Forum RPG de fantasy médiévale
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

L'avenir des peuples dépendra des peuples.
Le Peuple de l'Avenir, lui, dépendra de l'Avenir...
[Louise Abraham]

Par les Chutes ! Quand il fallait gagner une bataille,
l’Histoire ne retenait pas l’honneur.
L'Histoire retenait le vainqueur.

[Adriano Di Marechialo]

L'amer est l'écume du souvenir.
[Camiy Saint-Syr]

Ils me reprochent d’abuser de la crédulité des gens.
Pourtant, mon métier est semblable à celui du berger:
j’élève des moutons dans le but de les tondre…
[Ometeotl Jahar]

Il vaut mieux se retrouver devant des Orcs en colère plutôt que devant des nobles
et des politiciens.
Quand un Orc veut te tuer, il le fait savoir clairement
et, généralement, sous tes yeux.
[Barry Toothpick]

Miséricordieux, j’avalerai vos supplications, délices de ma victoire !
[Rubis Solime De Babaux]


Le proverbe "Il faut battre le fer tant qu'il est encore chaud" marche aussi avec les elfes...
[Walgrim Grindal]

Litanie de larmes, symphonie en pleurs majeurs.
Rater une mesure, repartir à zéro. Mélodie funeste.
Danse macabre, l’effleurer et puis s’en retourner pleurer.
Seul.
[Sheren]

Il suffit d’un seul regard
entre deux coups de hache et quelques têtes coupées
pour que leurs destins soient scellés à jamais.
[Kalea Grindal]

Ma soif de vengeance s’est tue dans un murmure :

Le silence…
[Cronose]

Le pire n'est pas de mourir, mais d'être oublié.

[Erwan D. Layde]

Il n'existe ni de mauvais, ni de bon,
Seulement des divergences d'opinion.
[Isarus]

La maîtrise d'une épée doit être apprise, exercée et maitrisée. Le jeune apprenti du forgeron ne commence pas
par forger une belle épée
pour le prince. L'apprentie tapissière ne tisse pas le tapis préféré de la reine
avec ses premiers fuseaux.
Ainsi, le rhéteur fait ses premiers discours à son miroir et le soldat se bat d'abord
contre un mannequin, et non contre son ennemi mortel.

[Maël Theirmall]

L'Harmonie passe aussi par la Diversité,
tel le ciel embrasé d'une soirée d'été.
[Laranith]

Un par un, il traîna les corps jusqu’à la falaise et les jeta à la mer afin de leur offrir une sépulture rapide...

Et afin de libérer la clairière de ces putrides émanations. La nature n’avait pas à contempler la folie des hommes.
Elle n’avait pas à supporter la barbarie des êtres qu’elle avait un jour engendré...
[Trucid]

Partagez | 
 

 Lady Dae

Aller en bas 
AuteurMessage
Lady Dae

avatar

Messages : 1
Date d'inscription : 03/03/2012
Age : 497
Localisation : Sud de la France

MessageSujet: Lady Dae   Lun 14 Mai - 21:36

Lady Dae Destiny


Age : 38 ans

Sexe : femme

Ethnie : humaine

Métier ou Statut : Assistante personnelle du diplomate Archibald Malembic, émissaire envoyé par la couronne au duché de Dune, en charge notamment des courriers reliant Louise et Dune.

Description caractérielle :
*Sous une fausse apparence de docilité, se cache un très fort caractère.
*Réfléchie et Intelligente
*Manipulatrice, obtient toujours ce qu’elle désire sans avoir l’air de demander
*Séductrice et aimant jouer de ses charmes


Description physique :
* Yeux noirs
* Long cheveux noirs
* Elancée, athlétique


Équipements et vêtements :
* Une robe de velours rouge carmin en société remplacée en certaines occasions par une tenue de cuir noir
* Grand manteau de velours noir avec capuche
* Collier constitué d’une lanière de cuir noir et d’un triscalion en argent.
*Aime souvent à tenir une rose rouge à la main
*Une dague dissimulée dans son bustier
*Une fine lanière de cuir noir enroulée autour de sa taille dont elle peut se servir à l’occasion comme fouet.



Particularités magiques : aucune

Comment avez-vous connu Céleste Fantaisie : Je l’ai vu naitre de la plume de mon ami



Mémoires :


La jeune femme tranquillement assise laissait aller sa plume avec une lenteur exaspérante alors que l’impatient étranger faisait les cent pas devant elle.

« C’est scandaleux ! Comment peut-on me faire attendre ainsi ? Vous ne savez donc pas qui JE SUIS !! Je suis le grand Chambellan du Duc de Dune. J’exige d’être reçu sur le champ ! »

L’érudite releva les yeux vers l’inopportun et esquissa un sourire de circonstance.

« Très cher M. Palaton, son excellence Sir Malembic a hélas un emploi du temps des plus chargés. Vous allez être contraint, je le crains d’attendre en ma compagnie. Vous m’en voyez navrée.

- Cela est inacceptable ! Je suis là pour récupérer mon dû. Votre employeur a perdu son pari. Il se doit de l’honorer.

- J’entends bien cher Monsieur. Il le fera aussitôt que possible, soyez-en assuré.»


La jeune femme qui semblait imperturbable invita de la tête le bouillant personnage à s’asseoir sur un confortable fauteuil et retourna à ses travaux d’écriture. L’homme impuissant, poussa un soupir résigné et s’affala finalement dans le siège, rongeant son frein en malmenant le gracile tissu dont il se servait pour s’éponger le visage.
La jeune femme sourit intérieurement. L’homme était là comme prévu, fulminant mais il s’était exécuté et c’est tout ce qui comptait. La suite du plan allait pouvoir se mettre en place. Ouvrant une sacoche marquée du seau de la couronne et renfermant plusieurs parchemins, la jeune femme se mit au travail. Elle en lisait silencieusement le contenu d’un air attentif et interrogatif. Feignant une soudaine nervosité, elle n’eut aucun mal à mimer la maladresse et à répandre le liquide noir sur les documents. Elle peignit sur son visage une détresse sans nom et se mit à nettoyer précipitamment d’un linge l’écritoire et les papiers tâchés. Pour se faire, elle avait adoptée une position inaccoutumée, laissant à son invité une vue imprenable sur son décolleté, que rehaussait un étroit bustier. Levant les yeux vers l’homme, elle surprit son regard concupiscent. Elle avait gagné. S’effondrant au sol de façon théâtrale, elle s’exclama en laissant aller une larme.


« C’est dramatique! Ces documents étaient d’une importance capitale que vais-je faire maintenant ?» hoqueta-t-elle.
L’homme surpris avait bondi de son siège devant la scène. Avancé vers la jeune femme, il lui prit une main et la taille. Il l’aida ainsi à se relever, les yeux ne pouvant se détourner de la voluptueuse poitrine.


« Mais enfin Madame, vous ne devez pas vous mettre dans un tel état pour quelques vulgaires papiers, bafouilla-t-il.

- Vous ne comprenez pas Monsieur, ces documents ne sont pas à moi. Ils concernent les affaires de la couronne … Veuillez m’excuser et oublier cet incident, je vous prie. Je n’ai déjà que trop parlé.

- Mais, il ne saurait en être ainsi Madame. »
Répondit-il plus sûr de lui.

L’homme qui était maintenant très intrigué avait lâchée la jeune femme et s’était emparé des documents souillés. Il était encore possible d’y lire quelques parties, celles dont le plan avait prévu qu’il puisse lire.


« Je vous en conjure Monsieur, laissez cela… »

L’homme découvrit enfin ce dont il s’agissait. Passant brusquement au rouge pivoine, il laissa tomber à terre les papiers.

« Je suis perdue ! Mon employeur ne me pardonnera jamais une telle erreur ! » S’exclama-t-elle.

Le document était le faux d’une missive de l’actuelle Duchesse de Dune, anciennement Vicomtesse Ottavia Di Capistano. Il était adressé à l’employeur de la jeune femme, le diplomate Archibald Malembic. Elle lui parlait d’un autre document dont le destinataire du présent courrier avait eu la garde depuis des années. Incrédule, l’homme prenait lentement conscience de ce qu’il venait de découvrir. Dévisageant la jeune femme d’un œil nouveau, il venait de réaliser que le document que le Duc cherchait depuis des années se trouvait entre les mains de son débiteur, voire même de cette femme devant lui. Le chambellan n’était pas sensé être au courant de l’existence du sulfureux document, pourtant il réfléchissait à un moyen de le récupérer. Si le contenu du parchemin venait à être révélé publiquement, le scandale éclaterait, c’était certain. De plus, cela briserait certainement les actuelles relations diplomatiques entre la couronne et le duché de Dune. Après tout, le diplomate avait contrecarré le Duc en gardant sans dire mots le fameux document. Il se rendit compte que la jeune femme devant lui était en mesure de l’aider à obtenir la dite pièce, susceptible de briser toute relation entre les deux contrées. Se gonflant d’orgueil, il cherchait le moyen d’utiliser cette femme.

« J’ai peut-être la possibilité de sauver votre emploi. Si vous me laisser faire, je connais quelqu’un qui saura faire un faux crédible.

- Mais pourquoi feriez-vous une telle chose pour moi ?

- Je vois bien toute la détresse qu’engendre votre situation et je ne sais résister à une belle femme dans le besoin. »


Le chambellan enrobait ses manœuvres sous un faux air de générosité. C’était parfait pensa la jeune femme. Il croirait alors la tenir en son pouvoir, pourtant c’était lui la victime du complot. Elle pourrait ainsi lui fournir toutes les fausses informations nécessaires à ses futurs projets. Il ne doutait même pas de la véracité de ce qu’il avait lu. Feignant la résignation, elle se laissa aller à quelques confidences supplémentaires.

« Comprenez-moi, Monsieur, je ne souhaite en aucun cas nuire à qui que ce soit. Je suis simplement dans une situation délicate, je me dois d’assumer mes erreurs, même si Sir Malembic doit me congédier.

- Nul besoin d’arriver à de telles extrémités. Il suffit de retranscrire le contenu de ce que vous avez lu et personne n’en sera lésé. Mais quel est donc ce document dont il est fait
mention ici ? Il serait peut-être préférable que j’en prenne connaissance afin de rendre crédible la lettre de remplacement. »


Il profitait de l’occasion comme prévu. Elle arrivait enfin à ses fins. Simulant les affres d’une conscience qui la tourmentait, elle finit par soupirer et rendit les armes.

« Peut-être, serait-ce préférable… en effet … »

Il la tenait, pensa l’homme. Pourtant, il ne s’était pas rendu compte que la partie que les deux protagonistes avaient jouée, n’avait eu que pour but d’amener le chambellan à extorquer un document falsifié. Arrivé dans les mains de ce dernier elle ne doutait pas que le contenu serait utilisé selon son plan et elle en jubilait d’avance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adriano Di Marechialo
Admin
avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 29/02/2012
Age : 1055

MessageSujet: Re: Lady Dae   Dim 20 Mai - 12:28

Chère Lady Dae,

Il me semble que c’est en tant qu’Adriano Di Marechialo, plus qu’en tant qu’Isarus ou Louise, que je me dois te valider.

J’ai le sourire depuis que j’ai fini de lire cette fiche. Je retrouve la plume de ma grande partenaire Rp. Alors, même si tu me soutiens qu’elle est rouillée, j’ai pris un grand plaisir à lire ce nouveau personnage haut en couleur.
L’intrigue y est bien plus poussée et peut donner lieu à un développement palpitant. Tu affirmes la force des femmes dans ce texte. Une force discrète, subtile (ou non d’ailleurs Razz). Tu affirmes le pouvoir qu’ont les femmes à contrôler le pouvoir des hommes. Et je suis curieux de voir ce que ça peut donner avec Adriano…

J’aime énormément !
Quelle joie de te retrouver Very Happy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://celeste-fantaisie.superforum.fr
 
Lady Dae
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The Lady
» LADY MASTERMIND ♠ Whatever Gets The Job Done [Fiche Terminée]
» Lady canichette Toy 12 ans (14) verson
» presentation lady voldemort
» Lady Cheshire Phantomhive

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Céleste Fantaisie :: Dans les Grandes Bibliothèques :: Mémoires :: Mémoires Agréés-
Sauter vers: