Forum RPG de fantasy médiévale
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

L'avenir des peuples dépendra des peuples.
Le Peuple de l'Avenir, lui, dépendra de l'Avenir...
[Louise Abraham]

Par les Chutes ! Quand il fallait gagner une bataille,
l’Histoire ne retenait pas l’honneur.
L'Histoire retenait le vainqueur.

[Adriano Di Marechialo]

L'amer est l'écume du souvenir.
[Camiy Saint-Syr]

Ils me reprochent d’abuser de la crédulité des gens.
Pourtant, mon métier est semblable à celui du berger:
j’élève des moutons dans le but de les tondre…
[Ometeotl Jahar]

Il vaut mieux se retrouver devant des Orcs en colère plutôt que devant des nobles
et des politiciens.
Quand un Orc veut te tuer, il le fait savoir clairement
et, généralement, sous tes yeux.
[Barry Toothpick]

Miséricordieux, j’avalerai vos supplications, délices de ma victoire !
[Rubis Solime De Babaux]


Le proverbe "Il faut battre le fer tant qu'il est encore chaud" marche aussi avec les elfes...
[Walgrim Grindal]

Litanie de larmes, symphonie en pleurs majeurs.
Rater une mesure, repartir à zéro. Mélodie funeste.
Danse macabre, l’effleurer et puis s’en retourner pleurer.
Seul.
[Sheren]

Il suffit d’un seul regard
entre deux coups de hache et quelques têtes coupées
pour que leurs destins soient scellés à jamais.
[Kalea Grindal]

Ma soif de vengeance s’est tue dans un murmure :

Le silence…
[Cronose]

Le pire n'est pas de mourir, mais d'être oublié.

[Erwan D. Layde]

Il n'existe ni de mauvais, ni de bon,
Seulement des divergences d'opinion.
[Isarus]

La maîtrise d'une épée doit être apprise, exercée et maitrisée. Le jeune apprenti du forgeron ne commence pas
par forger une belle épée
pour le prince. L'apprentie tapissière ne tisse pas le tapis préféré de la reine
avec ses premiers fuseaux.
Ainsi, le rhéteur fait ses premiers discours à son miroir et le soldat se bat d'abord
contre un mannequin, et non contre son ennemi mortel.

[Maël Theirmall]

L'Harmonie passe aussi par la Diversité,
tel le ciel embrasé d'une soirée d'été.
[Laranith]

Un par un, il traîna les corps jusqu’à la falaise et les jeta à la mer afin de leur offrir une sépulture rapide...

Et afin de libérer la clairière de ces putrides émanations. La nature n’avait pas à contempler la folie des hommes.
Elle n’avait pas à supporter la barbarie des êtres qu’elle avait un jour engendré...
[Trucid]

Partagez | 
 

 Philliberto Granolo

Aller en bas 
AuteurMessage
Philliberto Granolo

avatar

Messages : 2
Date d'inscription : 25/04/2012

MessageSujet: Philliberto Granolo   Mer 25 Avr - 23:41

Nom / Prénom : Philliberto Granolo
Age : 25
Sexe : Masculin
Ethnie : Humain
Métier ou Statut : Sorcier au service d'un maître
Description caractérielle :
• Fou
• Mauvais
• Obsédé par les petites cuillères
• Étrange
• Lunatique
• En dehors des réalités
• Déteste les hommes portant le bouc
• Vengeur
• Enfantin

Description physique :
• Une unique mèche de cheveux au sommet du crâne
• Petit
• Très mince
• Cicatrice horizontale entre les sourcils, donnant une impression de mono-sourcil
• TOCs nerveux très nombreux
• Transpiration abondante
• Voix partant dans les aigus lorsqu’il perd son calme

Équipements et vêtements :
• Une chemise de maille
• Une cape de voyage olive
• Un pagne olive
• De longues chaussettes vertes
• Un sceptre étrange accroché à son pagne par une lanière de cuir
• Un collier autour du cou composé d'une multitude de petites cuillères de diverses formes et métaux. Une cuillère en bois au manche cassé trône fièrement au centre du collier.

Particularités magiques :
Philliberto se bat exclusivement avec sa magie, qui se caractérise par des décharges d’énergie légèrement plus puissantes que des flèches, de couleur noires et violettes. Il l’utilise généralement de la manière la plus simple qui soit, de simples rayons longilignes qui vise une cible unique. Mais il peut également lancer un cône d’énergie, ou faire passer sa décharge d’un adversaire à un autre, même si cette manoeuvre requiert une concentration beaucoup plus importante. Philliberto peut aussi, s’il se concentre assez longtemps, agrémenter ses décharges par certains éléments, comme le feu, la foudre, ou même en faire des décharges d’acide, mais ces petits artifices, bien que puissants, utilisent beaucoup trop de magie et sont trop compliqués à invoquer pendant les combats les plus acharnés. Quant au reste, le jeune homme est totalement incapable de se battre au corps à corps.
Philliberto use parfois de son sceptre pour combattre, mais son effet est terriblement aléatoire. Il peut tout aussi bien envoyer une boule de feu que faire pousser l’herbe entre son ennemi et lui, déclencher une tempête de glace que changer la couleur de la peau de son utilisateur de façon permanente.

Comment avez-vous connu Céleste Fantaisie : Par Trucid, qui est moi.


Histoire : /


Mémoires :
La tempête de sable frappait le désert Chimérique de toute la puissance du vent qui la soulevait depuis le début de la nuit. Il ne restait plus qu’une poignée d’heures avant l’aube, mais la chaleur jugeait déjà les voyageurs infortunés s’aventurant au milieu de l’étendue aride, même si elle était plus supportable que si le soleil était haut dans le ciel. Et au milieu de ces terres désolées, il valait mieux ne pas se perdre. Quelques squelettes enfoncés çà et là dans les dunes témoignaient de cet état de fait. Sûrement quelques inconscients ayant pris la route vers Darn’Abart sans étudier les signes pour s’assurer d’une expédition sans obstacles. D’autres, par contre, savaient parfaitement où ils se rendaient, ou encore étaient trop idiots pour s’inquiéter outre mesure concernant un éventuel danger de mort.

C’était le cas de la silhouette mouvante qui marchait d’un pas léger au milieu de la tempête. Sautillant presque à chaque enjambée, elle semblait chantonner une étrange mélopée aux paroles indistinctes, indifférente aux assauts du sirocco couplé aux grains de sable. Elle suivait son chemin depuis maintenant presque deux heures. Partie de Darn’Abart, elle se dirigeait vers les Monts Arge-Antiques, à la recherche d’un secret. En effet, elle tournait de temps à autre la tête de droite à gauche, frénétiquement. Après de longues minutes, elle s’approcha doucement d’une dune qui montait presque à la verticale. Pour les yeux les plus aguerris, on pouvait voir une déformation sur le sable, comme si un plancher invisible se dressait à même le désert. La silhouette s’agenouilla, inclinant la tête de côté, avant de tendre le bras vers le sol. Soudainement, sa main disparut, aspirée par la dune. Un cri se fit entendre, horrible, suraigu.

“- MA MAIN A DISPARU, AU SECOURS ! J’EN AI TROP BESOIN POUR LA PEEEERDRE ! Elle recula prestement, tombant sur les fesses, sa main apparaissant au bout de son bras au moment où elle s’éloigna de la dune. La silhouette resta immobile une seconde. Ah, bah non, finalement, je l’ai toujours.

Elle s’agenouilla une nouvelle fois, faisant disparaître sa main et la ressortant de ce qui était visiblement un portail magique. Elle éclata finalement de rire en continuant pendant plusieurs minutes, ce qui fit tressauter la cape de voyage qui la recouvrait entièrement. Puis, se calmant instantanément, elle fit un pas en avant et sauta dans le sable, disparaissant dans la dune.

Un instant plus tard, à des dizaines de kilomètres de là, à la limite du désert Chimérique, le sable se mit à vibrer violemment. Et la silhouette en sortit, projetée en l’air. S’écrasant un mètre plus loin, elle se redressa prestement, avant de lever les yeux vers les montagnes. Plus précisément, vers la gigantesque tour en pierre qui se dressait contre les falaises.

_____________

Il leva la tête en entendant l’appel. Fronçant les sourcils, il reconnut automatiquement la voix de son disciple. Laissant apparaître un petit sourire sur son visage usé par l’âge, il se redressa, avant de tendre la main pour saisir sa robe de mage. Il l’enfila rapidement, jetant un oeil détaché aux quatre jeunes filles nues prostrées sur le sol froid. Elles semblaient apeurées, comme à chaque fois qu’il descendait leur rendre visite. Pourtant, il s’efforçait de les détendre pendant les heures qu’il passait ici, mais elles ne lui accordaient jamais un sourire, uniquement quelques larmes. Pourtant, il était gentil avec elles ! Elles avaient droit à un repas par jour, et quel repas ! Une miche de pain et un verre d’eau, d’autres avaient tout de même beaucoup moins ! Et il n’arrivait pas à comprendre pourquoi elles ne lui accordaient pas plus de reconnaissance, alors qu’il pourrait leur faire payer le gîte et le couvert s’il le décidait... Il soupira, avant de les saisir une à une pour les enchaîner à nouveau contre le mur de la cave. Il recula de quelques pas pour admirer son oeuvre, avant d’incliner la tête de côté.

“- C’est votre frère qui est là, Philliberto ! J’espère qu’il va bien, ça fait longtemps que je ne l’ai pas vu. D’ailleurs, vous ne devez pas faire de bruit pendant que je le reçois. Pas de hurlements, pas de cris, sinon vous le regretterez. Je ne veux pas être dérangé pendant nos retrouvailles.

Il leur adressa un grand sourire, avant de tourner les talons pour sortir de la pièce en claquant la porte en bois.

Le vieux maître parvint bien vite à l’étage de son laboratoire grâce à sa magie. Une grande pièce, à peine éclairée par quelques torches disposées stratégiquement sur les murs en pierre. Deux autels étranges se trouvaient sous la fenêtre, sur lesquels étaient gravés runes et symboles magiques. Des armoires remplies de grimoires ancestraux, et une contenant le nécessaire pour un bon repas. Il y avait aussi un espace réservé à l’élaboration alchimique, avec des ingrédients de diverses sortes et tous les ustensiles utiles pour fabriquer quelques potions. Pour finir, près de la porte se trouvait un râtelier d’armes sur lequel était installé quelques bâtons aux formes étonnantes, emplis d’énergie mystique qui devait sûrement servir à lancer des sorts sans que cela n’entraîne une fatigue ou un rituel compliqué.

L’homme se retourna, pour voir entrer dans la pièce l’étrange silhouette qui marchait dans le désert Chimérique. Cette dernière resta sur le seuil, avant de parler très vite, sans prendre le temps de respirer.

“- Maître Rossignol ! Bonjour ! J’ai eu envie de venir vous voir avant de continuer ma quête, parce que je me disais que ça faisait longtemps que je n’étais pas venu vous rendre VISIte ! J’espÈRE que je ne tombe pas à l’improviste parce que je NE VOUS avais pas prévenu et que je sais que vous êtes trÈS OCCupé ! Vous savez que j’ai utilisé encore une fois mon sceptre et QUE l’effet a été BIZArre ! Heureusement, ma peau n’a pas changé de couleur encore une fois, mais c’est embêtant tout de même, même si cet effet m’a PROTÉGÉ du soleiiiiiiil pendant le voyage ! Et puis, il faut que vous sachiez que...

Il continua ainsi pendant de longues minutes, sa voix prenant de la force par moment alors que son corps se mettait à trembler violemment quand il prononçait certains mots. Son maître leva les deux mains devant lui pour le calmer.

“- Hola, Philliberto, un peu de calme. Commence par retirer ta cape, je ne comprends rien de ce que tu dis. Qu’est-ce qui s’est passé avec le sceptre ?

S’arrêtant soudain de parler, la silhouette encapuchonnée leva les bras et retirer sa protection olive, révélant son visage et son corps. Sa peau était couverte de feuilles d’arbres, comme si ces dernières avaient poussé sous son épiderme. Il ressemblait à un buisson, et il se remit à parler.

“- C’est de ça que je parlais, maître. Je ne vois rien du tout, mais au moins, je n’ai pas eu de sable dans les YEEEUUUUUUUUUUUX !

Il était resté bloqué sur la fin du mot, dans une grimace qui rendait étrangement drôle avec les feuillages sur sa tête. Son maître l’observa avec un sourire amusé, avant de s’approcher un peu. Il le jaugea du regard, silencieux, avant de lever la main et d’envoyer son énergie en direction de Philliberto. Ce dernier recula d’un pas, frappé par la magie. Et soudainement, toutes les feuilles tombèrent au sol dans un bel ensemble, révélant toute l’étrangeté du jeune sorcier qui lui faisait face.

Il avait la peau bleu clair, cachée sous une cape de voyage qui ne lui recouvrait plus la tête. Il portait une chemise de maille de bonne facture, malgré l’usure évidente qu’elle arborait, agrémentée d’un pagne au niveau des hanches, descendant jusqu’aux cuisses. La question ne se posait pas de savoir s’il portait quelque chose sous ce pagne pour Rossignol, puisque ce dernier ne questionnait plus ses propres préférences sexuelles à l’âge qu’il avait atteint. Bizarrement, Philliberto ne portait pas de chaussures, se contentant de longues chaussettes vertes montant jusque sous ses genoux. Son visage était fin, presque trop, tandis que son regard marron, plutôt enfantin, était rehaussé par la cicatrice qui reliait ses deux sourcils. Enfin, il aurait presque paru chauve s’il n’y avait eu cette fameuse mèche plantée au sommet de son crâne, seul vestige de cette chevelure flamboyante d’antan qui n’avait pas survécu à une rencontre avec un four à pain particulièrement belliqueux.

Son maître l’observa une seconde en soupirant, avant de désigner le pagne d’un signe de tête, puis son visage, les yeux écarquillés.

“- Tu portes toujours ce pagne, n’en as-tu jamais assez ? Et qu'est-ce que c'est que cette couleur de peau ?

Philliberto resta une seconde silencieux, fixant intensément Rossignol de toute la force de son regard presque bovin. Ses traits se durcirent, et il écarta les bras, visiblement en proie à une colère hors norme, ses yeux jetant presque des flammes à celui qui l’avait élevé à la mort de ses deux parents. Il convoqua sa magie sans un mot, l’air se mettant à vibrer autour de lui. Puis il prit la parole, d’une voix excessivement aiguë, trop peut-être pour ne pas mettre en doute la virilité de ses envies génitales, dévoilant ainsi l’objet de sa fureur par ses mots.

“- Vous portez le bouc, maître ?

L’invective fit écarquiller les yeux au vieux mage, qui recula d’un pas avant de lever à nouveau les bras.

“- Calme-toi, Philliberto, calme-toi ! J’avais oublié ce détail !

Sur la défensive, il posa sa main sur son menton, avant d’y insuffler une pointe de magie. Ses poils noirs disparurent instantanément, et son disciple se calma dans l’instant, son visage retrouvant une sérénité de circonstances. Il hocha la tête, avant de finir par répondre à la question en débitant un flot de paroles aussi impressionnant que dénué d’intérêts.

“- C’EST un hommAGE, maître ! Je ne peux plus le quitter, et puis c’est tellement confortable. D’ailleurs, en parlant de ça, je n’ai pas encore trouvé le meurtrier de mes parents, et je n’ai toujours aucune nouvelle de Gilliberti. Gilliberti, mon frère jumeau, vous voyez ? Mais si, Gilliberti ! Ah mais j’oubliais que vous ne l’aviez jamais connu. J’aimerais bien le retrouver, il m’était plutôt sympathique. Et mon sceptre a changé ma peau aussi. Ca m'était déjà arrivé, ça ne dure pas très longtemps mais j'ai quand même été tabassé par la garde Darn'Abart en venant, ils ne COMPRENNENT rien à l'art ! D’ailleurs, en parlant de ça, vous auriez une cuillère pour moi ?
- Toujours cette vieille obsession pour les cuillères... Dit Rossignol, en désignant le collier que Philliberto portait autour du cou. Je vois que ta collection s’est étoffée. Mais je ne comprends pas pourquoi tu gardes cette cuillère en bois toute cassée.
- C’est un hommage aussi, vous le savez bien. Un souvenir de Berthe, qui s’est suicidée avec cette cuillère alors que nous étions en couple depuis déjà trois jours ! Elle s’est plantée le manche dans le coeur, et je l’ai pleuré des heures durant...

Il resta un moment les yeux dans le vague, avant que son maître ne déplore le fait qu’il n’avait aucun couvert à lui offrir. Soupirant avant de se mettre à sautiller une seconde sans pouvoir le contrôler, Philliberto haussa les épaules, avant de se tourner vers la porte qui menait à la cave.

“- Elles sont prêtes ?
- Oui, bien sûr. Nues, comme d’habitude. Elles doivent avoir envie de te voir, je pense, je viens de passer dessus, elles devraient être prêtes.

Le jeune sorcier arbora un sourire en coin avant de hocher la tête.

“- Je ne reste pas longtemps, j’ai une piste toute fraîche.
- Pour tes parents, ou Gilliberti ?

Il secoua la tête frénétiquement.

“- Aucun des deux. Mais j’ai entendu parler d’une légendaire cuillère en OR... Bon, il est temps.

Il s’engagea dans l’escalier, levant le poing en hurlant, alors que sa peau revenait doucement à sa couleur originelle.

“- SOEURETTES, ECARTEZ LES CUISSES, J’ARRIIIIIIIIIVE !


Dernière édition par Philliberto Granolo le Mar 8 Mai - 14:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isarus

avatar

Messages : 45
Date d'inscription : 02/03/2012

MessageSujet: Re: Philliberto Granolo   Ven 4 Mai - 17:09

Bonjour et (re)bienvenue ici Philliberto.

Bon bon, par où commencer ...

Tout d'abord, c'est dommage que tu n'aies pas trouvé d'image de ton personnage. Certes, je comprends au vu de sa description physique que ce soit compliqué mais du coup, ça immerge beaucoup moins ceux qui auront un RP avec toi, ils seront obligés d'aller lire ta fiche pour te voir ( ou t'imaginer plutôt ). Mais bon, ce problème a été réglé déjà sur la CB donc c'est bon, ton image est déjà validé.

Ensuite, un autre problème qui lui aussi a déjà été abordé sur la CB, c'est le fait d'avoir ta peau de couleur bleu ciel. Même avec un sort, ça reste gênant car tu es humain. Il vaudrait mieux en faire un changement temporaire je pense, pour une durée plus ou moins longue mais temporaire quand même. Après, si tu tiens vraiment à ta couleur bleue, tu peux dire que tu peux te changer de couleur mais par intermittence. Après, si vraiment tu le veux totalement et toujours bleu, je te mets en garde, ton personnage ne sera bien accueilli nulle part, sa couleur de peau en fera un peu un paria chassé de partout. Tu pourras pas RP où tu veux ni avec tout ceux que tu veux. Ça te limitera vachement.

Un avis personnel sur un truc qui me gêne dans ta fiche et sur tes pouvoirs plus particulièrement, c'est qu'ils requièrent une grande concentration. Ton personnage est censé être fou, un peu ailleurs, voire même tout le temps dans la lune. Comment peut-il les utiliser alors ? Il a des moments de lucidité pendant les combats ? Si oui, indique le quand même, on se sait jamais, dès fois que quelqu'un se batte contre toi, qu'il soit pas surpris. Si non ... Les sorts peuvent être lancé au hasard quand même ?
Après, le pouvoir de ton bâton, je pense pas que tu en abuseras, vu le but de ton personnage, tu feras tout pour que ce soit marrant plutôt, je te fais confiance.

Dernier truc, qui est plus du détail et de la suggestion. Dans ton métier ou statut, je pense que tu pourrais signaler que tu es au service d'un maître, en plus d'être magicien. Mais ça, c'est un peu comme tu veux.


Donc bon voilà, en attendant que tu prennes ta décision concernant la couleur de ta peau, que tu confirmes ou non que tu veux la garder bleue ciel, et que tu prennes compte des autres remarques, notamment concernant les pouvoirs, tu es


_________________
Il n'existe ni de mauvais, ni de bon,
Seulement des divergences d'opinion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Philliberto Granolo

avatar

Messages : 2
Date d'inscription : 25/04/2012

MessageSujet: Re: Philliberto Granolo   Mar 8 Mai - 15:03

Voilà voilà, j'ai modifié quelques trucs !
La peau bleue n'est plus que temporaire, il en parle maintenant à son maître dans l'histoire ( en disant qu'il a été tabassé à Darn'Abart en voulant approcher la ville. ).
Pour l'image, j'en mettrai une quand j'en aurai trouvé une ! Je continue de chercher un truc qui colle bien. ^^

Pour les pouvoirs, ses rayons magiques de base peuvent être invoqués seulement par décision, ils n'ont pas besoin de concentration. C'est plus quand il les combine avec d'autres formes ou d'autres effets, mais il le fait trop rarement pour que ce soit précisé. Après, il a quand même appris la magie pendant des années et des années avec son maître, donc même s'il est fou, il sait quand même se concentrer pour lancer des magies plus puissantes. Après, s'il est face à un ennemi vraiment dangereux, il lui reste son instinct de survie, donc il sait que s'il se concentre pas pour être moins hors des réalités, il mourra, et il ne le veut pas. ^^

J'ai modifié aussi le statut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isarus

avatar

Messages : 45
Date d'inscription : 02/03/2012

MessageSujet: Re: Philliberto Granolo   Mar 8 Mai - 16:07

Merci.

En effet, une meilleure image sera demandée. Celle-ci ne doit être que provisoire.
Bon Rp.


_________________
Il n'existe ni de mauvais, ni de bon,
Seulement des divergences d'opinion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Philliberto Granolo   

Revenir en haut Aller en bas
 
Philliberto Granolo
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Céleste Fantaisie :: Dans les Grandes Bibliothèques :: Mémoires :: Mémoires Agréés-
Sauter vers: