Forum RPG de fantasy médiévale
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

L'avenir des peuples dépendra des peuples.
Le Peuple de l'Avenir, lui, dépendra de l'Avenir...
[Louise Abraham]

Par les Chutes ! Quand il fallait gagner une bataille,
l’Histoire ne retenait pas l’honneur.
L'Histoire retenait le vainqueur.

[Adriano Di Marechialo]

L'amer est l'écume du souvenir.
[Camiy Saint-Syr]

Ils me reprochent d’abuser de la crédulité des gens.
Pourtant, mon métier est semblable à celui du berger:
j’élève des moutons dans le but de les tondre…
[Ometeotl Jahar]

Il vaut mieux se retrouver devant des Orcs en colère plutôt que devant des nobles
et des politiciens.
Quand un Orc veut te tuer, il le fait savoir clairement
et, généralement, sous tes yeux.
[Barry Toothpick]

Miséricordieux, j’avalerai vos supplications, délices de ma victoire !
[Rubis Solime De Babaux]


Le proverbe "Il faut battre le fer tant qu'il est encore chaud" marche aussi avec les elfes...
[Walgrim Grindal]

Litanie de larmes, symphonie en pleurs majeurs.
Rater une mesure, repartir à zéro. Mélodie funeste.
Danse macabre, l’effleurer et puis s’en retourner pleurer.
Seul.
[Sheren]

Il suffit d’un seul regard
entre deux coups de hache et quelques têtes coupées
pour que leurs destins soient scellés à jamais.
[Kalea Grindal]

Ma soif de vengeance s’est tue dans un murmure :

Le silence…
[Cronose]

Le pire n'est pas de mourir, mais d'être oublié.

[Erwan D. Layde]

Il n'existe ni de mauvais, ni de bon,
Seulement des divergences d'opinion.
[Isarus]

La maîtrise d'une épée doit être apprise, exercée et maitrisée. Le jeune apprenti du forgeron ne commence pas
par forger une belle épée
pour le prince. L'apprentie tapissière ne tisse pas le tapis préféré de la reine
avec ses premiers fuseaux.
Ainsi, le rhéteur fait ses premiers discours à son miroir et le soldat se bat d'abord
contre un mannequin, et non contre son ennemi mortel.

[Maël Theirmall]

L'Harmonie passe aussi par la Diversité,
tel le ciel embrasé d'une soirée d'été.
[Laranith]

Un par un, il traîna les corps jusqu’à la falaise et les jeta à la mer afin de leur offrir une sépulture rapide...

Et afin de libérer la clairière de ces putrides émanations. La nature n’avait pas à contempler la folie des hommes.
Elle n’avait pas à supporter la barbarie des êtres qu’elle avait un jour engendré...
[Trucid]

Partagez | 
 

 Taryann Lugar

Aller en bas 
AuteurMessage
Taryann Lugar

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 24/04/2012

MessageSujet: Taryann Lugar   Dim 13 Mai - 11:42

Nom et/ou Prénom et/ou Surnom : TARYANN LUGAR - "Tann" pour les intimes.

Age : 24 ans

Sexe :
Femelle

Ethnie :
LYCAN - de LA TRIBU

Métier ou Statut : Fille de Raziel LUGAR, chef de clan légitime prisonnier du clan adverse, et donc figure essentielle voir chef par interim de LA TRIBU - cf contexte établit par Cronose


Description caractérielle :


* Fière
* Courageuse
* Loyale et fidèle
* Déterminée
* Altière

Description physique :


* Cheveux noirs
* Yeux d'un bleu profond (particularité au sein de sa caste, les descendants du clan Lugar arborant presque exclusivement des yeux gris, ce qui les rend aisément reconnaissables, participant à leur extinction)
* Grande (1m75) et svelte
* Un charme envoûtant, animal...

Équipements et vêtements :


* Pantalon de cuir – serre taille en cuir assorti – chemise – petite veste ou cape-bottes hautes en cuir , au quotidien. Matériaux d'excellente qualité, aux différents éléments lacés entre eux, dans un souci tout féminin d'épargner ses vêtements fétiches lors de transformations intempestives

* Trois dagues, dont 2 lames de jet accrochées à hauteur de son rein droit. La troisième, de prix, est ceinte en permanence le long de sa hanche gauche, sur laquelle se greffe plus occasionnellement, lorsque le besoin s'en fait pressentir, une épée une main et demi.

Particularités magiques :
Aucune aptitude magique particulière, hormis celle de maîtriser ses transformations, même en plein jour.

Comment avez-vous connu Céleste Fantaisie :
C'est pas comme si vous le saviez pas....



******


« Mon histoire ? »
Un sourire crispé affine ses lèvres pulpeuses tandis que la lueur dansante du feu de camp trahit l’émotion naissante en ses prunelles marine. « Question traditionnelle et sans doute légitime, après tout nous sommes la résultante de notre vécu... Je doute cependant que le mien n'anime longtemps la veillée, il n'y a pas tant à dire... du moins rien d' inattendu... Quel lycan peut donc se targuer d'un passé exempt de douleur, de pertes et barbarie... ? Je n'en connais aucun, qu'il soit originel ou contaminé. Tout juste ai je sans doute été plus exposée encore que d'autres du fait de mes origines... Je n'ai rien à raconter en dehors de la guerre, la félonie, la mort … » Le flot de souvenirs se bousculant déjà tels une mer déchaînée, la fille de Raziel Lugar et Liza Leidmar se mure à nouveau dans le silence et la contemplation des flammes. Une princesse en appliquant la hiérarchie humaine...Dépossédée, à l'instar de son peuple chéri. Une enfance d'affrontements de traques, de déchirements … et deux combats à mener de front à présent.



******
Thème


15ème jour du mois des Semences
An 990 après le Syncrétisme
Sylve de L'Erreur, Au Sud de Noire Frondaison
Empire d'Emeodia


« - Taryann ? »
Le jeune homme se retourne, passablement inquiet du parfait silence régnant autour de lui depuis de trop longues minutes. Plus même le bruit feutré des pas de la lycante sur le voluptueux tapis de mousse piqué d'aiguilles de pin. Tout juste le clapotis opaque d'un début d'averse dont les premières gouttes se heurtent aux trop rares feuillus peuplant ce sous bois.

« -Tann ? ! » Le timbre se fait plus impérieux, plus angoissé aussi, mu d'un soudain sentiment d'urgence. Instinctivement le grand brun aux yeux clairs appose sa dextre sur la garde de son épée tandis qu'il se résout à rebrousser chemin. Son sang, déjà, lui bat aux tempes. Comment passer d'un doux moment d'insouciance au stress le plus total. Pourquoi donc avait il fallu qu'il se laisse entraîner, ou l'entraîne ? Le doute est permis, la nuance, bien que subtile, révélatrice. Peu importe, il n'est pas heure à considérer les méandres tortueux des amours naissantes et inavouées. Où bougre s'est elle volatilisée ?!

« Allez, il fait grand beau, rien à craindre « ils » ne se baladent pas par ce temps là, quant aux loups à talonnettes...es tu vraiment assez couard pour les assimiler sérieusement à une menace ? »
Les mots malicieux de sa belle viennent s'entrechoquer dans son esprit tandis qu'il poursuit sa progression sous une frondaison plus sombre. Couard certainement pas...elle même n'était pas assez stupide pour les sous estimer, cette forfanterie avait été prononcé dans le seul but -atteint- de le faire céder. Les Narkaans représentent bel et bien une perpétuelle menace, au crescendo oppressant, sans cesse abreuvé de leurs victoires scélérates. La guerre fait toujours rage, ils ne connaissent qu'elle...aussi ont ils appris à se ménager des moments de paix et quiétude illusoire, dans le vain espoir de vivre leur propre vie, au milieu de ses querelles intestines aussi patriotiques qu'étrangères à de jeunes gens avides de découvrir la vie, et a qui l'on offre que la mort.

« -Tanny ? » La voix d' Eodren s'étrangle dans une inquiétude manifeste. Étalée de tout son long à même le coussin végétal, Taryann Lugar gît, inerte. Les bras nonchalamment disposés le long du corps, paumes vers le ciel, yeux fermés. Délicate poupée de porcelaine,réduite à cet état par quelque force invisible. Comment était ce possible, il n'avait rien entendu, rien senti, rien ! Les jambes flageolantes du jeune lycan soutiennent péniblement son torse secoué de soubresauts, prémices d'une transformation incontrôlée dictée par la violence de son émotion, durant les dernières aunes le séparant de la sculpturale jouvencelle. Il se laisse choir auprès d'elle plus qu'il ne s'agenouille et n'ose la toucher. Il passe et repasse une main tremblante le long de cette joue délicieusement rosie, flaccide à cette impalpable caresse. Il finit par serrer le poing, s’ébroue, son esprit combattant l’impétuosité animale... Il n'y a pas de sang, pas de bruit, ce n'est pas possible elle ne peut...la rage du clan, sa propre rage, comment a t il pu quitter une seconde des yeux celle qu'il chérit du plus profond de ses entrailles ? Car oui il en est sûr à présent, cette douleur, cette sensation de déchirure agitant son corps tout entier, son cœur ...ce n'est pas la peur non, certes non, la perte, l'insondable perte d'un être indispensable, cela oui, assurément.

« Dieu que tu es long! » Souffle avec exaspération la marionnette soudainement réanimée, enroulant ses bras autour du cou viril du torturé. Le corps de ce dernier cesse aussitôt d'être agité de convulsions, docile au soulagement conféré tandis que son regard paniqué se perd dans les prunelles topaze de la lycante. Une seconde son front se barre d'une ride annonçant un flot de reproches pour tant d'inquiétude infondée, mais la donzelle l’évince d'un baiser à l'efficacité remarquable. Un baiser furtif, suivit d'un échange de regards pur et intense, à lui seul aveu de sentiments n'ayant que trop lanterné. Eodren se repaît à nouveau de ses lèvres désormais siennes, un amour de jeunesse qu'il espère éternel le sachant désormais réciproque.

Instant magique figé dans la pourpre. Ce rouge pur et éclatant qui aveugle soudainement la vue de la princesse mutante. Ce tumulte aussi brusque qu'assourdissant dans lequel elle situe des cris guerriers mais surtout la voix d'Eodren éraillée par un cri de souffrance qui se mue en hurlement. La suite des événements est encore plus confuse, elle se sent bousculée, perçoit la fourrure, le sang ...Lorsqu'elle prend enfin la mesure de la situation une main accroche son épaule et la rabat fermement au sol tandis qu'un visage pâle comme la mort se penche sur son cou. Une masse noire jaillit, s'interpose, projette le cadavre ambulant au loin. Enfin l'instinct de survie fait surface, la transformation s'opère, elle prend part au combat de façon totalement irréfléchie, salutaire. Portées par une haine aveugle, ses mâchoires claquent avec frénésie tantôt dans le vide tantôt dans l' âcre chair vampirique. Les lames glissent, tranchent ou s'enfoncent de quelques pouces malgré la souplesse et l'instinct dont elle fait preuve pour les éviter. La morsure du fer décuple incessamment son ardeur, tout est flou, brouillon, chaque seconde providentielle tant le combat fait rage. Quelques minutes seulement, teintées d'éternité aux relents infernaux.

Le silence succède enfin, presque soudain après un tel déchaînement... Le chant de l'averse seul ose le braver, reprenant ses droits. Les halètements de fatigue de la louve ne forment qu'un cœur lointain dans cette symphonie originelle, tout comme ce gémissement presque inaudible. Eodren ! Le regard azur balaye les environs, trop las et préoccupé pour dénombrer les morts. A son tour elle le voit, étendu tel un pantin désarticulé...à la différence près que ce n'est pas un jeu cette fois. En quelques bonds agiles elle est auprès de lui, et comprend aussitôt sans vouloir y croire, que ce murmure était un râle... Le corps du jeune lycan revenu à sa forme humaine baigne dans le vermeil, qu'alimente incessamment ce noirâtre orifice béant au milieu de son abdomen. Elle remarque le vestige d'une lance brisé dépassant de son dos et revoit la stupéfaction dans ses yeux écarquillés, préambule a ce déchaînement de violence. A cette image se substitue l'actuelle... ces iris anormalement brillantes avant que l’Étincelle ne les abandonne. Son glapissement se mue en pleurs étranglés tandis que sa patte retrouve ses phalanges graciles, ultime caresse accompagnant les derniers instants de l'aimé. Les lèvres violacées du mourant tremblent dans une veine tentative de murmure, elle même ne parvient à lui répondre, seuls leurs yeux se parlent une dernière fois. Recroquevillée, prostrée, indifférente à ses douleurs physiques bien moindre à celle qui la consomme de l'intérieur, elle reste seule.

Sans qu'ils n' y prennent garde, le temps avait tourné à l'orage.




Dernière édition par Taryann Lugar le Sam 2 Mar - 13:10, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isarus

avatar

Messages : 45
Date d'inscription : 02/03/2012

MessageSujet: Re: Taryann Lugar   Dim 20 Mai - 12:27

Ma chère Tann !

Tiens tiens, voilà que tu utilises le présent maintenant ? Very Happy
Eh bien, ça te réussit plutôt bien. D’autant plus que c’est un véritable plaisir que de te voir dans un nouveau rôle, surtout un rôle qui utilise si bien les bases déjà posées par Cronose.

Je vois que tu aimes toujours autant les retournements de situation, et tu nous les fais aimer aussi, aussi horribles soient-ils. C’était un vrai plaisir à lire. Surtout en compagnie de cette musique qui a eu la gentillesse de se terminer pile au moment où je lisais le dernier mot !

Bienvenue ma Tannachou ♥️


_________________
Il n'existe ni de mauvais, ni de bon,
Seulement des divergences d'opinion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Taryann Lugar
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hegemonie Sud-Americaine en Haiti: Lugar et Insulza (OEA)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Céleste Fantaisie :: Dans les Grandes Bibliothèques :: Mémoires :: Mémoires Agréés-
Sauter vers: