigneur qui avait tant de noms. A elle seule, elle avait inventé un culte, sûre de son existence. Elle priait sans cesse, errait, craquait parfois. Abandonnant Daniel aux ruines de leur domaine, il lui arrivait de revenir. Elle pleurait alors, lui demandant pourquoi toute sa famille était morte. Il lui disait qu'ils étaient parti, tout comme Dimitri.


La réalité était autre. Azalée avait sacrifié sa famille entière,
pour essayer de retrouver son Seigneur, son frère.
Mais Hélas, le Seigneur n'existe pas.


Mémoires.

Le vent se glissait partout. Dans les fissures de son être, aux creux de ses cheveux tirés pour former un chignon négligé, qui laissait des mèches tomber sur son visage. Ce visage d'albâtre. Prunelles dissimulées. L'œil souligné d'une cerne violacée. Ses bras, le long de son corps. Elle restait là, sous le vent. Je l'écoute. Elle ne ploie pas. Elle écoute le chant froid qui touche ses oreilles. Aussi froid qu'elle, peut-être moins. Son corps était gelé. Engoncé dans un tissu noir et long. Le buste coincé dans un corsage. Ses poignets brûlaient. Les cicatrices étaient fraiches. Des traces rouges étaient restées sur ses mains graciles mais osseuses. Il n'était pas là pour les nettoyer. Elle l'avait fui. Alors, elle était venue le revoir, après des mois d'absence, de silence. Serviteur dévoué. Dans son ventre, remuaient ensemble le remord et la peur. Le remord de revoir les cendres, le Domaine détruit. Le remord de venir retrouver un être délaissé, abandonné. Sans le moindre mot. Sans un merci. La peur, la peur toujours. La peur qui jamais ne meurt. La panique, l'angoisse qui forment la peur. Peur de vivre. Peur de mourir. Peur de se perdre. Peur de l'abandon. Peur que jamais il ne vienne, Lui.
Une voix s'élève. Familière et calme. Le vent la tait légèrement, mais elle entend. Ses paupières se relèvent alors, laissant voir ses yeux gris. Si gris. Comme un lac transparent. La silhouette de l'éternel valet, à jamais dévoué. Elle se dessine un peu plus loin.


« Quel plaisir de vous voir ici Madame... »

Elle leva les yeux sur la ville qui apparaissait derrière lui. Le Domaine n'était pas là. Le Domaine n'était pas si près d’Éclipse. Il était plus loin, à proximité de.. L'Endiablée.. Mémoire insensé. Elle ne savait plus où était cette ville. Mais le Domaine n'était pas là. Elle s'était trompée. Pourtant, Daniel lui, était bien là. Son odeur, sa présence encrées en elle, comme une cicatrice éternelle. Elle l'avait senti, l'avait suivi. Trouvé. Mais pourquoi était-il ici ? Éclipse. Une ville au nom familier lui aussi. Elle n'y était jamais allée, elle l'avait juste vu. Azalée recula, choquée, effrayée. Voyant les fondations se dressaient, à l'écart du reste du monde. Elle voulait revoir Daniel, elle voulait qu'il l'a serre dans ses bras. Pourtant, la peur de ces monuments la forçait à reculer. Ses pas partaient vers l'arrière. Trébuchant sur sa robe, elle s'effondra sur le sol dur. Il est notre vrai Père, Azalée. Il est notre seul et unique Père.
Étendue au sol, le regard vers le ciel. Crépuscule de rancœur. Cette phrase avait résonné en elle, comme un souvenir hurleur, qui avait frappé contre les parois de son crâne, créant un écho. Un vrai Père. Un seul et unique vrai Père. Qui lui avait dit ça ? Quand ? La voix, elle l'a reconnaissait. C'était celle qu'elle chassait sans cesse. Celle qu'elle voulait entendre, la nuit quand elle pleurait sur ses mains blessées. Que ses larmes grises gisaient sur ses lèvres gercées. Que sa gorge brûlait comme un brasier immense, un bûcher. Son propre bûcher. Elle était malade. Tellement malade.
Des bras se saisirent de son dos et son buste. Les siens. Il s'était rapproché. Silencieux. Son souffle parlait pour lui. Sa respiration était calme et concentré. Il ne lui voulait rien. Il voulait, comme toujours, prendre soin d'elle. Alors, il la serra contre lui, sentant les sanglots secouer le corps d'Azalée, comme toujours. Elle pleura, un long moment. Demandant sans cesse pourquoi son Seigneur ne venait pas, pourquoi il ne répondait pas à ses appels. Ainsi, comme à chaque fois, en caressant ses cheveux de jais, il lui répondit, tendre.


« Hélas Madame, le Seigneur n'entend pas. »


Post-scriptum:
 

_________________

« Absorbe ma survie au centre de tout ton être de cendres.
Mais où es-tu, existais-tu ? Immortel, je t'aime, dans ma tête je crève de voir ton visage intact, inerte. »


Dernière édition par Azalée S. Proserpina le Dim 29 Avr - 12:09, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feleth.superforum.fr/
Isarus

avatar

Messages : 45
Date d'inscription : 02/03/2012

MessageSujet: Re: Azalée Sibylle Proserpina.    Jeu 19 Avr - 16:06

Alors alors ...

Bienvenue déjà !

Ta fiche est très bien rédigée, la mise en forme est jolie, ça rend plutôt bien.
Il y a encore quelques fautes d'accord ou d'orthographe mais globalement, ton niveau est très bon. Pas dérangeant donc.
Le style d'écriture est fluide, tu racontes très bien ton histoire et on se laisse entraîner dans tes mémoires sans soucis.

Concernant le fond, c'est très original, tu inventes ta propre famille, ta propre lignée, tes propres coutumes, tu t'appropries ce personnage qui, de ce fait, parait très vivant. J'attends avec impatience tes futurs RP pour savoir comment ça va évoluer cette histoire avec ce frère jumeau qui représente le but ultime de la vie de ton personnage. Il y a beaucoup de mystère, notamment sur la période entre son enfance et le temps actuel, comment elle perd la mémoire et érige ce véritable culte pour ce Seigneur. J'ai envie d'en savoir plus et de voir comment tu en es arrivé là.

Concernant le contexte, il est respecté, et tu as fait référence à L'Endiablée et Éclipse, c'est un bon point.

Concernant les paroles de la chanson que tu as mis, je ne pense pas que ce soit gênant. Tu as mis sous spoiler déjà, donc ça ne gêne pas trop la lecture de la fiche si on ne veut pas les lire. Ensuite, le texte à côté est assez bien, pas besoin d'écrire un autre texte.

Voilà, j'aime ta fiche, j'aime ton personnage instable, tu as réussi à t'imprégner du contexte de Céleste.
Tu es donc

.

_________________
Il n'existe ni de mauvais, ni de bon,
Seulement des divergences d'opinion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Azalée Sibylle Proserpina.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sibylle Patricia Trelawney
» Nathan et Syb' (Avant l'enlèvement de Sybille)
» "Bouquet de ROSES AZALEES"
» Azalée ♌ Artiste floral et couturière
» Règlement du cours de divination

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Céleste Fantaisie :: Dans les Grandes Bibliothèques :: Mémoires :: Mémoires Agréés-
Sauter vers: