Forum RPG de fantasy médiévale
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

L'avenir des peuples dépendra des peuples.
Le Peuple de l'Avenir, lui, dépendra de l'Avenir...
[Louise Abraham]

Par les Chutes ! Quand il fallait gagner une bataille,
l’Histoire ne retenait pas l’honneur.
L'Histoire retenait le vainqueur.

[Adriano Di Marechialo]

L'amer est l'écume du souvenir.
[Camiy Saint-Syr]

Ils me reprochent d’abuser de la crédulité des gens.
Pourtant, mon métier est semblable à celui du berger:
j’élève des moutons dans le but de les tondre…
[Ometeotl Jahar]

Il vaut mieux se retrouver devant des Orcs en colère plutôt que devant des nobles
et des politiciens.
Quand un Orc veut te tuer, il le fait savoir clairement
et, généralement, sous tes yeux.
[Barry Toothpick]

Miséricordieux, j’avalerai vos supplications, délices de ma victoire !
[Rubis Solime De Babaux]


Le proverbe "Il faut battre le fer tant qu'il est encore chaud" marche aussi avec les elfes...
[Walgrim Grindal]

Litanie de larmes, symphonie en pleurs majeurs.
Rater une mesure, repartir à zéro. Mélodie funeste.
Danse macabre, l’effleurer et puis s’en retourner pleurer.
Seul.
[Sheren]

Il suffit d’un seul regard
entre deux coups de hache et quelques têtes coupées
pour que leurs destins soient scellés à jamais.
[Kalea Grindal]

Ma soif de vengeance s’est tue dans un murmure :

Le silence…
[Cronose]

Le pire n'est pas de mourir, mais d'être oublié.

[Erwan D. Layde]

Il n'existe ni de mauvais, ni de bon,
Seulement des divergences d'opinion.
[Isarus]

La maîtrise d'une épée doit être apprise, exercée et maitrisée. Le jeune apprenti du forgeron ne commence pas
par forger une belle épée
pour le prince. L'apprentie tapissière ne tisse pas le tapis préféré de la reine
avec ses premiers fuseaux.
Ainsi, le rhéteur fait ses premiers discours à son miroir et le soldat se bat d'abord
contre un mannequin, et non contre son ennemi mortel.

[Maël Theirmall]

L'Harmonie passe aussi par la Diversité,
tel le ciel embrasé d'une soirée d'été.
[Laranith]

Un par un, il traîna les corps jusqu’à la falaise et les jeta à la mer afin de leur offrir une sépulture rapide...

Et afin de libérer la clairière de ces putrides émanations. La nature n’avait pas à contempler la folie des hommes.
Elle n’avait pas à supporter la barbarie des êtres qu’elle avait un jour engendré...
[Trucid]

Partagez | 
 

 Témoin d'un monde oublié

Aller en bas 
AuteurMessage
Idriale Êlenaur

avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 22/03/2012

MessageSujet: Témoin d'un monde oublié   Ven 20 Avr - 16:40

L’elfe était rendue sur la route de Port Écume, après deux semaines passées à Louise pour retrouver la famille du chevalier qu’elle avait défait. Elle avait perdu un temps précieux à les dénicher dans une ville telle que celle-ci, grouillante d’humain, mais sa promesse était tenue et elle s’en était allée sous les cris et les sanglots de la veuve. Oui c’en était finis de cet homme mais il était trop tard. Qu’y pouvait-elle, elle ne ramenait pas les morts à la vie et avait tendance à laisser un défilé macabre derrière elle. Elle n’avait pas besoin de s’attarder, la rencontre qu’elle avait faite sur la route lui ayant déjà coûté bien du temps tout en l’ayant retournée, chamboulée, remise en doute. Tout ceci lui avait au moins permis de trouver un but temporaire: elle devait améliorer ses capacités. Peu importait comment, il le fallait. Elle en avait parlé au magicien qui usait d’un sort étrange pour la contacter mais il n’avait répondu que par énigmes... dont elle n’avait vraiment rien retenue. Il souhaitait la voir en face pour lui parler plus clairement. Encore bien heurtée dans son amour propre, elle avait du mal à se défaire de ses tourments intérieurs, trop en tout cas pour être attentive à autrui et ce même si cela la concernait. Ses pensées étaient perturbées, la rendant plus maussade qu’à l’accoutumée. Soit, puisque c’était le passé qui venait la hantait, elle commencerait par celui-ci. Elle sentait qu’après toutes ces années, il était peut-être temps qu’elle se tourne vers ses origines... mais par où commencer? Elle avait songé rejoindre les terres elfiques mais elle savait qu’une fois là-bas, elle serait tentée d’y rester cachée, suffisamment d’année pour se faire oublier à nouveau. Elle hésitait, pourtant elle le savait, ses pas la dirigeraient incontestablement vers des terres qu’elle avait toujours évité... Emoedia.

[Quelques jours après, à cinq kilomètres de la ville]
La belle ferma brièvement les yeux, flattant distraitement l’encolure de l’étalon de jais. Avancer rendaient ses doutes plus réels, elle avait besoin de se retrouver mais s’était-elle perdue vraiment ou n’était-ce qu’un mirage créé par ses désillusions? En parlant avec un groupe de voyageurs rencontrés, son attention se porta sur un petit village de taille médiocre à deux pas de Port Écume et dont elle ignorait même le nom. Selon eux et contrairement à la ville portuaire, nul garde en armure ne laissant présager une situation agitée, nulle ambiance pesante lorsqu’ils marchaient dans les rues non pavées, un lieu banal au final qui conviendrait bien pour une halte. Elle avait acquiescée et suivie les indications données pour trouver le lieu.Elle y passerait simplement la nuit histoire d’effacer les marques de fatigue sur son visage avant de rejoindre Zael. Les décors défilaient avec monotonie sous son regard de jade lorsque sa vision se heurta à un élément tranchant avec le paysage. Sa vue perçante lui permit de vite identifier ce dont il s’agissait. Une créature, dont le corps se soulevait dans un rythme lent mais régulier caractéristique d’un état d’endormissement. Mais diantre, que faisait un être comme celui-ci dans un coin pareil? Avait-elle dévié de sa trajectoire en suivant le fil de ses pensées? Elle fut prise d’une hésitation mais sa curiosité l’emporta. Descendant tout en demandant à sa monture de la suivre, elle s’avança avec prudence vers la silhouette bestiale. Elle n’avait eu à faire à un dragon qu’une seule fois au cours de son existence et sa mémoire ne lui en avait pas laissé bonne impression. Cela dit, en voir un de si près était une chance dont elle voulait profiter.

Son épée en main, plus par prévention que dans un but d’offensive, elle avança à pas silencieux. Il ne se réveillait pas. Pour avoir passé beaucoup trop de temps auprès des animaux, elle sentit que cela ne présageait rien de bon. Peut-être avait-il été blessé? Pouvait-il avoir contracté un mal quelconque? Les dragons feintaient-ils pour prendre des proies? Il était si menu... Prenant une inspiration elle posa sa main sur le cuir blanc dont le contact lui apparut moins rude que la façon dont elle l’avait imaginé. Elle fit courir ses doigts doucement mais ne repéra pas de blessures qui auraient pu expliquer cet état. Pourtant la respiration du petit être lui donnait l’impression d’une anormalité. Devait-elle le laisser là? Ne risquait-elle pas d’être mal accueillie en ville si elle ramenait... ça? Elle ne prit pas le temps de la réflexion. Forçant Horus à se tenir tranquille, elle déposa la créature sur le dos de son familier tout en jetant de réguliers regards méfiants à la bête inanimée. Elle n’avait pas réellement idée de ce qu’un dragon de cette envergure mangeait mais une chose était sûre, ce ne serait pas son cheval. Quoiqu’il en fut, elle abandonna son idée de repos. Elle tracerait droit sur la ville portuaire.

Il ne lui fallu guère plus d’une heure un peu passée pour franchir le seuil de Port Écume et pour y dénicher une auberge calme que l’heure tardive de la nuit rendait calme. Les ivrognes avaient délaissés le lieu pour retrouver leur lit chauffé par les épouses. Idriale laissa son étalon dans l’écurie -si on pouvait nommé la bâtisse ruinée ainsi- et, la créature toujours inconsciente dans ses bras, franchit la porte de la demeure. Elle balaya la salle d’un regard circulaire. Comme prévu, la foule s’en était allée et il ne restait que trois personnes en comptant le tenancier. C’est vers lui qu’elle se dirigea.


« Il me faut de l’eau, de la viande, une chambre et rapidement, il pèse.»

_________________
Attendant la faucheuse au détour d'un chemin,
J'avance en mémoire de ceux qui par ma lame ont péri.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camilla Di Marechialo

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 23/03/2012

MessageSujet: Re: Témoin d'un monde oublié   Sam 21 Avr - 16:46

Assise à sa table, Camilla était penchée sur un vélin, éclairée par une bougie. Arrivée la veille à Port-Ecume, elle n'avait pas encore donné de nouvelles à son père, malgré sa promesse de lui écrire au plus tôt. La traversée avait été quelque peu pénible et elle avait préféré prendre le temps de se reposer avant toute autre chose. La plume à la main, la jeune femme rêvassait, oscillant entre l'ennui que suscitait cette missive banale et l'excitation qu'elle ressentait à se trouver si loin de chez elle. Le climat, les gens, les odeurs, tout était différent. L'activité sur le port l'avait sidérée, étourdie, et elle avait dû battre en retraite vers des quartiers plus calmes. Ce qui n'empêchait manifestement pas les évènements incongrus d'arriver...

Lorsque la porte s'ouvrit, elle leva instinctivement les yeux. Son attention détournée du vélin, sa main se mit machinalement au travail, rédigeant la lettre qu'elle n'arrivait pourtant pas à écrire quelques instants plus tôt. Croisant le regard de l'elfe, qui parcourait la salle, elle lui adressa un signe de tête aimable en guise de salutation puis fit mine de reprendre son activité. La créature qu'elle portait ne lui avait pas échappée, mais elle préférait se montrer discrète et polie. Fixer la nouvelle arrivante avec des yeux ronds n'aurait sans doute pas le meilleur des effets. Elle affecta donc une indifférence tranquille, jusqu'à entendre les pas de l'elfe sur le plancher. Levant à nouveau le regard, elle concentra son attention sur le dragon dans ses bras. Difficile de le confondre avec une autre espèce, ne serait-ce qu'en ayant lu ou entendu quelques contes.

La voix de l'elfe se fit alors entendre et Camilla prit le temps de reposer sa plume et de souffler sur son parchemin, avant de faire signe à son serviteur, debout derrière elle, et de prendre la parole.


"Puis-je me permettre de vous proposer mon aide, mademoiselle ? Selim peut vous débarrasser, le temps que notre hôte vous trouve une chambre et que vous reposiez vos bras."

Se faisant, l'homme s'était approché. Grand et rondouillard, il affichait un sourire placide et portait une tenue de voyage typique de Dune. A quelques pas d'Idriale, il s'inclina et tendit les mains, paumes vers le haut. Les flammes des bougies qui éclairaient la pièce semblaient se refléter sur le sommet de son crâne, parfaitement lisse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Idriale Êlenaur

avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 22/03/2012

MessageSujet: Re: Témoin d'un monde oublié   Lun 23 Avr - 18:39

"Puis-je me permettre de vous proposer mon aide, mademoiselle ? Selim peut vous débarrasser, le temps que notre hôte vous trouve une chambre et que vous reposiez vos bras."

La lycanthrope leva un regard inquisiteur vers son interlocutrice, la détaillant subtilement. Des cheveux oscillants entre l'ocre et le vénitien encadraient un visage halé où des yeux bruns fixaient les siens. « Selim » quand à lui, si elle avait bien entendu le nom, affichait un air calme et paraissait dévoué à la jeune femme, à qui Idriale ne donnait guère plus d'une petite vingtaine d'année. Son regard émeraude plongeant vers le bas, elle pu observer l’accoutrement des gens de Dune. Méfiante par nature et après avoir tiqué au mot débarrasser, elle hésita, faisant attendre l'homme dans une posture figée. Secouant négativement la tête, elle finit par répondre poliment.

«  Je peux encore le porter un instant, en attendant la chambre je pensais le déposer un peu. Ne vous dérangez donc pas. »

Mensonge, réalité déformée, simple adaptation de comportement à la situation, peu importait. Elle n'avait jamais fais confiance aux inconnus et la petite créature lui semblait tellement inoffensive pour le moment qu'elle n'osait pas le déposer dans les bras de l'homme. Elle reprit ses mouvements pour laisser le dragon à quelques centimètres du feu brûlant dans la cheminée, avant de se tourner vers la jeune femme.

«  Je ne veux guère paraître incorrecte. J'apprécie votre proposition mais il n'est pas dans mes habitudes d'accepter l'aide de personnes dont j'ignore même le nom. En revanche, si je peux abuser... L'identité de l'animal ne vous aura pas échappée je suppose. Que connaissez-vous des dragons ? Je suis intriguée par ce qui a pu le mettre en cet état. »

Peut-être l'étrangère en saurait-elle d'avantage, après tout. Et si son tact ne plaisait pas, tant pis. Elle n'était pas de ces personnes capables d'étouffer leur nature pour un rien et bien qu'elle ne laissa rien paraître d'agressif, elle s'étonnait quelque peu de la situation. On l'abordait rarement pour proposer une aide. Reportant son attention sur le comptoir en attendant la réponse de la femme, l'elfe patienta après l'aubergiste jusqu'à ce qu'il lui tende une assiette de viande crue. Elle rit froidement.

« Heureusement que ce n'était pas pour moi ! Essayez de ne rien mettre de bizarre dans l'eau ou bien faite deux verres si possible. »

Il acquiesça d'un sourire aimable et l'informa qu'il montait préparer la chambre. Voilà bien un métier qu'elle n'aurait pas aimé faire. Rester calme face à tout type d'individus n'était pas vraiment dans ses capacités. Elle sortit tout de même de quoi le payer pendant qu'il disparaissait dans les escaliers, posant quelques pièces devant elle pour retourner auprès de la créature et installer l'assiette à même le sol. S'agenouillant, sa main droite sur la pomme d'Enfer Noir pour conserver son équilibre et être apte à dégainer si le besoin se présentait, la gauche revint frôler la peau parcheminé du dragon, cherchant à le tirer de son inconscient.

_________________
Attendant la faucheuse au détour d'un chemin,
J'avance en mémoire de ceux qui par ma lame ont péri.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryong

avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 19/03/2012

MessageSujet: Re: Témoin d'un monde oublié   Lun 23 Avr - 20:43

[Deux heures auparavant]

Une journée de chasse intensive, une journée de chasse aussi intense que vaine. Trop jeune encore, si petit et affamé. Ses yeux d'un rouge sang vif qui trahissait sa présence et ses voraces intentions à ses proies qui connaissaient parfaitement les bois où il les chassait. Le petit dragon termina bien vite par s'effondrer au sol, son œil tournant vivement dans un splendide vif argent, qui se mua en un jaune qui aurait rivalisé avec le soleil, si celui ci ne s'était pas couché aussi vite, ce paresseux.

C'est ainsi que le dragon sombra dans l'inconscience, affamé, et épuisé.

Le sommeil, le sommeil est une chose appréciable. Le repos. L'oublie. Une présence, un rêve ? Qu'importe, cette présence était douce était tiède, agréable. Elle cherche à l'avaler, il n'eut la force de résister, il se laissa faire, docile, si épuisé. Il ne sentit davantage la terre sous ses pattes. Était ce la fin ? Soudainement il se sentit retomber sur quelque chose à la forme improbable. Le ventre de la bête surement. Une bête sadique, qui n'avait que pour seul plaisir de le remuer en galopant à vive allure. Au moins durant toute une journée. Et vint à ses narines l'odeur de la mer, l'odeur des poissons, mais que faisait ce prédateur, où l'emmenait il ?

D'un coup il cessa, se redressant sur ses pattes arrières, cela se ressentait, il prit soins de porter son ventre, pour le porter, lui, sa proie. Il le porta longtemps, avec un soin particulier. Le soleil, ce prédateur devait se tenir la gueule toute grande ouverte face au soleil car il pouvait le sentir qui réchauffer le ventre ou il était. Il se sentait déjà mieux, mais encore affamé.

Des clapotements, beaucoup de clapotements, surement devait il pleuvoir. Et ces odeurs qui lui faisaient frémir les narines. Si le prédateur allait se nourrir, peut être pourrait il se nourrir de sa nourriture.

Des clapotements, encore. Et le soleil qui se rapprochait. Tellement il était près, qu'il pouvait le ressentir à travers le ventre du prédateur. Qui d'ailleurs devait être allongé contre un arbre, il pouvait en ressentir le rugueux des arbres contre son cuir à travers la panse bedonnante.

Une distante odeur. Familière. Une odeur. Alléchante. Une odeur proche.

Viande.

Les deux paupières de chaque œils soudainement se déployèrent pour laisser paraitre deux magnifiques joyaux gorgés de sang, rutilant à la lueur du feu de cheminée.

Viande.

Il tendit son cou, mais le repas était trop loin, il renifla vivement l'assiette. Aucun doute possible.

VIANDE !

Le dragon se jeta sur l'elfe et son assiette, et engloutit les belles tranches les unes après les autres, ne se gênant pas un instant d'user des genoux comme d'un piédestal, ne prenant même pas le soin ni le temps de jouer de ses dents pour mâcher la viande. Ses yeux passèrent du rubis au jade, et pour la peine l'animal remercia l'assemblée d'une trille de contentement déployant ses ailes.

L'assemblée ? Ses yeux devinrent jaune. Il replia ses ailes, son museau pointa en tout direction, ses iris devinrent blanches comme neige. Il sauta des genoux d'Idriale, et se mit en tête de faire le tour de la taverne, en trillant comme un enfant apeuré.

Meep ! Meeep ! Meeeeeep !:
 

Toutes griffes dehors, il gratta comme les murs, le comptoir et même les portes, laissant de belles marques de son passage.
Et repassant à côté d'Idriale, il stoppa net, son museau pointant vers le feu de cheminée. Ses yeux devinrent comme de la neige phosphorescente. Il trilla de plus belle, davantage encore effrayé.


Meeeep ! Meeep ! Meeeeeep !:
 

Ni une ni deux, il déploya ses ailes et entreprit de prendre ses distances avec le feu pour rester en vie, contrairement à ses humanoïdes qui semblaient résigner à mourir. Et arriva ce qui devait arriver. Le dragon se heurta la tête avec le plafond, et retomba à terre bien lourdement, à moitié assommé par toutes ses émotions.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camilla Di Marechialo

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 23/03/2012

MessageSujet: Re: Témoin d'un monde oublié   Lun 23 Avr - 21:44

La jeune femme adressa un sourire rassurant à l'elfe, tout en roulant soigneusement son vélin avant de nouer un ruban autour et de le reposer.

"Il n'y a pas de mal, je comprends tout à fait vos réticences. Prudence est mère de sûreté, après tout."

Se saisissant de la bougie et d'un petit bâtonnet de cire rouge, elle en fit fondre quelques gouttes sur sa lettre avant d'y appliquer un sceau. Lorsqu'elle le retira, un cercle était creusé dans la cire avec au centre le scorpion héraldique de sa famille. Faisant signe à son serviteur d'approcher, elle lui confia l'anneau et la missive, avant de le congédier. Celui-ci se dirigea aussitôt vers les chambres d'un pas relativement silencieux pour quelqu'un de sa taille. Sa maîtresse se leva alors de son siège et fit quelques pas vers la cheminée. Drapée dans une longue robe pourpre, les mains jointes devant elle, elle s'inclina avec grâce devant Idriale. La courbette était élégante et assurée, et témoignait de manières raffinées que l'on ne rencontrait que trop rarement, hélas.

"Camilla di Marechialo. Ravie de vous rencontrer, mademoiselle. C'est là un hasard dont je me réjouis."

Son regard s'attarda un instant sur l'épée au côté de l'elfe, mais revint bien vite sur elle, inchangé. Naïveté ou excès de confiance ? Toujours est-il que l'humaine ne s'effaroucha point et continua de contempler son interlocutrice. Ce qu'elle voyait lui plaisait : une femme qui voyageait seule, qui si l'on en croyait ses armes savait se battre et qui avait su faire fi de toute superstition et de toute crainte en ramassant cet oisillon tombé du nid. Et quel oisillon ! Portant son attention sur l'étrange animal, Camilla s'approcha à pas lents. De ses mains, elle lissa sa robe avant de se pencher pur mieux l'observer.

"Comme tant d'autres, je ne connais les dragons que par les histoires et les contes que j'ai pu entendre. Je ne saurais hélas vous dire quel mal affecte celui-ci, s'il est propre à son espèce. Mais se serait-il agi d'un autre animal, j'aurais sans doute opté pour l'épuisement ou la faim. Comme vous, apparemment."

A nouveau, elle adressa un sourire à Idriale, avant de se redresser et de reculer d'un pas pour la laisser s'occuper de son "invité". Un sourire qui trahissait une certaine insouciance, doublée d'une curiosité évidente. On aurait pu croire à un faux-semblant, afin de rentrer dans les bonnes grâces de l'elfe, mais à la vérité, la fatigue avait eu ce soir raison de son masque. Loin de son foyer et dans une simple auberge, elle ne voyait tout simplement pas la nécessité de s'en encombrer.

Lorsque le dragonnet sembla sortir de son inconscience, la jeune femme ouvrit des yeux ronds. Puis retint un hoquet de surprise lorsque celui-ci se rua sur son repas pour le dévorer. Sa stupeur ne fit que s'accroître lorsque l'animal, pour une raison connue de lui seul se mit à courir dans toute la pièce avant de prendre son envol, pour finalement retomber au sol, inanimé. Partagée entre la stupéfaction, une envie d'éclater de rire et une inquiétude sincère envers la pauvre bête, Camilla dut faire appel à toute son éducation pour rester calme. Masquant de sa main un début d'amusement, elle s'approcha du dragon pour s'assurer qu'il n'était pas blessé.


"Bonté divine ! Le pauvre avait l'air terrifié. J'espère qu'il ne s'est pas fait trop mal..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Idriale Êlenaur

avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 22/03/2012

MessageSujet: Re: Témoin d'un monde oublié   Mer 25 Avr - 18:22

La guerrière inclina la tête à l’entente du nom de la jeune femme. La particule qui le composait annonçait également une possible noblesse et si elle n’allait pas agir différemment sous prétexte d’un rang éventuel, elle était néanmoins assez futée pour rester sur ses gardes et raisonner son comportement et son caractère incandescent. Toujours dans un soucis de politesse, elle déclina à son tour son identité:

«Les miens m’ont nommé Idriale.»


Son nom, il était inutile de le connaître. Il était celui de sa mère avant elle, et cette dernière s’était forgée une étrange réputation chez les siens et même si la personne en face appartenait aux humains, rien ne disait à la lycanthrope qu’elle ignorait tout ce qu’il pouvait se passer en terre elfique, d’autant plus lorsqu’on connaissait la proximité de Dune et de Mëandor. Certains habitants du second royaume étaient encore trop bavards aux yeux d’Idriale.

Quelques secondes seulement après qu’elle eut rejoint le dragon avec la nourriture, celui-ci sortit enfin de sa torpeur. Deux merveilleux yeux rubis s’ouvrirent sur la taverne, n’ayant de vue que pour les morceaux sanguinolent. L’éclat rougeâtre de cette couleur qu’elle aimait tant la saisit et admiratrice elle en oublia la prudence. Lorsque les pattes de la bête s’appuyèrent sur ses genoux pour atteindre la viande, son visage perdit instantanément toute froideur, ses lèvres s’étirant dans un demi sourire. Au moins était-il revenu à lui même. Les prunelles se mirent à changer de couleur, hypnotisant l’elfe d’avantage et observant le spectacle qu’il était entrain de leur offrir par son comportement apeuré, elle ne pu s’empêchait de lâcher:

«Quels yeux fascinants, avez-vous vu?»

Il tournait en tout sens en criant d’un son strident et désagréable, suintant la panique et l’incompréhension la plus totale et dans un même temps, entamait le bois dans un vacarme qui risquait de leur valoir quelques remarques. Le sourire de l’elfe acheva de prendre place honteusement, accompagné d’un bref rire cristallin lorsqu’en essayant de fuir par les hauteurs, le petit animal percuta le plafond pour retomber de tout son long, sonné.

"Bonté divine ! Le pauvre avait l'air terrifié. J'espère qu'il ne s'est pas fait trop mal..."

Contenant une nouvelle envie de rire l’elfe reprit son sérieux mais avant même que l’inquiétude ne la gagne, la créature parut bouger assez pour ne pas s’être fait mal.

« Un dragon étant fait pour voir le ciel et le pourfendre, cette auberge a dû lui sembler telle une cage. Nous ne pouvons pourtant pas lui ouvrir simplement la porte. Il se ferait sûrement capturer dans la ville s’il n’a pas la force de voler en hauteur et très vite.»

Maintenant qu’elle y songeait, l’amener inconscient n’avait guère été compliqué mais pour qu’il puisse partir il allait falloir qu’il soit bien remis, ce qui nécessitait déjà qu’il fut calmé.

«Vous n’avez je suppose, pas d’artefact de contrôle ou d’herbes pour lui rendre sa tranquillité... Cela aurait été pratique. Veuillez m’excuser pour le dérangement occasionné en cette heure tardive d’ailleurs. Pourvu qu'il ne casse pas tout ici.»

_________________
Attendant la faucheuse au détour d'un chemin,
J'avance en mémoire de ceux qui par ma lame ont péri.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camilla Di Marechialo

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 23/03/2012

MessageSujet: Re: Témoin d'un monde oublié   Lun 7 Mai - 13:17

Rassurée de constater que l'animal n'était pas blessé, Camilla tendit une main timide et, du bout des doigts, effleura le cuir blanc. Un sourire de joie enfantine naquit sur son visage, puis elle se redressa et reprit un air sérieux. Quelques secondes lui suffirent pour dresser mentalement l'inventaire de ses affaires.

"Je crains hélas de ne rien posséder de plus magique qu'un simple porte-bonheur. Mais par chance, j'ai dans mes poches un substitut des plus acceptables, du moins je l'espère. Selim ? Tu prendras la bourse destinée aux frais d'urgence et tu iras me trouver quelque chose de magique. N'importe quoi, tant que cela ne nous ruine pas et que ce soit aisément transportable. Vois avec notre hôte où tu peux te procurer quelque chose d'authentique et fais vite, il ne faudrait pas que notre petit ami mette le feu partout."

L'eunuque, qui avait presque semblé surgir de nulle part à la convocation de sa maîtresse, s'inclina et reprit la direction des chambres. Il en revint quelques instants plus tard, arborant toujours le même sourire bonhomme et accompagné d'un tintement caractéristique. Après un rapide échange avec l'aubergiste - prouvant ainsi qu'il n'était pas muet - il sortit de l'établissement, dodelinant de la tête. Camilla retourna alors à sa table et finit de ranger ses affaires. La plume fut lavée avec un peu d'eau, l'encrier rebouché et la cire disparut dans un petit sachet de soie fermé par un lacet.

"Espérons qu'il revienne avant son réveil, je n'ai pas vraiment envie de le revoir paniquer et détruire quelque chose. Je ne pense pas qu'il faille l'attacher, mais si cela s'avère nécessaire, je vous prêterais mon concours pour le maîtriser."

Sans préciser de quel concours elle pouvait bien parler, la jeune femme reprit sa place, croisant les mains sur la table. Elle n'était pas armée et manquait probablement de poigne, mais arborait un air confiant. Son regard allait de l'elfe au dragon, témoin de sa curiosité. Se rendant compte que cela dérangeait peut-être Idriale, elle s'en excusa avec un sourire gêné.

"Navrée si je donne l'impression de vous observer, c'est juste que... et bien, même à Dune, nous ne voyons pas beaucoup de représentants de votre peuple. J'espère que je ne vous importune pas trop ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryong

avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 19/03/2012

MessageSujet: Re: Témoin d'un monde oublié   Mar 8 Mai - 14:12

Une petite trille timide, si discrète qu'on aurait pu supposé que le dragonnet se l'adressait à lui même, pour s'encourager à reprendre conscience. Les premières paupière se replièrent, laissant paraitre deux beaux saphirs derrière les paupières translucides. La terrible révélation que même le ciel avait un plafond avait été rude pour sa petite tête au point de l'abrutir, du moins assez pour qu'il ne reparte pas immédiatement dans le couplet d'une recherche désespérée hors de cette auberge.

Reprenant pleinement conscience, les secondes paupières se replièrent alors que fébrilement, il se redressait sur ses pattes, les griffes entamant le plancher en bois dans la foulée. Ses yeux prirent une teinte turquoise. Il se mit debout, tourna un peu sur lui même, et hors de portée d'Idriale, déploya soudainement ses ailes et brassa l'air autour de lui un temps, le feu de cheminée flamba de plus belle mais cela ne le surprit pas davantage que la première fois, avant de soigneusement les replier. Il avait mangé, il faisait chaud, inclinant la tête vers les intéressées, il nota que les gens étaient toujours là. Mais il n'y pouvait rien.
Il renifla. Encore. Et une troisième fois. Ses yeux jouèrent de nuances, offrant une belle variation du vert épinard jusqu'à la menthe à l'eau. Et avant même que ce dernier n'ait entreprit de se présenter à la porte d'entrée pour l'ouvrir, le petit albinos vint faire la fête à Selim, qui pour le coup eut bien du mal à passer la porte, car de l'autre côté se tenait un petit être qui se tenait sur ses pattes arrières, les pattes avant lourdement posées sur la porte qu'il grattait frénétiquement comme si sa vie en dépendait.

Après une lutte de longue haleine pour ne pas blesser l'invité qui se rendait indésirable au regard du tenancier, tant il saccageait son commerce avec ses griffes, Selim revint seulement avec la bourse en mains, moins pleine pour les yeux de ceux qui avaient soupesé son contenu, et l'excitation de l'animal ne pouvait être feinte. Tout devint clair quand il déposa un collier qui sortit de nul part de sa main dextre.

Il expliqua alors à sa maitresse que l'enchanteur qui se prénommait Herlin, un vieux fou illuminé, dans une épaisse robe de coton grise et un barbe plus broussailleuse qu'un jardin laissé en jachère, avait tenté d'enchanter ce collier pour que le porteur devienne invisible, mais qu'au final, c'est le collier qui devenait invisible dès qu'il était en contact avec un être vivant. Ce qui expliquait son inutilité et son faible prix.

Le véritable intéressé n'avait pas attendu longtemps pour venir chaparder l'objet en question de tout son poids, heureusement que cire, encre et parchemin avaient été scrupuleusement rangé car une lettre aurait été surement été noircit d'encre plus que de nécessaire.

A présent l'objet de toutes les attentions de la salle jouait avec le collier qui disparaissait dès qu'il y touché, son attitude envers ce dernier cependant était davantage de la curiosité. Tel un canidé envers un nouveau jouet ou une nouvelle présence. Il tournait autour, trillant le plaisir de cette présence, et une certaine frustration dans un même temps, donnant des coups de pattes, comme si il en attendait une réaction en retour.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Idriale Êlenaur

avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 22/03/2012

MessageSujet: Re: Témoin d'un monde oublié   Dim 20 Mai - 8:40

La lycanthrope guettait le retour du tenancier tandis que de son côté, Camilla avait confirmé ne rien posséder qui soit en mesure de calmer de dragonneau et avait envoyé le dénommé Selim acheter quelque chose d'utile. L'elfe se marra intérieurement. Il y avait un nombre incalculable de charlatan dans cette ville et à moins de connaître les bonnes personnes, il risquait plus de revenir les mains vides qu'autre chose. Elle aurait dû les envoyer à Zael mais elle rechignait toujours de lui devoir quelque chose. Il était très clair qu'il en profitait par la suite et le caractère de la dame faisait qu'elle se sentait investie d'une mission de contradiction. Confronter les deux individus relevaient toujours d'une mauvaise idée, même si au fond d'elle, elle l'appréciait.

"Espérons qu'il revienne avant son réveil, je n'ai pas vraiment envie de le revoir paniquer et détruire quelque chose. Je ne pense pas qu'il faille l'attacher, mais si cela s'avère nécessaire, je vous prêterais mon concours pour le maîtriser."


Définitivement. Idriale ne tenait pas à dévoiler sa magie pour si peu et seule elle aurait eut du mal à contenir l'animal sans le blesser. Acquiesçant aux dires de Camilla d'un hochement de tête, elle patienta en silence jusqu'à ce que l'autre reprenne la parole.

"Navrée si je donne l'impression de vous observer, c'est juste que... et bien, même à Dune, nous ne voyons pas beaucoup de représentants de votre peuple. J'espère que je ne vous importune pas trop ?"


Soupir intérieur, habitude pourtant. Elle passait d'avantage de temps dans les provinces humaines que dans celles de ses aïeuls et ce n'était pas sans provoquer les étonnements. Dame nature en soit remerciée, malgré ses traits doux, son visage fin, son apparence belle et délicate, elle possédait une étrange aura et un regard trahissant sa froideur qui donnait l’opportunité aux gens de réfléchir à deux fois avant de lui adresser la parole et de venir l'embêter. Son équipement appuyait d'autant plus cela que si son arc sommeillait souvent dans son dos, son épée en revanche trouvait facilement le chemin de sa main et n'hésitait pas à frapper quiconque la provoquait. La lycanthrope planta son regard dans celui de la femme et ne voyait pas intérêt à mentir répondit finalement :

«La curiosité peut-être un défaut, une qualité ou ce que l'on veut lui attribuer, je la trouve bien caractéristique des humains en tout cas. Je n'aime pas particulièrement que l'on me regarde et à titre d'information, je crains fort de ne pas être bien représentative des miens. Je m'en suis séparé il y a bien des années. »


Marquant une pause, elle reporta son attention sur la créature s'éveillant. Elle n'avait sans doute vu que trop clairement en s'inquiétant des dégâts occasionnés dans cette auberge. A peine eut-il reprit conscience à nouveau qu'il était déjà entrain de tout abîmé. Le tavernier allait faire une esclandre et il était fort probable qu'elle ait à le tuer pour avoir la paix. Elle n'était cependant pas sans cœur, elle s'assurerait qu'avoir fondé une famille n'était pas dans les plans de l'homme et avec un peu de chance il se comporterait assez bien pour qu'elle l'épargne. De son côté, Selim revint avec un collier totalement inutile. Au moins s'était-il rendu compte que le vendeur était loin d'être un mage confirmé mais personne ne lui avait indiqué la demeure de Zael, dommage. Ces gens de Dune, puisque la femme avait confirmé sans le savoir ce dont se doutait l'elfe, étaient tout de même étrange. L'homme avait-il deviné que ce collier acheté occuperait le dragon ou avait-il simplement pensé que revenir les mains vides ne satisferait pas sa dame ? Méfiante, Idri le devenait plus encore et son instinct l'encourageait en ce sens. Ses yeux émeraudes ne quittant plus l'animal, elle reprit :

« Je ne vois vraiment pas quoi faire de lui. Au final, il est en bonne santé et je n'ai nul besoin de m'encombrer de telle créature, aussi rare soit-elle. »


Et aussi mignonne. Bien qu'ayant suivit un chemin très différent des siens, comme elle l'avait dis précédemment, quelques traits subsistaient et principalement celui d'apprécier les êtres vivants quelqu'ils soient tant qu'ils n'étaient pas assez évolués pour parler. Les gens l'irritaient mais les animaux avaient un effet apaisant à ses yeux. Bien qu'on ne puisse pas dire que gérer un dragon dans une auberge était des plus reposants. Allant à la rencontre du tavernier lorsqu'il descendit des chambres, elle écouta tout d'abord sa complainte, trop de bruit, trop de dégât, problème d'argent, avant de lui susurrer quelques mots. A voir la blancheur que prit son teint, nul n'aurait pu douter de la nature des propos tenus. S'il voulait être dédommager, il ferait mieux de se taire et de paraître le plus heureux du monde pour avoir reçu ces visiteurs ce soir là. Se tournant à nouveau vers les autres, l'elfe acheva :

« Je dois dire que je suis impressionnée de sa réaction, vous avez trouvé de quoi éveiller la curiosité et tandis qu'il joue il épargne au moins le mobilier. Vous disiez venir de Dune, qu'est-ce qui vous mène loin de vos terres ?»

Encore une fois, il ne s'agissait que de méfiance. Elle s'efforça de sourire comme si la question n'était qu'une banalité et seul les quelques rares personnes se targuant de la connaître aurait pu desceller la mise en scène. Et les concernés étaient partout, sauf à ici.

_________________
Attendant la faucheuse au détour d'un chemin,
J'avance en mémoire de ceux qui par ma lame ont péri.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camilla Di Marechialo

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 23/03/2012

MessageSujet: Re: Témoin d'un monde oublié   Mar 24 Juil - 12:09

Le retour de Selim fit naître une expression de soulagement sur le visage de Camilla, que le réveil du dragonnet avait rendu quelque peu inquiète. L’animal ne semblait pas trop farouche, mais il déchiquetait du bois massif avec une facilité déconcertante. Elle cligna des yeux en voyant réapparaitre le collier lorsque l’eunuque le déposa devant elle, puis fixa son serviteur, incrédule puis effarée en entendant ses explications. Au moins, l’objet n’avait-il pas été trop coûteux. Les Di Marechialo n’étaient pas pauvres, mais elle se voyait mal expliquer dans une lettre à son père qu’il lui fallait plus d’argent car un dragon avait englouti tout son pécule. Sautant sur l’occasion – et sur la table – le dragonnet en profita pour chaparder le ridicule artefact, la faisant sursauter. Sa stupeur se transforma vite en amusement lorsqu’elle le vit découvrir son nouveau jouet.

Elle reporta alors son attention sur Idriale, qui terminait de discuter avec leur hôte. A chacun ses méthodes pour faire disparaître les problèmes, aussi feignit-elle de ne pas remarquer le teint pâle de l’homme. La peur était aussi efficace que l’argent, et plus économe. Les propos de l’elfe avaient attiré son attention. Pour quelqu’un qui considérait la curiosité comme un trait typiquement humain, celle-ci se montrait soudainement un peu plus prolixe. Loin de s’en inquiéter, Camilla s’en réjouissait même, trouvant là une occasion rare qui ne se représenterait sans doute pas de sitôt.


"Disons que je profite de ce petit pouvoir que toutes les filles ont sur leur père pour voyager et découvrir le monde. Les livres ont leurs limites et la politique vue de chez soi finit par constituer un prisme déformant. Au final, il n’y a que par la découverte et la rencontre que l’on peut vraiment comprendre le monde qui nous entoure. Et cela peut s’avérer fort utile, dans un cas comme le mien."

Elle tourna alors son regard vers le dragon, un sourire amusé, presque attendri sur les lèvres.

"Port-Ecume est ma première escale et je dois dire que je ne suis pas déçue. Voilà une soirée pour le moins atypique."

Pendant ce temps, répondant à un discret signe de sa maîtresse, le placide et chauve serviteur avait entrepris d’accrocher une bouilloire au-dessus du feu. Celle-ci s’étant mise à siffler, il la décrocha et la déposa devant Camilla. Il s’éclipsa alors et revint avec une petite boîte faite d’ébène qui dégageait un parfum légèrement épicé. Tandis qu’il la servait, la jeune femme s’adressa à nouveau à Idriale et l’invita à s’assoir d’un geste de la main.

"Souhaitez-vous que nous la poursuivions autour d’une tasse de thé ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Témoin d'un monde oublié   

Revenir en haut Aller en bas
 
Témoin d'un monde oublié
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Céleste Fantaisie :: La Plaine de Céleste :: Nastre, Royaume des Hommes-
Sauter vers: