Forum RPG de fantasy médiévale
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

L'avenir des peuples dépendra des peuples.
Le Peuple de l'Avenir, lui, dépendra de l'Avenir...
[Louise Abraham]

Par les Chutes ! Quand il fallait gagner une bataille,
l’Histoire ne retenait pas l’honneur.
L'Histoire retenait le vainqueur.

[Adriano Di Marechialo]

L'amer est l'écume du souvenir.
[Camiy Saint-Syr]

Ils me reprochent d’abuser de la crédulité des gens.
Pourtant, mon métier est semblable à celui du berger:
j’élève des moutons dans le but de les tondre…
[Ometeotl Jahar]

Il vaut mieux se retrouver devant des Orcs en colère plutôt que devant des nobles
et des politiciens.
Quand un Orc veut te tuer, il le fait savoir clairement
et, généralement, sous tes yeux.
[Barry Toothpick]

Miséricordieux, j’avalerai vos supplications, délices de ma victoire !
[Rubis Solime De Babaux]


Le proverbe "Il faut battre le fer tant qu'il est encore chaud" marche aussi avec les elfes...
[Walgrim Grindal]

Litanie de larmes, symphonie en pleurs majeurs.
Rater une mesure, repartir à zéro. Mélodie funeste.
Danse macabre, l’effleurer et puis s’en retourner pleurer.
Seul.
[Sheren]

Il suffit d’un seul regard
entre deux coups de hache et quelques têtes coupées
pour que leurs destins soient scellés à jamais.
[Kalea Grindal]

Ma soif de vengeance s’est tue dans un murmure :

Le silence…
[Cronose]

Le pire n'est pas de mourir, mais d'être oublié.

[Erwan D. Layde]

Il n'existe ni de mauvais, ni de bon,
Seulement des divergences d'opinion.
[Isarus]

La maîtrise d'une épée doit être apprise, exercée et maitrisée. Le jeune apprenti du forgeron ne commence pas
par forger une belle épée
pour le prince. L'apprentie tapissière ne tisse pas le tapis préféré de la reine
avec ses premiers fuseaux.
Ainsi, le rhéteur fait ses premiers discours à son miroir et le soldat se bat d'abord
contre un mannequin, et non contre son ennemi mortel.

[Maël Theirmall]

L'Harmonie passe aussi par la Diversité,
tel le ciel embrasé d'une soirée d'été.
[Laranith]

Un par un, il traîna les corps jusqu’à la falaise et les jeta à la mer afin de leur offrir une sépulture rapide...

Et afin de libérer la clairière de ces putrides émanations. La nature n’avait pas à contempler la folie des hommes.
Elle n’avait pas à supporter la barbarie des êtres qu’elle avait un jour engendré...
[Trucid]

Partagez | 
 

 Missives Égarées

Aller en bas 
AuteurMessage
Ilianie Devane

avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 06/06/2012

MessageSujet: Missives Égarées   Mar 12 Juin - 8:07

Le temps était au beau fixe et c’était sans doute la meilleure nouvelle de la journée. Un soleil doux rayonnait sur les premières fleurs de la saison, tandis qu’une brise venait faire onduler les drapeaux hiboux de la capitale des hommes. Ilianie, assise à sa table, prenait un solide petit déjeuner. Il fallait au moins ça, car la mission sur laquelle elle était ne serait pas de tout repos. Non pas que ça lui déplaisait de venir en aide à de pauvres messagers capturés, elle ne se sentait pas d’assassiner quelqu’un de sang froid. Elle préférait de loin un combat à la loyal, comme un vrai chevalier. Mais elle aurait tout le temps d’y réfléchir une fois sur place, ses compagnons se chargeraient peut-être de la sale besogne.

Un chant d’oiseau aigüe et mélodieux lui arracha un sourire. Un pinson, sans doute. La jeune fille s’étira et alla se préparer : l’armure ajustée, l’épée aiguisée, les bottes serrées et la bourse à la ceinture, la demoiselle se saisit d’un petit baluchon qu’elle balança sur son dos. Son maître avait été averti : cette mission durerait certainement plusieurs jours, voir plusieurs semaines. Tout dépendrait des difficultés du voyage. Il l’avait vivement encouragée, car Ilianie n’avait eu que peu d’occasion de voir le monde. Il lui avait même prêté une carte du monde et une boussole, pour essayer de pallier à son orientation déplorable.

Une fois parée, l’adolescente quitta sa maison en ruine et s’élança, le cœur léger, vers les portes de la Louise. Elle avait déjà calculé son itinéraire, elle savait par où passer et quels chemins éviter. Le premier lieu à éviter était Murville. Non pas que faire une pause dans la grande cité lui soit déplaisante, mais elle n’avait pas le droit d’y mettre les pieds. Pas encore… Peut-être un jour, lorsque son père serait mort et s’il ne laissait pas d’héritiers, alors elle deviendrait duchesse. Cette simple idée lui fit parcourir un frisson d’angoisse. Elle ? Duchesse ? Et qui plus est d’une ville qu’elle ne connaissait pas du tout ? Ce serait vraiment trop étrange ! Elle était ainsi persuadée que son géniteur donnerait naissance à un héritier légal.

Les routes s’ouvraient à elle. Elle voulait faire au plus vite, aussi le mieux à faire était-il de passer par les montagnes, aux alentours de Murville et du grand pont. Prenant une inspiration, la demoiselle se mit en marche d’un pas vif et fier. Le chemin la mènerait jusqu’au pont, le reste dépendrait d’elle car les routes à travers les montagnes étaient bien difficiles.

Dans ces moments, Ilianie regrettait de ne pas avoir de monture. Elle n’avait pas encore les moyens de s’en payer un, mais peut-être un jour en aurait-elle l’occasion. Les kilomètres, même sous un temps aussi agréable, commencèrent vite à se faire sentir. La jeune fille était endurante et persévérante, mais son corps manquait encore de muscles. Le soleil, déjà haut dans le ciel, lui imposa une petite pause casse-croûte qu’elle fit avec un plaisir non dissimulé. Au moins, elle pouvait complimenter le Destin, car elle n’avait croisé personne depuis son départ. Non pas qu’elle ne souhaitait pas un peu de compagnie, mais mieux valait la solitude à une mauvaise compagnie.

Quelques jours s’écoulèrent, le parcours fut loin d’être aussi simple qu’elle l’aurait souhaité. Elle fit tout de même quelques mauvaises rencontres et d’autres plus agréables, surtout aux alentours de Murville. Une fois dans les montagnes, elle se perdit plus d’une fois et tourna en rond jusqu’à trouver un chemin de chèvres qui la conduisait vers l’endiablée. Finalement, peut-être aurait-il mieux valu qu’elle fasse le tour de la mer intérieure, ou qu’elle la traverse tout simplement. Elle cherchait la difficulté…

Son arrivée au village du sud de la mer intérieure l’emplit de soulagement. Elle était complètement épuisée et à cours de provisions. A cet instant, elle ne ressemblait plus du tout à l’adolescente toute fière qui avait quitté Louise d’un pas confiant. Elle ressemblait à une aventurière débutante qui avait éprouvé quelques difficultés à survivre dans la nature. Ce qui était le cas ! Son bras droit avait subi le coup d’épée d’un brigand, elle l’avait bandé comme elle l’avait pu mais elle n’était pas guérisseuse. Aussi, son entrée dans le village la conduisit directement vers la taverne, où elle s’écroula sur une chaise.

Une serveuse brune plutôt voluptueuse, vêtue d’un corset noir et d’une jupe rouge, vint prendre sa commande.

- Apportez-moi une bière et un poulet, s’il vous plaît !

La serveuse dévisagea la demoiselle et secoua la tête.

- Pas d’alcool pour les enfants !

Il n’y avait rien de plus vexant pour cette adolescente. Etre traitée comme une gamine… En faisant une moue très agressive, elle accepta d’un signe de tête le jus d’orange que lui proposait la serveuse. Cette dernière s’en alla et Ilianie se laissa basculer sur le dossier de sa chaise. Elle n’avait pas encore jeté un vrai coup d’œil à la taverne. Certaines tables comportaient des activités diverses. Outre les gens qui, comme elle, venait prendre un repas, il y avait une table à laquelle des gens jouaient aux cartes, une autre où les hommes se livraient au jeu du couteau et une dernière où une voyante pratiquait ses arnaques. Au fond de la taverne, un jeu de lancé de couteau faisait fureur. Au moins, personne ne ferait attention à elle ! Sans doute…

La serveuse revint avec un plateau et le lui déposa. Ilianie se jeta férocement sur les victuailles. Féminine ou pas, elle mourait de faim. Lorsque son estomac fut repus, elle sortit son ordre de mission. Elle n’allait pas faire la mission seule et elle devait retrouver des compagnons dans le village. Le hasard avait bien fait les choses : il n’y avait qu’une taverne et c’était ici qu’ils devaient se retrouver. Mais comment se reconnaître sans poser de question ? Car, poser des questions risquait d’attirer l’attention de l’aristocrate… Lâchant un soupir, Ilianie essaya de détailler les gens qui, comme elle, pouvait être à la recherche d’un partenaire de mission.

Alors qu’elle se concentrait sur sa recherche, elle sentit une épaule se poser sur la sienne avec poigne. La demoiselle sursauta, prise par surprise, et leva la tête vers les deux hommes qui la dévisageaient.

- Et chérie, c’est combien ?

Leur haleine empuantie laissait deviner leur état d’ivresse. Ilianie leur adresse un regard noir et retourna à sa contemplation de la salle. Elle ne savait pas encore à quel point un homme ivre pouvait être dangereux, mais elle commença à le réaliser lorsque celui qui lui avait saisi l’épaule l’obligea à se tourner vers lui à nouveau.

- Tes b-bouchée ? Hein ? C’est c-combien pour te b…

Ilianie se releva brutalement. Elle ne pouvait pas tirer son épée ici, aussi se contenta-t-elle d’attraper l’homme par le cou pour lui empêcher de terminer sa phrase.

- Personne ne vous a appris à être poli avec les demoiselles ?

L’autre homme, furieux, se saisit d’une chaise, prêt à frapper. La bagarre de taverne semblait inévitable. Quel discrétion… Mais là, elle ne pouvait pas vraiment s’en vouloir ! Elle n’avait fait que défendre sa vertu. Alors que la chaise entamait un mouvement pour s’abattre sur sa tête, elle parvint à esquiver et à laisser le premier homme se prendre le coup, ce qui sembla d’étourdir. Seule, elle aurait peut-être pu s’en sortir, cependant son état de faiblesse ne garantissait aucune victoire… même contre deux hommes ivres. Son regard balaya rapidement la salle, à la recherche d’un soutien.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dimitri M. Proserpina

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 06/05/2012

MessageSujet: Re: Missives Égarées   Jeu 14 Juin - 19:21

Dimitri était assis à une des nombreuses tables de l'auberge. Il observait amusé les autres personnes présentes. Peu importe l'endroit sur la plaine où l'on se trouve, il y a toujours une auberge qui tenait lieu de taverne et qui abritait tous les ivrognes du coin. Et pourtant, Dieu sait combien Dimitri avait voyagé de par le monde mais apparemment, d'après ses conclusions, c'était une des grandes constantes de ce monde. Peu importe le degré d'isolement des villages, peu importe l'accessibilité des terres et leur hospitalité, il y aura toujours des hommes et des femmes qui prendront place dans ce genre de lieu. Dimitri lui y venait la nuit habituellement, alors qu'il commençait sa journée. À la recherche d'ambiance peut-être, ou de rumeurs qui la concerneraient elle, sa sœur adorée. Bien que ce soit lui qui soit parti, il faisait tout pour la retrouver. Azalée. La personne pour laquelle il vivait. L'être qu'il chérissait plus que tout. L'élue, avec laquelle il régnerait sur le monde, lorsque le Seigneur serait venu le rejoindre des fonds des entrailles de la terre.

Mais ce soir là, c'était différent. Il était en mission. Comment était-il arriver jusque dans ce petit village, dans cette auberge ? Juste une coïncidence, ou plutôt, de la curiosité. Des informations aussi. Des rumeurs tout simplement. Mais un espoir tout de même.

***


Une dizaine de jours plus tôt, la nouvelle lui était parvenue aux oreilles, alors qu'il était dans la bibliothèque. Lire, il n'y avait plus que ça dans sa vie à présent. Lire et chercher. Des signes pour le retrouver, lui, le Seigneur, qui l'avait désigné et lui avait parlé durant toute son enfance et son adolescence. Il ne se manifestait plus autant qu'avant mais il l'entendait parfois, encore. Juste quelques mots. Souvent à peine plus qu'une intuition qu'il lui mettait dans la tête. Dimitri suivait ces idées. Il avait une confiance aveugle en lui. Il lui permettrait de la retrouver elle, et les unirait à nouveau. Il dominerait tout alors, et leur amour sera plus fort que tout. Mais en attendant ce jour, Dimitri parfaisait ses connaissances, afin d'être digne d'eux. D'elle et de lui.

En cette fin d'après-midi, un papier lui était parvenu. Comme beaucoup d'autres par jour à vrai dire. Il n'y jeta qu'un coup d'oeil rapide, sans vraiment s'y attarder. Cela concernait encore une affaire de l'Ultime Alliance. Dimitri n'en avait que cure, et s'il recevait encore des missives et des demandes de leur part, c'est simplement à cause de l'influence qu'il exerçait dans les environs et parce que l'Ultime Alliance voyait large lorsqu'il avait besoin d'aide. Dimitri faisait apparemment partie des listes de personnes qui peuvent être d'une quelconque aide. Ou alors c'était une erreur …

Alors qu'il allait jeter la lettre dans le feu de la cheminée de sa bibliothèque, il se manifesta. Lui. Aucun mot, aucune pensée, aucune idée. Il insuffla juste un refus. Il fit en sorte d'arrêter la main de Dimitri avant qu'elle ne lâche la feuille. Intrigué mais sans en savoir plus, Dimitri l'avait alors considéré avec plus d'attention. Un certain conte, qui interceptait des missives et emprisonnait les hérauts. Dimitri passa le reste de la soirée à se demander ce que cela avait à voir avec lui, attendant peut-être un autre signe, une autre indication, mais rien ne vint. Le silence total. Tant pis. Le signe avait été clair. Le lendemain, il avait confirmé sa participation à cette mission.

***


L'ambiance agitée dans la taverne ramena Dimitri à la réalité, le faisant quitter ses pensées temporairement. Malgré l'heure très peu tardive, il y avait déjà des personnes passablement ivres. Cela amusait Dimitri tout comme ça l'énervait un peu. Les gens saouls étaient plus curieux, plus téméraires, plus enclins à en venir aux mains et surtout, ils ne réfléchissaient pas. Leurs esprits étaient totalement fermés. La manipulation mentale fonctionnait mal sur eux. Certes, il pouvait toujours compter sur sa force physique irréprochable mais il n'aimait pas attirer les regards sur lui. La subtilité. Voilà ce qui manquait aux hommes pour lui. Voilà pourquoi peu était amené à régner parmi eux. Voilà pourquoi Dimitri au contraire accéderait à ce pouvoir.

Une femme entra dans la taverne et s'affaissa directement sur une des chaises libres. Elle ne regarda personne mais par contre, Dimitri l'observa avec attention. Il était là pour la mission mais ne connaissait pas encore ceux qui devaient l'accompagner. L'Ultime Alliance avait insisté pour que personne ne se lance seul dans le manoir à la recherche de la cible. C'était une aberration pour Dimitri qui pensait pouvoir s'infiltrer plus silencieusement seul qu'accompagné mais il n'avait rien dit. Ses compagnons seraient son fardeau. Tant pis …

***


Trois jours plus tôt, une autre lettre venant de l'Ultime Alliance parvint jusqu'à Dimitri. Selon ce qu'il y avait écrit dessus, il avait été sélectionné – sélectionné, quel comble – pour participer à la mission. Il y avait apparemment des critères pour pouvoir remplir les missions. Ou bien était-ce spécifique aux personnes venant d'Eméodia ? Comment savoir. Pourquoi savoir de toute façon. La lettre lui indiquait aussi le lieu de rendez-vous ainsi que l'identité des autres personnes qui rempliraient la mission avec lui. Elle se terminait sur une simple phrase. « Le reste des informations vous sera transmis sur place. » Ou comment obliger les personnes à venir quand même au rendez-vous …

***


Des éclats de voix ramenèrent encore une fois Dimitri à la réalité. Une bagarre allait sûrement éclater. Entre qui et qui . Il n'en savait encore rien. Mais le temps de faire le tour de la pièce des yeux, Dimitri vit immédiatement que c'était la nouvelle arrivée qui faisait déjà du grabuge. Il faut dire qu'elle était loin d'être laide et pour les hommes ivres, il n'en fallait pas plus pour tenter leur chance. Et ce n'était pas les réticences et les refus de la dame qui les faisaient reculer, bien au contraire. Plus elle les repoussait, plus ils accentuaient la prise qu'ils avaient sur elle. L'ambiance s'était tout d'un coup refroidie dans la taverne. Tous les regards se portaient sur ces trois personnages mais personne n'osa bouger pour séparer les deux hommes de la dame. Si ça continuait comme ça, cette histoire se terminerait mal.

Déjà, les esprits s'échauffaient. La dame leur résista. Peut-être un peu trop à leur goût. Pour eux, le désir et l'envie avaient laissé place à la colère et l'agressivité. L'un des deux prit une chaise dans ses mains. Le temps qu'il se stabilise sur ses jambes, qu'il réunisse assez de force et de concentration pour contrôler la trajectoire de la chaise, la dame s'était préparée. Elle esquiva sans mal, malgré la fatigue. Le plus drôle, c'est que dans son élan, la chaise frappa l'autre homme. Loin de l'assommer complètement, cela fit monter son envie de se battre.

***


Quelques heures plus tôt à peine, Dimitri était arrivé au village. Le rendez-vous avait été donné en soirée, comme pour le satisfaire lui. Lui le vampire. Lui ne pouvant sortir la peau découverte sous le soleil. Heureusement que les vêtements épais protégeaient des rayons mortels de ce maudit astre, sans quoi, tous les vampires devraient voyager exclusivement durant la nuit et jamais dans la journée. Dimitri était arrivé en début d'après-midi. Il était en avance, exprès pour pouvoir repérer les lieux et espérer croiser d'autres membres du groupe avant la rencontre avec tout le monde. Avant d'apprendre le reste des informations aussi. Il avait tout de suite repéré la taverne et s'était installé à l'intérieur. Quoi de mieux qu'une taverne pour récolter des informations ?

***


Dimitri s'était levé, machinalement. Personne d'autre n'était intervenu et son côté cavalier lui avait fait quitté son siège pour prendre la défense de la dame. L'homme qui avait donné le coup de chaise était complètement abruti. Tourné vers son ami qu'il avait frappé, il ne paraissait pas savoir comment réagir. L'autre par contre semblait avoir été réveillé par ce coup. En un coup de poing, il l'étala par terre. Énervé. Il saignait un peu du nez, et apparemment, il voyait rouge. Rempli de rage, il s'élança sur la dame, dans l'espoir de la plaquer au sol et de l'agresser. Dimitri ne le laissa pas faire. Son avant-bras vint accueillir le torse de l'homme et le coupa littéralement en deux. Ainsi plié en deux, le cou fut bien en vue. Dimitri résista à l'envie d'y planter ses crocs pour le punir et le laissa simplement s'écrouler par terre. Il jeta un regard à la demoiselle qui semblait comme tétanisé. La fatigue se lisait sur son visage, et le soulagement aussi, enfin, d'après ce que put voir Dimitri avant de quitter rapidement l'établissement. Il n'aimait pas trop être le centre de l'attention et de toute façon, l'heure du rendez vous approchait.

***


Devant le plus grand bâtiment du village, un homme attendait, seul, avec juste un morceau de papier dans la main. Dimitri l'observait à distance. C'était sans doute lui le contact local. Ça ne pouvait être que lui de toute façon, il n'y avait personne d'autre. Pour l'instant. Bientôt, deux autres hommes arrivèrent et s'approchèrent de lui. Juste après, une femme, sûrement une elfe d'après ce que voyais Dimitri, les rejoignit. Il était temps. Temps pour lui de se faire connaître des autres. Il se dirigea donc vers eux, d'un pas maîtrisé. Il ne voulait ni paraître pressé ni trop lent. Il s'intégra au cercle qui s'était formé et effectivement, c'était bien le groupe qu'il attendait. Dès son arrivé, ils refirent un tour des présentations. Les deux hommes s'appelaient Sva et Marth, la femme Aerith.

« Je suis Dimitri. Et toi, comment tu t'appelles ? » Il s'adressait à l'homme qui tenait la feuille de papier, encore enroulée et cachetée.

« Je suis juste un intermédiaire dans cette mission, vous n'avez pas besoin de connaître mon nom. Nous attendons la dernière personne puis je vous donnerai l'ordre exact de la mission ainsi que l'emplacement de la cible. »

« Encore une personne ? »

En effet, tous se tournèrent vers la direction dans laquelle arrivait une femme. Dimitri la reconnut aussitôt. C'était la dame qui était dans l'auberge tout à l'heure et qui avait failli se faire agresser. Ironie du sort ? Peut-être bien …



HRP:
 

_________________

« Quel cri entends-tu au fond du monde ? Une autre vie nous incombe à tous.
Laquelle ? Qui seras-tu quand tout s'effondre et quand la fin souffle sur les
tombes.
Je sais, qu'elle nous envolera au-delà. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ilianie Devane

avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 06/06/2012

MessageSujet: Re: Missives Égarées   Ven 15 Juin - 7:51

Ilianie était complètement épuisée. Elle sentait ses jambes trembler, alors qu’elle n’était pas vraiment effrayée. Evidemment, elle ne pouvait pas ne pas avoir peur, elle connaissait le danger. Ne pas avoir peur aurait été de l’inconscience. Elle était affaiblie, dans une taverne chez les démons, et deux hommes ivres la menaçaient alors qu’elle devait se montrer discrète. Tout pour réussir. Elle avait peur, mais pas assez pour en trembler ainsi. La faiblesse de ses jambes n’était du qu’à la fatigue. Ce n’était pas rassurant pour la jeune fille, car sa faiblesse la rendait trop vulnérable à ces deux idiots agressifs. Si seulement elle avait pu avoir l’occasion de se reposer un peu… Elle leur aurait montré de quoi était capable un chevalier énervé !

Ilianie n’en pouvait plus, mais elle était prête à défendre chèrement sa peau. L’homme qu’elle avait esquivé et qui avait frappé son compagnon avec la chaise reçut la juste récompense de sa misérable tentative : son compagnon, furieux, lui asséna son poing dans le nez. Ilianie esquissa un sourire victorieux. Les voir se battre entre eux aurait été un réel plaisir. Il semblait cependant que les deux individus s’entendaient trop bien sur leur envie de pourrir la journée de la demoiselle. Furieux, celui qui venait d’être frappé, saignant du nez, se jeta sur Ilianie. Elle le vit arriver sur elle mais elle resta tétanisée, tant par la fatigue que par la surprise. Pourquoi ? Pourquoi ne s’était-il pas jeté sur son compagnon pour lui faire payer le coup de poing ? Pourquoi sur elle ? La logique lui échappait, son esprit s’embrouillait.

Tout se passa très vite, elle vit un homme surgir de nulle part et arrêter brutalement la course de l’ensanglanté d’un seul coup de bras. Un seul coup de bras ! Ilianie en écarquilla les yeux. Quelle puissance physique ! Il était resté debout sur ses deux pieds, sans trembler, sans même accuser le coup, et il avait interrompu la course d’un homme furieux en plein élan… avec un seul bras ! L’ensanglanté s’écroula à terre et le sauveur de la demoiselle posa un regard sur elle. Elle devait paraître complètement stupide, debout ainsi, paralysée. Un chevalier à qui on venait à son secours… Quelle honte ! Mais elle était cependant soulagée que cet homme soit intervenu. Sans lui, elle aurait passé un mauvais moment. Retrouvant assez d’esprit, elle inclina la tête pour le remercier.

Lorsqu’elle la releva, il était déjà parti, telle une ombre. Apparu au bon moment, disparu juste après. Un ange noir venu la protéger… Ilianie esquissa un sourire. Elle se souvenait un peu du visage de son sauveur, mais elle n’avait guère eu le temps de le détailler. Elle saurait le reconnaître si elle le recroisait. Elle avait une dette d’honneur envers lui et elle détestait avoir des dettes de ce genre. L'adolescente voulut retourner à sa place, mais elle réalisa que tous les regards se portaient encore sur elle. Très mauvaise idée. En poussant un soupir, elle alla voir le tavernier et lui demanda un chambre pour quelques heures. Il restait du temps avant l’heure du rendez-vous, elle voulait se reposer un peu. Mieux valait être en forme pour la mission !

Ilianie demanda de l’eau et se décrassa dans la baignoire de métal, dans la petite chambre. Elle en profita pour désinfecter sa plaie au bras. Au moins, il ne s’agissait pas d’une blessure ouverte, elle n’aurait pas à demander un nécessaire à couture. Cette idée la révulsait, elle n’était pas encore assez aguerrie. L’expérience lui viendrait sur le terrain. A aucun moment, elle ne s’imagina mourir au combat. Après une petite séance de nettoyage, elle alla s’allonger sur le lit pour récupérer des forces. Le repas, la bagarre, le bain… tous lui fit rapidement fermer les yeux, son rythme se calquant sur le tic-tac de l’horloge.

Tout était calme, silencieux. Peut-être trop. Ilianie ouvrit les yeux et posa son regard bleu-vert sur la fenêtre : la nuit était tombée. Il devait être l’heure de dormir. Elle se rallongea, avant de se lever d’un bond, le coeur battant : le rendez-vous ! Elle risquait de manquer l’heure du rendez-vous !

S’habillant à la hâte, elle manqua tomber plus d’une fois en mettant ses bottes et en attachant son armure. Elle ne cessait de s’insulter de tous les noms, variant entre « idiote », « incapable » et « cruche ». Elle s’éclipsa rapidement de la chambre et régla sa note avant de filer sans la moindre discrétion. Peut-être n’était-elle pas la personne la plus appropriée pour cette mission, finalement.

Elle arriva au rendez-vous. Un petit attroupement y était déjà, aussi ralentit-elle la cadence, reprenant son souffle et tentant de convaincre ses futurs compagnons qu’elle était sereine. Rien de tel que d’être en retard pour se fouetter le sang. Au moins, elle avait bien récupéré ses forces ! Seul son bras pouvait lui poser quelques problèmes pour les combats. Tant pis, elle ferait avec.

La jeune fille posa un regard sur ses compagnons de missions. Une femme aux oreilles pointues et trois hommes, sans compter le vieil homme qui se tenait devant tout le monde. Le regard d’Ilianie s’arrêta sur un des hommes, le plus sombre. Elle tenta de cacher sa surprise, car visiblement son Ange Noir faisait parti de l’ultime alliance et les accompagnerait ! Après tout, il était doué pour la discrétion, lui. Le petit groupe fit les présentation. Sva, Marth, Aerith et Dimitri, son sauveur.

Le vieil homme qui se tenait face à eux prit la parole :

- Bien, nous sommes au complet.

Il jeta un coup d’œil alentours, sans doute pour s’assurer de ne pas être entendu par d’autres personnes. La rue était complètement déserte. C’était une bonne chose, mais en territoire démoniaque, Ilianie trouvait ça étrange. Nombreuses étaient les créatures des ténèbres qui appréciaient la douceur de la nuit…

- L’aristocrate à qui vous devez rendre une petite visite s’appelle Maybor de Cribelin. Vous trouverez son manoir en suivant le chemin qui part vers le nord-ouest, à la sortie du village. Son manoir, au bord de la mer, a une vue plongeante sur le village. Maybor est isolé mais extrêmement paranoïaque. Sa demeure est une vraie forteresse, gardée par des hommes et peut-être par d’autres choses. Nous n’avons pas pu identifier les grognements. Le manoir est entouré d’un haut et solide grillage, cependant nous avons pu remarquer deux barreaux un peu rouillés, que notre première équipe a pu entamer. Il vous suffira de passer par là pour vous infiltrer dans l’enceinte de sa résidence. Longez la grille par l'Est, un tout petit mouchoir blanc est attaché à la partie abîmée. Nous n’avons pas pu obtenir plus d’informations. Vous savez ce que vous avez à faire. Bonne chance !

L’homme s’éclipsa, laissant l’équipe livrée à elle-même. Voilà qui ne s’annonçait pas très bien. Ilianie avait un très mauvais pressentiment concernant cette mission. Un paranoïaque était capable de faire garder sa demeure par les pires créatures existantes en ce monde, et cet aristocrate était un démon. La demoiselle supposait qu’il savait parfaitement qui contacter pour se fournir en matière première. Sans doute à la surprise générale, Marth prit la parole le premier.

- Toute mission nécessite un capitaine. Si vous le souhaitez, j’en accepte la responsabilité.

Ilianie ne s’y opposa pas. Elle ne voulait pas prendre la responsabilité d’une mission aussi périlleuse. Même si elle ne reculerait pas, même si elle n’abandonnerait pas ses compagnons, elle ne pouvait pas se résoudre à prendre sur elle les vies des autres.

HRP
Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dimitri M. Proserpina

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 06/05/2012

MessageSujet: Re: Missives Égarées   Sam 16 Juin - 20:33

C'était effectivement elle. Comment aurait-il pu l'oublier ? Cela s'était passé à peine quelques heures plus tôt, voire moins. C'était donc elle la dernière personne attendue. Au moins, c'était enfin une tête qu'il connaissait. En son for intérieur, Dimitri espérait qu'elle s'en sortirait mieux une fois qu'il serait au milieu de la mission que ce qu'il avait vu dans la taverne. L'habit ne faisait pas le moine, et sa tenue de combat n'avait pour l'instant pas tellement montré plus ça l'habilité de la dame au combat. Elle arriva alors auprès du petit groupe qui s'était déjà formé autour du représentant de l'Ultime Alliance. Elle était essoufflée, même si elle faisait tout pour que sa respiration soit normale. Dimitri pouvait entendre son sang dans ses veines. Il allait vite. Malgré l'obscurité due à la nuit qui tombait peu à peu, Dimitri ne put cacher son visage et il vit dans les yeux de la dame qu'elle aussi l'avait reconnu. Pas étonnant, il lui avait sauvé la vie. Mais il n'aimait pas se vanter ou se distinguer par ses actes, aussi, il remercia le fait qu'ils soient en groupe et qu'elle ne dise donc rien en particulier à ce sujet. Ils firent alors un nouveau tour des présentation, pour la nouvelle arrivée, tour qui fut interrompu par le chargé du message qui était apparemment pressé.

« Bien, nous sommes au complet. »

Effectivement. Ils formeraient une équipe de cinq personnes. Pour Dimitri, c'était presque trop mais il ne pouvait pas discuté cet ordre. Il venait d'en haut, ou plutôt, de ceux qui décidaient de l'attribution des missions au sein de l'Ultime Alliance. Si Dimitri avait pu leur parler avant, il aurait peut-être pu négocier pour n'avoir qu'un nombre restreint de compagnon. Mais après tout, peut-être que le manoir était réellement dangereux ? L'homme décacheta la lettre officielle.

« L’aristocrate à qui vous devez rendre une petite visite s’appelle Maybor de Cribelin. Vous trouverez son manoir en suivant le chemin qui part vers le nord-ouest, à la sortie du village. Son manoir, au bord de la mer, a une vue plongeante sur le village. Maybor est isolé mais extrêmement paranoïaque. Sa demeure est une vraie forteresse, gardée par des hommes et peut-être par d’autres choses. Nous n’avons pas pu identifier les grognements. Le manoir est entouré d’un haut et solide grillage, cependant nous avons pu remarquer deux barreaux un peu rouillés, que notre première équipe a pu entamer. Il vous suffira de passer par là pour vous infiltrer dans l’enceinte de sa résidence. Longez la grille par l'Est, un tout petit mouchoir blanc est attaché à la partie abîmée. Nous n’avons pas pu obtenir plus d’informations. Vous savez ce que vous avez à faire. Bonne chance ! »

Après avoir lu son message, il disparut presque instantanément. À peine le temps de cligner des yeux, et il était parti. Très étrange. Trop rapide. Peu importe au final. Il pouvait bien disparaître à la vitesse qu'il voulait. Il avait laissé l'ordre de mission, il était à présent temps de se mettre en route, et rapidement s'il voulait terminer tout ça avant le début de la nouvelle journée. Non pas que le soleil dérangeait Dimitri, mais il ne fallait pas qu'il prenne de risque et s'y expose inutilement sous peine de souffrir un peu ou de devoir s'abriter et ainsi être inutile au groupe. Non, de toute façon, la nuit venait à peine de tomber, et le manoir n'était pas très loin. Ils y seraient bien avant que la lune soit à son point le plus haut et ils auraient terminés avant que l'astre du jour ne fasse son apparition.

Maintenant qu'ils savaient où aller, il fallait qu'ils se mettent en route. Mais quelque chose les retenait, ou plutôt les empêchait de partir. Il manquait plus qu'une parole. Il ne manquait plus que quelqu'un prenne la tête du groupe et dise aux autres d'y aller. Quelqu'un pour le mener en somme. Qui oserait prendre ce rôle ? Ce fut finalement Marth qui le fit le premier.

« Toute mission nécessite un capitaine. Si vous le souhaitez, j’en accepte la responsabilité. »

Il avait vu juste, même si tout le monde en était arrivé au même raisonnement. Dimitri regarda les autres membres du groupe. Qui était prêt à remplir ce rôle ? La dernière arrivée, la dame qui était à la taverne tout à l'heure ? Peut-être qu'elle pourrait mais elle ne voudrait jamais. Non seulement Dimitri savait comment elle avait été quelques heures plus tôt lors de son petit moment de faiblesse, mais en plus, elle était arrivée la dernière, chose qui ne la prédisposait pas vraiment à prendre la parole en première. L'elfe ? Elle paraissait bien trop discrète, bien trop renfermée sur elle-même, elle ne saurait jamais donner des ordres comme il faudrait. Seul l'un des deux hommes remplirait bien le rôle de capitaine de la mission. D'ailleurs, ils semblaient tous d'accord avec le fait que Marth prenne la tête de la petite troupe. Même l'autre homme qui semblait l'accompagner au début. Dimitri n'avait pas encore donné son avis, mais plus il y pensait, moins il trouvait de raison de s'y opposer.

« Je n'obéis qu'à un seul maître, qu'à un seul Seigneur. Mais je ne veux pas non plus diriger la mission. Je pense donc qu'on est tous d'accord pour que tu prennes cette responsabilité. Mais à la moindre erreur, au moindre mauvais jugement, ne t'étonne pas que je prenne une voie différente de celle que tu indiqueras. Mon obéissance, même temporaire, a des limites. »

Il acquiesça. Au moins, il avait compris où Dimitri voulait en venir. Apparemment, ça ne le dérangeait pas vraiment. Tant mieux. Cela éviterait les conflits inutiles, même si la situation risquait d'éclater un moment ou un autre entre Dimitri et le reste du groupe. C'était un solitaire, pas quelqu'un qui fonctionnait en équipe. Sauf quand il aurait retrouvé sa sœur, son amour, son Azalée. À partir de ce moment-là, il saurait conquérir et partager le pouvoir avec elle, et avec son Seigneur lorsqu'il reviendrait. C'était uniquement dans ce but qu'il accomplirait cette mission. L'espoir de trouver des informations sur elle, et sur Lui.

« Très bien alors, mettons-nous en route sans plus tarder alors ! » Ce qu'ils firent aussitôt.

Les deux hommes s'élancèrent en premier, en discutant à voix basse entre eux. Il devait sûrement parler des membres du groupe, peut-être même de Dimitri, ou bien de la cible et de son manoir qui, d'après ce qu'avait dit le représentant de l'Ultime Alliance, était dangereux et bien gardé. Pas seulement par des hommes en armes, mais aussi par des bêtes féroces engagées, ou plutôt, capturées et dressées pour ce rôle. L'elfe les suivit juste après, leur emboîtant le pas. Solitaire, discrète, tout comme Dimitri l'avait imaginé. Logiquement, il se retrouva alors seul avec la dame. Il suivit les trois autres qui étaient déjà partis. Il ne fallait pas trop tarder s'ils ne voulaient pas se faire distancer. Ils avançaient à un bon rythme, mais sans toutefois courir, ce qui permettait à Dimitri de les rattraper sans trop se fatiguer. La dame s'était aussi mise en chemin. Heureusement, le manoir n'était pas très loin et le silence n'allait pas durer. Sur le chemin, Dimitri avait l'impression d'avoir le regard de celle-ci posé sur lui. Cela le gênait un peu. Il fallait qu'il brise le silence. Alors qu'ils étaient presque arrivés et qu'ils avaient la haute et indestructible grille en vue, Dimitri ralentit son allure afin qu'elle vienne à sa hauteur. Alors qu'il la sentit à sa hauteur, il lui posa la première question qui lui vint à l'esprit.

« Au fait, je ne crois pas vous l'avoir entendu dire. Comment vous appelez-vous ? Et comment une si jeune combattante en est-elle arrivée là ? »

_________________

« Quel cri entends-tu au fond du monde ? Une autre vie nous incombe à tous.
Laquelle ? Qui seras-tu quand tout s'effondre et quand la fin souffle sur les
tombes.
Je sais, qu'elle nous envolera au-delà. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ilianie Devane

avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 06/06/2012

MessageSujet: Re: Missives Égarées   Lun 18 Juin - 8:12

La nuit les enlaçait de son voile sombre. Ilianie, enfant de lumière, n’était pas particulièrement à son aise, car elle distinguait mal où ses pieds se posaient. Un des hommes, celui nommé Marth, demanda à prendre la tête du groupe. La réponse de Dimitri, son ange noir, fut des plus étonnantes. Il n’obéissait qu’à un seul maître et seigneur… Et à sa voix, ça ne devait pas être la reine Louise. Aussi, il avertit qu’il pouvait décider de quitter le groupe et de partir seul à tout moment. Pour Ilianie, ce genre d’acte n’était pas concevable. Comment pouvait-on faire équipe avec une personne prête à les abandonner au moindre prétexte ? Comment pouvait-on confier sa vie à une telle personne ? Et pourtant… il l’avait sauvé. Elle ne comprenait pas sa manière de penser, mais Marth hocha la tête. Apparemment, lui avait compris et accepté.

Le petit groupe se mit en marche. Les deux hommes prirent la tête : ils semblaient se connaître depuis longtemps. Tant mieux ! Un peu de complicité ne pouvait qu’être profitable à l’équipe. L’elfe Aerith les suivait, silencieuse, discrète, rapide. Elle n’aurait sans doute aucun mal à passer inaperçue dans le manoir ! Dimitri enchaîna le pas et Ilianie se retrouva à fermer la marche. Elle n’arrivait pas à cerner ce Dimitri. Il ressemblait à un humain, mais l’était-il vraiment ? Il était venu à son secours, mais sa santé l’intéressait-il vraiment ? Elle n’était pas encore très douée pour percer les apparences, il lui fallait faire un effort de jugement.

Alors qu’elle fixait le jeune homme dans l’espoir de percer les réponses à travers sa chair, ce dernier ralentit et Ilianie se retrouva à sa hauteur avant même de le réaliser. Elle leva ses yeux vers lui. La différence entre eux deux était impressionnante. Il était plutôt grand, elle était plutôt petite. Il était aussi sombre et solide qu’elle était claire et fragile. A côté, elle paraissait comme un petit ange blanc tombé du ciel et perdu dans le vaste monde. Ce n’était sans doute pas trop loin de la vérité, mais cette sensation de faiblesse l’agaçait. Elle était forte, bon sang ! Elle était plus forte que bien des filles de son âge ! Elle n’avait pas à se sentir faible.

- En effet, le vieil homme ne m’a pas laissé le temps de me présenter. Je m’appelle Ilianie Devane, et je suis une apprentie-chevalier. Ma venue ici est une longue histoire, mais pour résumer, disons qu’il me faut gagner ma vie et que je ne connais que l’art du combat pour se faire.

C’était vraiment un gros résumé, mais elle ne voulait pas trop se lancer dans de grands discours. Non pas qu’elle n’était pas confiante ou bavarde, mais la grille du manoir était en vue. Il valait mieux commencer à faire preuve d’un minimum de discrétion. Malgré ça, sa curiosité l’emporta sur la prudence.

- Et vous, Dimitri, si je me souviens bien ? Qu’est-ce qui a mené vos pas jusqu’à ce village perdu ? Vous ne semblez pas particulièrement concerné par l’Ultime Alliance, sans quoi vous n’auriez pas averti Marth de votre probable départ du groupe.

Ilianie attendit la réponse tout en posant un regard sur ses compagnons, à l’avant, qui commençaient à longer la grille vers l’Est. Elle vit Marth leur faire signe de les rejoindre en silence et Aerith, sans doute nyctalope, posait un regard lucide sur ce qui les attendait de l’autre côté de la grille.

Ilianie et Dimitri ne tardèrent pas trop à les rejoindre. L’endroit était très sombre, mais ça n’avait rien de surprenant dans un lieu si « démoniaque ». La grille, haute et solide, s’élevait les portes des enfers. Ilianie sentit un frisson la parcourir. Elle aurait préféré une mission du genre « une bande de brigands sème la terreur, allez les arrêter ». Mais elle songea alors aux pauvres messagers, retenus prisonniers dans cet endroit. Ils devaient terriblement souffrir…

- Le terrain semble piégé.

C’était la première fois qu’ils entendaient la voix d’Aerith. Elle était très sérieuse, et pourtant mélodieuse. Une elfe…

- Je perçois au moins un troll géant.

La jeune fille frémit. Rien que ça… Qui aurait-il d’autre ? Marth et son ami, n’écoutant déjà plus Aerith, s’étaient dirigés vers un petit mouchoir blanc accroché à un barreau. D’un coup de pied, Sva fit tomber deux barreaux abîmés. Le chemin était ouvert vers le manoir. Marth se tourna vers Aerith :

- Tu es celle qui a la meilleure vue nocturne et qui est la plus discrète…

Elle ne le laissa pas finir sa phrase et se glissa sous la grille avec agilité, sur le qui-vive. Elle avança discrètement, silencieusement, puis elle fit signe aux autres de la rejoindre. Un à un, ils se faufilèrent dans l’enceinte du manoir. Ilianie, une fois de plus, fermait la marche. A partir de maintenant, sa sécurité n’était plus assurée. Son cœur battait la chamade. Elle était terrifiée, même si elle faisait de son mieux pour ne pas le montrer.

*Un chevalier a le doit d’avoir peur, mais il n’a pas le droit de reculer*

Cette phrase était ce qui la poussait toujours à aller de l’avant, quelque soit le danger. Quelque part, de pauvres gens attendaient leur libération. Son rôle était de les sauver, elle le ferait ! Un cri la tira de ses pensées. L’espace d’une fraction de seconde, elle vit Aerith passer au-dessus de sa tête, comme si elle volait. Son esprit fit rapidement le lien alors que le corps de l’elfe s’écrasait dans un grand bruit contre la grille. Un grognement attira son attention. Toute la discrétion d’Aerith n’avait pas suffit à esquiver le grand troll qui s’approchait d’eux, un énorme gourdin à la main. Ilianie dégaina son épée. Il faudrait certainement en découdre pour pouvoir passer ! Ils iraient voir plus tard si Aerith avait survécu au terrible coup de massue.

HRP
Spoiler:
 


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dimitri M. Proserpina

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 06/05/2012

MessageSujet: Re: Missives Égarées   Lun 18 Juin - 18:27

Ainsi, elle s'appelait Ilianie. Drôle de prénom. Mais il sonnait bien à l'oreille de Dimitri, quoique peut-être un peu trop elfique à son goût. Il savait à présent comme tous les membres du groupe se nommaient. Cela pourrait être utile à un moment ou un autre. Sait-on jamais, une situation plus dangereuse nécessitant l'aide de ces personnes. Dimitri eut un rire intérieur. Lui, avoir besoin de quelqu'un ? Alors qu'il était l'élu du Seigneur et qu'il était destiné à régner sur tout un monde après une apocalypse ? Voilà ce qui le faisait rire mais il se gardait bien de l'exprimer devant tout le monde. Rien de telle qu'une ambition démesurée révélée au grand jour pour attirer les moqueries puis les jalousies et enfin le danger. On lui envierait sa place, on lui envierait sa soeur. Non, il ne fallait pas qu'il parle à tout le monde de cela. Pas tout de suite du moins. Pas devant ces personnes là non plus. Mais un jour, ils seraient forcément au courant ... s'ils avaient survécu bien sur.

La deuxième question qu'il avait posé, c'était plus par curiosité qu'autre chose, plus pour faire la conversation, ainsi, il ne se préoccupa pas tellement de la réponse, aussi évasive soit-elle. Cela ne l'intéressait pas et apparemment, ça ne le regardait même pas, pourquoi approfondir la conversation dessus alors. Comme il s'y était attendu, elle retourna ses questions sur lui. Fort heureusement, il n'eut pas à répondre car la grille était à présent toute proche et Marth, qui s'était proclamé chef de groupe, leur intimait l'ordre de venir en silence. Cela arrangeait plutôt Dimitri qui ne cherchait pas forcément à en dire le plus possible sur lui. La discrétion. Voilà le maître mot qui décrirait parfaitement son état d'esprit à ce moment-là. Voilà aussi le mot qui devait décrire la mission alors autant suivre les ordres pour l'instant et éviter de se faire repérer. Dès le début de la mission, cela serait dommage. Avoir fait tant de chemin pour devoir repartir aussitôt, cela aurait été regrettable. Dimitri ne voulait pas repartir bredouille. Il était venu exprès dans l'espoir de trouver des informations, il fallait qu'il en trouve pour justifier cette folie.

Tout le groupe se retrouva alors près du mouchoir blanc qui était censé indiquer les barreaux endommagés qui leur permettraient de passer dans la résidence et ainsi accéder au manoir de Maybor. L'espace d'un instant, Dimitri se demanda pourquoi la première équipe s'était contentée de marquer l'endroit et n'avait pas continué plus loin l'exploration ? Ils n'étaient apparemment pas la première équipe à fouler ces terres et à s'approcher aussi près. Que leur étaient-ils arrivés ? Ils avaient du faire une mauvaise rencontre, ou bien ne se sentaient-il pas assez forts pour aller remplir eux-même la mission. Ils avaient eu raison de faire demi-tour alors. Si la confiance en soi n'est pas là, alors, cela ne vaut pas la peine de tenter le coup. Puis finalement, alors que Dimitri essayait d'y voir quelque chose dans cette obscurité ambiante, ce fut l'elfe, Aerith, qui prit la parole pour briser le silence. Et aussi pour faire un rapport de ce qu'elle, elle voyait. Les elfes étaient légèrement plus habiles pour discerner dans le noir. Que cela serve au groupe alors.

Selon elle, il y avait un troll géant, au moins un plutôt, au milieu d'autres pièges mieux cachés les uns que les autres. La partie allait être difficile, la traversée de ce petit espace de verdure dangereuse. Mais après tout, en s'engageant dans cette mission, ils savaient tous ce qu'ils faisaient, du moins, ils étaient conscients qu'il y avait des risques. Dimitri sentit quand même un frisson parcourir la nuque d'Ilianie qui était toujours à côté d'elle. Peut-être grâce à son statut de vampire et donc de prédateur naturelle, il pouvait sentir la peur. Et là, pour le coup, il sentait la sienne, celle de la dame. Du même genre que ce qu'elle avait ressenti dans la taverne ? Peut-être pas. Là, le danger de mort était presque imminent. L'atmosphère s'était alourdie, comme si la présence démoniaque de l'aristocrate se faisait ressentir dans le temps même et l'ambiance. En bon petit chef, Marth ordonna à l'elfe de pousser un peu plus loin sa reconnaissance en lui ouvrant le passage en deux bons coups de pied dans les barreaux. Celle-ci n'avait même pas attendu la fin de sa phrase de toute façon. Elle savait ce qu'elle avait à faire. Elle se glissa par l'ouverture et disparut en un instant. Elle fit signe aux autres que la voie était libre et qu'ils pouvaient avancer, ce qu'ils dirent, dans le même ordre que pour la marche. La grande étendue qu'il avait en vue de l'autre côté de la barrière n'inspirait pas confiance à Dimitri.

Et il aurait eu raison de se méfier tant que ça. À peine étaient-ils tous rentrés qu'un grand bruit sourd se fit entendre. C'était le corps d'Aerith qui s'était cogné contre la grille, avec une telle vitesse qu'elle se déforma légèrement. Sans même se retourner vers elle ni même l'examiner de plus près, il savait qu'elle était encore en vie. En se concentrant, il pouvait encore sentir son sang battre dans ses veines. Mais pour l'instant, il y avait un autre problème. Aerith n'avait pas volé comme ça d'elle-même. La source de ce décollage était là, devant eux. Un troll géant. Le fameux troll géant qu'elle avait dit sentir, il était effectivement présent. La bataille allait commencer. Dimitri se prépara, ses muscles se crispèrent. Même s'il n'en avait pas l'air, le troll était rapide et plutôt agile, malgré sa corpulence. Il ne fallait pas le sous estimer de ce point de vue là. C'était l'erreur que commettaient beaucoup des gens qui périssaient face à ce genre de créature. Dimitri espérait que les autres le savaient. En tout cas, il avait encore Ilianie près de lui. Il pouvait au moins lui dire. Elle semblait jeune, elle paraissait inexpérimentée.

« Surtout ne t'approche pas trop de lui, sauf si tu veux apprendre à voler comme Aerith. Esquive les coups, mais ne lui fonce pas dessus. Sa peau est si épaisse que tu ne parviendrais qu'à lui faire une petite égratignure de toute façon. Il faut le prendre par la ruse ... »

Pour les deux hommes par contre, inutile de leur dire quoique ce soit, ils savaient tenir une certaine distance de sécurité entre eux et le monstre et quand le troll ne s'occupait pas de l'un, l'autre allait lui chatouiller le pied à grand coup d'épée pour détourner l'attention. Ils parvenaient ainsi à l'occuper tout en restant en relative sécurité. Mais ils ne le blessaient pas, et ne la fatiguaient pas non plus. Si le troll était assez rapide et agile, il était tout de même assez pataud lorsqu'il s'agissait de changer de direction ou encore pire, de faire demi-tour. De plus, son cerveau assez petit par rapport au reste de son corps ne lui permettait pas de réfléchir pendant qu'il combattait et il ne s'en prenait donc fort heureusement pas à la même personne, mais son attention était redirigée à chaque fois. Pendant ce petit manège, Dimitri ne resta cependant pas complètement inactif. Son esprit cherchait un moyen de se débarrasser de ce colosse à priori presque invincible.

« Il faut ... trouver quelque chose ... »

Si l'elfe avait dit vrai, le terrain était rempli de pièges en tout genre. C'était peut-être de là que viendrait leur salut. Cela serait totalement ironique, de se sortir d'un piège par un autre, mais c'était sûrement leur seule chance.

« Ilianie, rends toi utile. Trouve un des pièges dont a parlé Aerith, ou sinon, va voir comment elle va. Si tu repères un des pièges, dit aux deux autres de l'attirer dedans, je ferais de même si j'en trouve un. »

Dimitri partit immédiatement, sans attendre la réponse. Il ne vit même pas si elle était déjà occupée ou quoi que ce soit. Si ça se trouve, elle en était arrivée à un raisonnement similaire ou bien elle avait trouvé autre chose à faire. Tant mieux. Néanmoins, il ne s'en occupa pas, il cherchait. Dans le noir, tous les brins d'herbe se ressemblaient, rien n'était vraiment discernable. De là venait toute la difficulté. Trouver quelque chose sans toutefois tomber dedans. Autrement dit, avancer rapidement mais avec une grande prudence quand même. Situation paradoxale. Heureusement, Dimitri eut le pied heureux. L'elfe avait dit vrai, pour tomber aussi rapidement dessus, le terrain devait en être rempli. Entre deux arbres, une corde était tendue, et Dimitri avait le pied posé juste devant. Avant même qu'il fasse un pas de plus, il l'avait vu et s'était immobilisé. Il fallait maintenant amener l'autre monstre dedans, et espérer que le piège soit assez puissant pour au moins l'affaiblir, au mieux le tuer sur le coup. Il suffisait de voir. Sans vraiment savoir où en était la jeune dame, Dimitri lança son appel.

« Hey ! Par ici ! Amenez le troll par ici ! Mais ne passez pas entre les deux arbres. »

Il n'y avait plus qu'à les attendre. En espérant que le troll soit un minimum coopératif ...



HRP:
 

_________________

« Quel cri entends-tu au fond du monde ? Une autre vie nous incombe à tous.
Laquelle ? Qui seras-tu quand tout s'effondre et quand la fin souffle sur les
tombes.
Je sais, qu'elle nous envolera au-delà. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ilianie Devane

avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 06/06/2012

MessageSujet: Re: Missives Égarées   Jeu 21 Juin - 13:53

Ilianie n’était pas à son aise, mais sa fierté l’empêchait de l’avouer. Voir Aerith s’envoler n’avait pas arrangé les choses, loin de là. Le troll leur faisait face, le regard idiot mais d’apparence très dangereux. Elle entendit Dimitri lui conseiller de ne pas s’approcher et d’esquiver les coups, car le frapper n’aurait aucun effet. C’était bien beau, mais comment tuer un monstre si les épées ne l’atteignaient pas ? Et puis, elle comptait bien esquiver, de toute manière. Elle n’avait pas la moindre intention de se prendre un coup de massue sur une partie du corps. Elle savait pertinemment que tout ce qui toucherait l’arme serait certainement broyé au premier contact.

La question était : comment tuer un monstre sans le trancher de son épée ? Ilianie n’avait encore jamais été confronté à ce genre de chose. Son maître lui avait enseigné bien des choses, mais pas celle-ci. Elle ferma les yeux un bref instant. Comment faire ? La magie ? Elle n’en avait que de très petites notions, elle craignait de ne pas parvenir à l’utiliser correctement. Qui plus est, elle risquait de blesser ses compagnons. Mais elle ne voyait que ça. Quand l’acier faisait défaut, la magie était là, toute aussi puissante. Sva et Marth combattaient déjà en duo, mais ils ne faisaient qu’accaparer son attention. Ils ne le blessaient pas. Ilianie entendit à peine Dimitri murmurer quelque chose. Elle ne voyait pas d’autres solutions.

Rengainant son épée, elle tendit les mains, paumes tournées vers le ciel, les bras presque le long du corps. Elle assemblait ses maigres connaissances, préparant un sort de glace. Son but ? Paralyser la cible. Pourquoi tuer ce troll, après tout ? Il suffisait de pouvoir passer à côté de lui pour entrer dans la forteresse ! Elle entendit Dimitri lui commander de se rendre utile et de trouver des pièges ou de s’occuper d’Aerith. Elle ne répondit pas, elle l’écoutait à peine. Il ne fallait pas qu’elle brise sa concentration, cela faisait bien trop longtemps qu’elle n’avait pas usé de magie. La moindre erreur serait fatale, à elle ou à ses compagnons. Alors que Dimitri s’éloignait, Ilianie leva son regard bleu-vert vers ses compagnons et lança d’une voix forte et ferme :

- Ecartez-vous vite !

Marth la fixa un bref instant, vit ses mains et s’éloigna en courant d’un côté, tandis que son ami l’imitait à toute vitesse. Ilianie lâcha alors la puissance qu’elle avait accumulée. Une tempête de glace ? Diable non, elle n’avait pas terminé son apprentissage et elle ne s’était pas entraînée. Mais ses mains rayonnèrent d’un froid intense qu’elle dirigea vers les pieds de son adversaire. Ce dernier, soudainement paralysé, se mit à grogner en se débattant. Ilianie inspira profondément. Il était pris au piège… Pour le moment. Elle s’élança alors vers Aerith, vite rejointe par les deux guerriers.

- Elle respire encore, mais elle doit avoir plusieurs côtes cassées et peut-être le bras droit. Analysa Sva
- Nous ne pouvons pas perdre de temps à l’amener au village, elle devra survivre sans nous. Plus question de l’emmener non plus.
- Nous n’allons quand même pas l’abandonner ? s’indigna Ilianie.

Marth posa une main ferme sur son épaule d’adolescente.

- Nous n’avons que peu de solutions. Quelqu’un l’emmène au village et le groupe s’affaiblit de deux personnes. Le reste risque donc de mourir et les messagers également. Ou alors on la laisse ici et on termine la mission au plus vite, puis nous irons chercher du secours pour la ramener, elle et les autres blessés. S’il y en a. A-t-on vraiment le choix ?

Ilianie se mordit la lèvre inférieure. Non, ils n’avaient pas le choix… Alors qu’elle allait répondre, un grand craquement se fit entendre. La glace cédait, lentement mais elle cédait. Qu’allaient-ils faire ? C’est alors que la voix de Dimitri leur parvint : il avait trouvé un piège ! Ilianie leur expliqua rapidement le plan de Dimitri et les deux hommes approuvèrent. Le petit trio, laissant Aerith inconsciente à côté du grillage, se précipita vers la voix de Dimitri, essayant de ne pas tomber eux aussi dans un piège. Ils repérèrent vite l’ange noir ainsi que le piège qu’il leur signalait.

- Plaçons-nous tous derrière le piège ! ordonna Marth

C’était la meilleure chose à faire. Le troll, libéré, les chercha du regard avant d’apercevoir l’armure brillante d’Ilianie. Cette dernière se promit de penser à prendre une tenue plus discrète pour une prochaine mission d’infiltration. Mais dans ce cas présent, ça les arrangeait. Le troll se mit à courir droit sur eux, avec une vitesse effrayante comparée à sa masse. Il ne vit pas le piège et s’y précipita tête baissée. La corde, une fois tendue, fit tomber deux énormes pieux, qui vinrent transpercer le malheureux troll sur chaque flanc. Il écarquilla les yeux de surprise avant de lancer un gargouillis, qui s’évanouit avec son dernier souffle.

- Bien joué, Dimitri ! lança Marth. L’entrée du manoir ne devrait plus être très loin.
- Passons-nous par la porte principale ? ironisa Ilianie.
- A moins que vous ne sachiez escalader, je n’en vois pas d’autres.
- Je crois que je prendrai le risque de l’escalade… C’est suicidaire de passer par la grande porte, en connaissant la paranoïa de cet homme.
- Nous n’avons plus Aerith pour faire du repérage. Cela dit… Dimitri, tu as su détecter le piège et l’éviter, que dirais-tu de jouer pour nous les éclaireurs et de trouver une faille ou une porte dérober ?

Ilianie poussa un petit soupir, exaspérée. L’Ultime Alliance aurait tout de même pu tenter d’avoir plus d’informations… Mais peut-être avait-elle essayé, avec la « première équipe » ? Difficile à dire. Les regards se portaient sur Dimitri. S’il refusait, alors il leur faudrait sans doute tenter la grande porte. Et Ilianie ne doutait pas un seul instant que le premier à s’y aventurer y laisserait la vie. Malgré son côté chevalier, elle tenait à la vie…


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dimitri M. Proserpina

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 06/05/2012

MessageSujet: Re: Missives Égarées   Ven 29 Juin - 21:39

Dimitri jeta un coup d’œil à ses compagnons de quête, et à ce qu'ils faisaient. S'il cherchait un piège pour se débarrasser du troll qui géant qui les menaçait, il ne faisait aucunement attention aux autres. Ils agissaient selon ce qu'ils pensaient être efficace. Pensaient. Mais ils n'avaient apparemment pas réussi à tuer ni même affaiblir le troll. Au moment où il avait lancé son appel, Dimitri s'était retourné et découvrait un étonnant spectacle. De la glace partout. Il était pourtant sur de ne pas avoir vu en arrivant. Cela voulait dire qu'une seule chose. Quelqu'un l'avait fait apparaître. Dimitri, avec toutes ses lectures et son savoir, n'avait jamais entendu parler de tels pouvoirs dans les mains d'un troll. L'elfe, qui a une prédisposition à la magie de par sa race, était encore à terre et ne pouvait donc pas être à l'origine de cela. Les deux humais étaient trop fonceurs et trop idiots pour maîtriser une telle puissance magique. Il ne restait donc plus que la fille. Ilianie. Ainsi donc, elle était un peu magicienne, en plus d'être chevalier. La vie et surtout ses coéquipiers réservent bien des surprises.

Malheureusement, peut-être à cause de la force du monstre, ou bien de la faiblesse du sortilège lancé, il fut assez vite rompu, littéralement, la glace céda dans un bruit de craquement horrible. Le troll géant fut vite libre. Dimitri eut un petit rire intérieur, se moquant un peu de leur incompétence, mais en se disant tout de même qu'ils l'avaient bien occupé, pendant assez longtemps pour que lui puisse réfléchir. Ils avaient été finalement un peu utile. Même si sans eux, il aurait sûrement pu éviter cet immense ennemi. Ou peut-être pas. Qui sait …

Quand ils se rendirent compte de la libération du mastodonte, ils entendirent le cri de Dimitri, celui qui indiquait qu'il y avait un piège et qu'ils pouvaient l'utiliser pour vaincre cette créature. Avec un peu de chance. Il ne pouvait pas prédire ce qui aurait pu se passer hypothétiquement. Peut-être que cette compagnie qu'il avait était la meilleure chose qui eut pu lui arriver pour cette mission. En tout cas, ils comprirent aussitôt quel était le plan qu'il avait imaginer. Ils n'étaient pas totalement dénués de bon sens, c'était déjà ça. Ils se dirigeaient en courant vers le piège et donc vers Dimitri, enfin, tous ceux qui étaient encore en capacité de le faire. Dimitri espérait qu'ils ne déclencheraient pas un autre piège mortel en se précipitant ainsi. Enfin, qu'ils n'en déclencheraient pas un trop près de lui en tout cas, il tenait à rester en vie lui. Fort heureusement, le terrain semblait dégager, et ils évitèrent aussi la petite corde tendue entre les deux arbres que leur indiquait Dimitri. Tout se passait bien. Trop bien …

Le troll ne se fit pas attendre. Avec toute l'agilité dont il put faire preuve, et avec toute la lenteur d'esprit qui le caractérise, il se précipita lui aussi en avant. À la différence de ses compagnons, il ne réfléchit même pas, il se rua dans le piège. Il se prit le pied dans la corde. Dimitri attendait avec impatience de savoir ce que réservait ce piège. Piques ? Feu ? Trappe ? Rondins de bois ? Flèches ? Pour un démon tel que Dimitri ou tel que ce fameux aristocrate, l'inventivité des pièges n'avait que pour seule limite l'imagination des personnes. Dès lors, l'extravagance était permise. Projection de produit corrosif ? Lâché de petits insectes qui rentrent sous la peau et se nourrissent de la chair ? Envoi d'un deuxième troll ? Piège magique? Il n'y avait que l'embarras du choix pour celui qui aime se casser la tête et torturer les intrus. Dimitri était impatient. Comme un enfant presque. Mais il fut très déçu. Seulement deux pieux qui vinrent transpercer le troll. Dans un dernier râle, il poussa son dernier soupir et mourut, sans plus de cérémonie. Alors que l'équipe poussait un soupir de soulagement, Dimitri cacha son désappointement dans l'obscurité. L'aristocrate le décevait sur ce coup-là.

Les autres ne prirent pas le temps de souffler. Ils pensaient déjà à la suite de l'infiltration, à la suite de la mission. La libération des messagers et de leurs missives. Voilà ce qu'il ne fallait pas perdre de vue, même si au fur et à mesure qu'ils avançaient, Dimitri était de plus en plus curieux de rencontrer le fameux Maybor. Curiosité malsaine, il le savait. Le meurtre qu'il fallait commettre devait ressembler à un accident, non à un affrontement qui tourne au duel de torture entre lui et Dimitri. Il devrait se maîtriser, ou bien désobéir aux ordres, ce qui ne lui plairait pas forcément. L’Ultime Alliance avait beaucoup de pouvoir, à son plus grand malheur.

La prochaine étape, c'était l'intrusion dans la maison. Avec l'elfe qui était dans les vapes, entre la vie et la mort et, Dimitri le sentait, un peu plus proche de la mort quand même, le groupe avait perdu un avantage certain. Envisager de passer par la porte était suicidaire et de toute façon, elle était sûrement verrouillée. Marth, à la tête de la petite escouade avait apparemment une idée. Il comptait bien sur la coopération de Dimitri, qui s'était révélé assez efficace pour le premier piège du jardin. Après tout, c'était sûrement la personne la plus qualifiée pour ce genre de travail après Aerith. Marth lui demanda donc de faire le repérage et de chercher une porte dérobée ou une entrée qui ne soit pas si dangereuse. Dimitri ne pouvait pas vraiment refuser ce rôle. Soit il le faisait, soit un autre entraînait le reste du groupe dans le danger le plus total et une mort certaine.

« J'accepte, mais que faisons-nous de l'elfe ? » Dimitri n'avait pas entendu leur décision à son propos.

« Nous la laissons là pour l'instant, nous la prendrons sur le chemin du retour. Elle nous ralentirait trop. On ne peut rien faire pour elle. » C'était Marth lui-même qui avait répondu.

« Bien, j'imagine que c'est la meilleure décision. » *Je suis sûr que son sang serait délicieux* « Je pars devant, et j'essaie d'ouvrir la porte de l'intérieur. Tenez vous prêt et méfiez-vous, ce n'est sûrement pas la seule bestiole qui viendra nous ennuyer ce soir. Je pense pouvoir atteindre le balcon et passer par la fenêtre à partir d'ici. »

Sur cette phrase, il disparut dans la nuit. Heureusement, l'entretien du jardin n'était pas le fort de l'aristocrate. Une plante grimpante, très fournie, faisait une sorte d'échelle naturelle pour ceux qui n'étaient pas trop lourds et qui n'avaient pas le vertige. Ce qui était le cas de Dimitri. Agile et très puissant au niveau des bras, l'escalade serait d'une facilité enfantine pour lui. En à peine quelques secondes, il était arrivé en haut de la plante. Avec un petit saut, il atterrit gracieusement sur le balcon. Se sentant presque en sûreté, Dimitri prit même le temps de regarder sous lui pour voir son groupe qui l'attendait, juste devant la porte. Il n'y avait plus qu'à ouvrir la porte. Plus que. La fenêtre était verrouillée, comme il le pensait. Cela aurait été louche de la voir grande ouverte de toute façon, il se serait méfié et aurait cherché un autre point d'entrée. Un coup de poing dans un des carreau règle le problème. En passant la main par l'ouverture ainsi créée, Dimitri arriva à ouvrir la porte-fenêtre assez facilement et s'engouffra aussitôt à l'intérieur. Le temps d'habituer ses yeux à l'obscurité, Dimitri s'était mis en position pour pouvoir se défendre au moindre signe d'approche d'un ennemi. Guettant le moindre bruit ou mouvement d'air, il était aux aguets. Mais rien ne vint.

Par un coup de chance, la fenêtre était celle qui était juste au dessus de la porte principale et dans la même pièce. Dimitri se laissa glisser contre un des piliers qui portait le balcon et se retrouva directement devant ladite porte. Rien aux alentours. Il y avait juste une sorte de verrou qui ne nécessitait même pas de clé. Trop facile. Le temps de tourner la serrure et d'appuyer sa main sur la poignée, il se rendit compte de son erreur. *CLAC* Un autre piège. Dimitri sent quelque chose fendre l'air au dessus de lui. Le mécanisme fait descendre une immense hache suivant une trajectoire circulaire dont le centre est le haut de la porte. Cette lame très aiguisée pouvait défoncer la porte et découper tout ce qui se trouvait derrière. En un instant, Dimitri se rend une nouvelle fois compte que les choses vont déraper. Un peu dans la panique, un grand coup de pied dans la porte l'ouvre en grand, ce qui permet à Dimitri de pouvoir prévenir les autres.

« Baissez-vous ou écartez-vous de la porte ! »

Tout de suite après, il suivit lui-même son propre conseil et se plaqua face contre terre pour sentir passer l'arme juste au dessus de son dos.




HRP:
 

_________________

« Quel cri entends-tu au fond du monde ? Une autre vie nous incombe à tous.
Laquelle ? Qui seras-tu quand tout s'effondre et quand la fin souffle sur les
tombes.
Je sais, qu'elle nous envolera au-delà. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ilianie Devane

avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 06/06/2012

MessageSujet: Re: Missives Égarées   Ven 6 Juil - 13:56

Dimitri accepta sans rechigner la proposition de Marth et il s’éclipsa, telle une ombre. Ilianie le suivit du regard, à la fois inquiète pour lui et intriguée par ce personnage. Elle n’arrivait pas encore très bien à déterminer sa race, mais elle commençait à le soupçonner d’avoir une préférence pour les activités nocturnes. Lorsqu’elle le perdit de vu, elle se tourna vers son équipe qui, silencieuse, s’apprêtait à s’avancer vers la porte principale. Ilianie continuait à penser que ce n’était pas une bonne idée, qu’il y avait sans doute une autre issue, comme par exemple une porte réservée aux serviteurs. La porte principale serait certainement la mieux gardée et la plus dangereuse…

Ils arrivèrent à leur poste sans grande difficulté, à l’exception des frissons d’angoisse qui parcourait Ilianie à chaque fois qu’un hurlement non-humain résonnait dans les ténèbres. Ce manoir lui donnait la chair de poule ! Alors que le temps semblait s’être arrêté, tout s’enchaîna. La porte s’ouvrit, Dimitri leur cria de se baisser et Ilianie se retrouva plaquée à terre avant d’avoir eu le temps de réagir. Le nez dans la boue, les mains abîmées, la poitrine écrasée entre le sol et un poids invisible, elle tentait de retrouver son souffle. Elle sentit le poids bouger et rouler à côté d’elle, puis une main se tendit devant son visage. Marth. Elle saisit l’aide qu’on lui proposait, essayant de comprendre ce qu’il s’était passé. Une fois debout, elle ne put faire que des constatations. Une terrible hâche continuait à se balancer au milieu de l’entrée, terminant sa course. A terre, Sva gémissait de douleur, le dos ensanglanté. Marth délaissa rapidement Ilianie pour aller s’occuper de son ami et la jeune fille comprit alors ce qu’il s’était passé. Sva lui avait sauvé la vie, au péril de la sienne. Elle se sentit extrêmement mal à l’aise à cette idée. Elle n’aurait jamais du être un poids pour son équipe, mais bien le contraire. C’était elle qui voulait devenir chevalier… et c’était elle, la jeune fille en détresse, qu’on sauvait.

Ilianie s’agenouilla près de Sva et aida Marth à panser au maximum la blessure, avec ce qu’ils avaient sous la main. Sva avait très peu de chance de survivre dans les conditions actuelles. Dimitri les avait rejoint et Marth s’adressa à ses deux compagnons encore valides.

- Nous avons une mission à terminer. Mais je ne peux pas me résoudre à l’abandonner à une mort certaine. Aerith pouvait y survivre, pas lui. Vous sentez-vous de taille à continuer seuls ?

Ilianie pouvait comprendre le dilemme de Marth. Sa mission ou son ami. Dans les deux cas, il se déshonorerait. Ilianie ne pouvait pas lui interdire de vouloir sauver Sva, bien au contraire, et d’autant plus qu’elle avait une dette envers lui.

- Je resterais avec lui…
- Non. Il faut que je le transporte loin d’ici et tu n’as pas la force physique pour ça. Il est hors de question de le laisser à l’entrée du manoir. Dimitri, Ilianie, pensez-vous pouvoir terminer la mission seuls ?

Marth les regardait tous les deux avec intensité. Il s’attarda surtout sur Ilianie, car Dimitri avait fait ses preuves et n’était pas un débutant, contrairement à la jeune fille. Cette dernière hocha la tête.

- Dans ce cas, je demande à me charger de la libération des prisonniers.

Elle leva la tête vers Dimitri. Cela lui conviendrait-il de se retrouver en tête à tête avec le seigneur du manoir ? Arriverait-il à le tuer proprement ? Il semblait plus compétent qu’elle pour ce genre « d’acte », mais peut-être jugeait-elle trop hâtivement.

Spoiler:
 


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dimitri M. Proserpina

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 06/05/2012

MessageSujet: Re: Missives Égarées   Sam 14 Juil - 13:09

Dimitri était sauf. Ses réflexes l'avaient sauvé d'une mort certaine. L'Ultime Alliance avait eu raison sur au moins une chose. Le manoir était truffé de pièges et encore, il n'était pas arrivé au delà de l'entrée pour l'instant. Il avait traversé le jardin somme toute assez facilement si on oublie le troll géant qu'ils avaient tenté de combattre et qu'ils avaient tué. Il devait encore regorger de surprise. Quant à l'intérieur du bâtiment, ils avaient à peine franchi la porte d'entrée que leurs vies avaient été mises en danger. Dimitri avait même été assez étonné que la fenêtre ne soit pas piégée aussi. Ou alors, les effets ne s'était pas encore été fait ressentir ici. Maintenant, tout le monde se méfiait réellement. D'autant plus que ce nouveau coup fourré avait fait une nouvelle victime dans le groupe. Dimitri ne vit tout d'abord pas qui avait été touché mais le cri de douleur et l'effusion de sang qu'il avait senti ne trompait pas. Quelqu'un n'avait pas été assez rapide pour esquiver la lame. En se relevant, Dimitri s'aperçut qu'ils étaient encore tous à terre. Mais le dos de l'un des deux hommes était rouge … ensanglanté. C'était Sva. Trop lent pour un guerrier, il n'avait pas pu se baisser à temps, du moins, c'est ce qu'il concluait. Les autres étaient encore en vie.

Marth se releva tant bien que mal, et aida Ilianie à faire de même. Il se précipita ensuite immédiatement vers son ami, encore au sol, en train de gémir de douleur. Celui-ci était gravement blessé. Contrairement à Aerith qui n'avait que quelques fractures et peut-être quelques hémorragies internes non mortelles, Sva ne survivrait que quelques minutes si on ne s'occupait pas de lui, et encore. Même si quelqu'un essayait de panser ses blessures et arrêter l'écoulement du sang, ce n'était même pas sur qu'il s'en sorte. Il était en grand danger de mort. Dimitri s'approcha du reste du groupe, pour examiner mieux le mourant. Le mieux pour lui serait d'être transporté au village pour se faire soigner sérieusement. C'est ce que Marth proposa. Pour un chef de groupe, Dimitri trouva qu'il abandonnait rapidement ses fonctions pour sauver un ami. C'était toujours cela dans un groupe où plusieurs personnes se connaissaient. Les liens trop forts faisaient perdre de vue l'objectif de la mission, et trop souvent, cela conduisait à un échec. Ils n'étaient plus que deux à vouloir continuer de s'aventurer dans le manoir à la recherche de l'aristocrate et des prisonniers, Dimitri et Ilianie. Cette dernière proposa de rester auprès de Sva mais Marth refusa, sous prétexte qu'il fallait le transporter et qu'elle n'aurait pas assez de force. Fondamentalement, il n'avait pas tort, mais cela voulait dire que Dimitri devrait se passer de la force de l'homme pour faire équipe avec la magie de la femme, plus imprévisible, plus dangereuse. De toute façon, il n'avait pas le choix, il n'arriverait jamais à le convaincre de se séparer de son ami avec lequel il était parti en mission. De plus, Ilianie exprima sa volonté de vouloir s'occuper des prisonniers, ce qui laissait à Dimitri la mort de l'aristocrate. Cela l'arrangeait plutôt, on voulait lui confier la partie marrante de la mission.


« Très bien, j'imagine que nous n'avons pas le choix de toute façon, nous continuerons seuls. Pour ce qui est de la répartition des tâches, je crois que nous déciderons ça quand on sera devant le choix en lui-même. »

Marth acquiesça. « Dans ce cas, bonne chance à vous, mes amis. »

« Bonne chance à toi aussi. » *L'ami ? Et puis quoi encore …*

Sans attendre Ilianie, Dimitri se dirigea vers le manoir et passa la porte d'entrée, en évitant bien la hache qui, bizarrement, n'était pas ensanglantée, comme si le liquide avait été absorbé par l'arme. Sans aucun doute, tout cela n'était pas naturel, comme si elle avait une âme propre et un appétit pour le sang. *Sans doute une arme démoniaque, la méfiance est de mise.* Il ne prit pas la peine d'avertir Ilianie, la soif de la hache était étanchée, elle ne ferait rien pour essayer de blesser quelqu'un d'autre, pour le moment. Il s'avança dans le grand hall. Ses pas résonnaient. D'autres bruits de marche se faisaient entendre. Dimitri se demanda un moment si c'était seulement ceux d'Ilianie, ou bien, si les étages ou les autres pièces étaient habitées. Il n'eut pas le temps de poser la question à haute voix, il arriva au bout du hall. Apparemment, aucune dalle n'était piégée, ou alors, ils avaient eu de la chance de ne pas marcher dessus. Ils étaient à présent devant deux escaliers. L'un, magnifique et joliment décoré avec tapis rouge et rambardes dorés, montait aux étages supérieurs. L'autre, plus austère, aussi terne que le gris des pierres qui le constituaient, descendait dans les sous-sols. Il fallait choisir à présent.


« Monter ou descendre. L'un doit mener aux prisonniers, l'autre à la cible. Mais comment savoir ? Et surtout, est-il prudent de se séparer maintenant ? » Dimitri avait adressé ces question à Ilianie qui était juste derrière lui.

_________________

« Quel cri entends-tu au fond du monde ? Une autre vie nous incombe à tous.
Laquelle ? Qui seras-tu quand tout s'effondre et quand la fin souffle sur les
tombes.
Je sais, qu'elle nous envolera au-delà. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ilianie Devane

avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 06/06/2012

MessageSujet: Re: Missives Égarées   Mar 24 Juil - 14:26

Ilianie n’aimait pas la tournure que prenait la mission. Sur les cinq personnes qu’ils étaient au départ, il n’en restait plus que deux. L’ange noir et elle. Elle, la novice, la débutante, qui effectuait sa première mission loin de sa ville natale. La peur aurait pu la paralysé si elle n’avait pas appris à la contrôler un minimum. En futur chevalier, elle se devait de faire preuve de courage. Elle se devait de continuer à avancer même quand ses jambes tremblaient de terreur. Des prisonniers les attendaient, sans doute mouraient-ils de faim et de douleur, sans doute s’imaginaient-ils qu’ils ne reverraient jamais la lueur du jour, que tout était perdu. Elle voulait devenir cette lueur, ou du moins elle voulait y participer. Une petite envie de gloire, peut-être, mais également une envie de se sentir utile au monde.

Dimitri semblait en accord avec les propos de Marth. Ainsi, ils se retrouvèrent rapidement seuls. Dimitri n’attendit pas la jeune fille, comme si elle ne lui était d’aucune utilité. Après tout, n’était-ce pas par son manque de réflexe que Sva avait été blessé ? Si elle avait été tuée, alors Marth et Sva continueraient actuellement la mission, avec Dimitri. Le pourcentage de réussite serait plus élevé. La jeune fille se mordit la lèvre inférieure, ruminant son manque de professionnalisme. Elle avait encore tellement à apprendre… Ilianie emboîta le pas à Dimitri, sans prononcer un seul mot. Elle le suivit en évitant la hache immobile, à travers le grand hall, jusqu’à deux escaliers. L’un, austère, descendait dans les tréfonds des enfers. L’autre, plus luxueux, semblait s’élever dans les étages. Ilianie plissa les yeux, son esprit travaillant à toute vitesse.

La logique semblait dire : l’escalier de pierres mène aux souterrains et donc aux cachots, l’escalier de velours mène à l’étage et donc à l’ennemi. Seulement… L’ennemi en question était un démon. Ne préférait-il pas les profondeurs aux hauteurs ? Mais, s’il n’avait pas aimé les hauteurs, pourquoi aurait-il placé son domaine au sommet d’une colline ? Pour une fois, il semblait plus judicieux de suivre la simple logique.

Dimitri posa le problème : quelle direction prendre ? Laquelle menait à qui ? Fallait-il se séparer ? Au moins, il n’ignorait plus la demoiselle, qui restait dans son dos. En effet, se séparer ne semblait pas la meilleure option. Ilianie ne put s’empêcher de repenser aux clichés de certaines histoires d’épouvantes. Ce serait trop bête de mourir ainsi… et, même si elle ne voulait pas le reconnaître, Dimitri avait bien plus de compétences qu’elle.

- Je propose que nous commencions par les souterrains. Si l’aristocrate est si parano, il mettra plus de protection autour de lui qu’autour des prisonniers. Et si les souterrains mènent à lui, et bien l’affaire sera réglée et nous pourrons prendre le contrôle du manoir. Dans tous les cas, je pense qu’il y a plus de dangers à l’étage. L’escalier est trop beau.

Elle n’attendit pas la réponse de son compagnon de mission et se glissa devant lui, posant le pied sur la première marche de l’escalier de pierre. Elle entendit un déclic qui la fit pâlir, et elle parvint à se raccrocher à Dimitri au moment où l’escalier se transformait en un toboggan de pierres. Elle laissa échapper un petit cri, en sentant qu’elle entraînait l’ange noir dans sa chute. Tout sembla ne durer qu’une fraction de seconde. La chute le long du toboggan de pierres qui les égratignaient, l’atterrissage douloureux sur un sol pavé, l’atterrissage de Dimitri sur son dos, lui arrachant un cri de douleur.

Etourdie, Ilianie attendit que son compagnon se relève avant de faire de même. L’esprit embrumé, la jeune fille jeta un coup d’œil alentours. Un piège ? Ou un système anti-évasion ? Sans doute un mélange des deux, car à côté du toboggan, bien dissimulé dans l’ombre, se trouvait un levier qui semblait permettre à l’escalier de reprendre son apparence initiale.

- Quel vicieux, cet aristocrate…

Face à eux se trouvait un long couloir sombre, pavé de pierre, dont les tapisseries morbides n’engageaient pas à poursuivre sa route. Au bout, une porte de bois noire les attendait. Ilianie en frémissait. Cela ne ressemblait pas à une porte de cachot… Se serait-elle trompée ? Ou bien cette porte cachait-elle les cachots malgré tout ? Difficile à dire.

HRP :
Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dimitri M. Proserpina

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 06/05/2012

MessageSujet: Re: Missives Égarées   Mar 4 Sep - 19:54

Dimitri hésitait fortement. Le haut ou le bas. Voilà à quoi se résumait le dilemme. Selon tout logique, enfin, selon la logique humaine, le bel escalier mènerait aux appartements luxueux et donc à l'habitant de ce manoir, l'aristocrate. L'autre, en pierre et assez peu accueillant menait sûrement aux cachots et donc au prisonnier. Cette logique valait-elle encore chez les démons ? Ou alors est-ce qu'ils inversent tout pour tromper les humains et les amener directement dans un piège ? Dans le cas de ce manoir de toute façon, les deux destinations comportaient leur lot de danger. Les geôles étaient sûrement gardés, mais le maître de maison était très dangereux.

Au final, il n'eut même pas à choisir, celui-ci s'imposa de lui-même ou plutôt, Ilianie le lui imposa. Pour une fois, elle prit les devants et suivit son raisonnement selon lequel la protection maximale pour un aristocrate paranoïaque se trouvait plus probablement dans les souterrains. Dimitri approuvait cette conclusion mais se trouva surpris lorsqu'elle décida de passer d'abord par là. Lui qui pensait qu'elle refuserait plutôt le combat préférant la libération des prisonniers, il se retrouva en position de suiveur. Mais pour une courte durée seulement.

Au moment où elle avança son pied, un déclic se fit entendre et le temps sembla se figer. Dimitri, malgré ses réflexes, ne put empêcher ce qui suivit. Ilianie avait déclenché un mécanisme qui fit se transformer l'escalier en une rampe qui malgré la rugosité des pierres, glissait assez bien pour faire tomber quiconque posait un pied dessus. Ce qui était le cas d'Ilianie. Et dans sa chute, elle se raccrocha à ce qu'elle put, ce qui était à sa portée, à savoir, Dimitri. Trop surpris, il ne put pas assurer ses appuis et éviter ce qui allait se passer. Il tomba également, à la suite de l'apprentie chevalier.

Dix mètres plus bas, la chute fut rude, d'autant plus que Dimitri tomba sur le dos cuirassé d'Ilianie. Son armure était tout sauf un bon coussin sur lequel atterrir. Cela le fit plus souffrir que s'il n'y avait pas eu cette femme. Un cri de douleur se fit entendre. Il venait justement de la femme qui avait du réceptionné le poids de Dimitri sur le dos. Elle ne pouvait que s'en prendre à elle-même, après tout, c'est elle qui avait tiré le vampire à sa suite, et c'était seulement pour cela qu'il était tombé. Il se releva alors tant bien que mal, conscient qu'il la bloquait en l'empêchait de faire de même. Il était lui aussi un peu hébété. En suivant le regard d'Ilianie, Dimitri vit également le levier dans l'ombre. N'écoutant que d'une oreille distraite la remarque sur la vicissitude du propriétaire, il fit un tour sur lui même, découvrant une nouvelle pièce. Assez peu spacieuse, elle débouchait surtout sur un long couloir qui se terminait sur une porte noire. *Spéciale ...*

Ne résistant pas à l'envie de vérifier sa théorie, il s'approcha du levier et le releva. Cela eut l'effet escompté, les marches se relevèrent également. Il put alors monter quelques marches pour s'apercevoir que seules les premières étaient munies d'un déclencheur mais qu'en plus, une herse condamnait l'entrée en haut. *Intéressant.* Ce qu'il pensait se confirmait. Mais il préféra ne pas en parler tout de suite à Ilianie, pour attendre d'en être vraiment sûr. Se mettant d'accord d'un regard, ils traversèrent le couloir, prudents, faisant attention à où ils mettaient les pieds. Chaque dalle pouvait être un nouveau mécanisme qui pourrait leur être fatal. Ils arrivèrent cependant jusqu'au bout du couloir sans encombre, ce qui ne fit que renforcer les soupçons de Dimitri. De même, la poignée de la porte ne résista pas beaucoup et quelques secondes plus tard, ils étaient à l'intérieur d'une nouvelle pièce. Il se décida alors à révéler sa théorie à Ilianie.


« Dès que nous avons posé un pied sur la première marche, nous étions piégés et nous le sommes toujours. Le vrai piège, ce n'était pas cette rampe, mais la herse qui est tombée juste après. On ne peut pas remonter. Quand on y réfléchit, le coup de la rampe est tout à fait illogique, ce n'est absolument pas mortel et il n'y avait aucun autre piège dans la salle dans laquelle nous sommes tombés, rien qui puisse nous achever donc. Ce que j'en conclus, c'est qu'on a été enfermé ici, et que quelqu'un a déclenché lui-même le levier au pied de l'escalier. Nous devons donc nous méfier, nous ne sommes pas seuls ici. »

« Exact. »

La voix venait d'un des coins d'ombre de l'autre pièce et elle s'éleva juste avant qu'une lourde épée ne s'abatte sur la porte devant laquelle Dimitri était il y a seulement quelques secondes. S'il était resté, il se serait retrouvé coupé en deux, mais heureusement, le maniement d'une telle arme permet l'esquive, bien plus facilement qu'avec des plus légères. Cela lui sauva la vie. D'une roulade sur le côté, il se retrouva au milieu de la pièce et put observer son agresseur. C'était un homme, ou il en avait la forme en tout cas, car on ne distinguait pas grand chose à travers la toute aussi lourde armure qu'il portait. Dimitri n'aimait pas ce genre de guerrier, complètement dans leur carapace, totalement pataud. Lui préférait les combats rapide et plus vivaces. Ce genre d'affrontement, c'était plus quelque chose de chevalier. Et il avait justement la coéquipière rêvée pour ça.

« Ilianie, ça a l'air d'être un chevalier, je pense que ce combat est dans tes cordes. Je te laisse décider de la stratégie, dis moi en quoi je pourrai t'aider et quand ! »

Sur ces paroles, Dimitri se mit en position de combat, attendant la faille qui lui permettrait de se débarrasser de l'ennemi.

_________________

« Quel cri entends-tu au fond du monde ? Une autre vie nous incombe à tous.
Laquelle ? Qui seras-tu quand tout s'effondre et quand la fin souffle sur les
tombes.
Je sais, qu'elle nous envolera au-delà. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ilianie Devane

avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 06/06/2012

MessageSujet: Re: Missives Égarées   Dim 9 Sep - 14:19

Ilianie, un peu sonnée, observa Dimitri relever le levier. Elle fit une petit grimace en remarquant le toboggan se transformer à nouveau en un escalier. Vraiment, cette mission était à la fois effrayante et pleine de surprises. Les premières peurs passées, Ilianie commençait à trouver tout ça bien excitant, finalement. Elle ne savait toujours pas si elle sortirait vivante de cette mission, mais l’adrénaline commençait sérieusement à monter. Quels nouveaux pièges les attendaient ? Un regard échangé avec l’ange noir lui permit de comprendre ce qu’il voulait faire : continuer. Evidemment, il n’y avait aucun intérêt à faire demi-tour, et Ilianie ne le souhaitait pas non plus. Ils approchaient du but ! Elle ne savait pas lequel, mais ils approchaient. Elle souhaitait que les cachots mènes aux prisonniers, mais plus elle avançait, plus elle en doutait. Un parano pratiquait peut-être la psychologie de l’inverse… Cela semblait des plus probables.

La porte n’opposa aucune résistance et ils arrivèrent dans une nouvelle pièce. Etrange. Jusque-là, tout avait été piégé. Pourquoi pas cette porte ? Ilianie sentit un frisson la parcourir et laissa son regard détailler la salle. Elle était plutôt large, haute et sombre. Difficile de savoir ce qu’il pouvait se cacher dans les recoins. Ilianie restait sur ses gardes, la main sur le pommeau de son épée. Ce fut à ce moment que Dimitri décida d’engager le dialogue. Etait-ce vraiment le moment opportun ? La zone n’était pas sécurisée ! Mais elle l’écouta tout de même d’une oreille. Ainsi, une herse les avait enfermés. Finalement, même s’ils l’avaient voulu, ils n’auraient pas pu faire demi-tour. Alors que Dimitri terminait en concluant qu’ils n’étaient certainement pas seuls, une voix se fit entendre et Ilianie, vive, dégaina son arme. Elle ne vit cependant pas le coup s’abattre devant Dimitri et fit un bond en arrière sous l’effet de la surprise.

L’homme qui venait de les attaquer portait une lourde armure de chevalier et une épée à deux mains imposante. Un casque à la visière baissée lui cachait le visage, mais il était évidement que l’homme possédait une carrure hors-norme. Il fallait au moins ça pour un aristocrate parano… Dimitri interpella la jeune fille, lui confiant la suite du combat et se mettant sous ses instructions. Facile à dire, elle n’avait certainement pas la moitié de l’expérience de l’homme qui lui faisait face ! Mais, étrangement, Ilianie n’avait pas peur. Elle posa un regard de défi sur l’homme, souriante, et se mit en position de combat. Son esprit tournait à toute vitesse, réfléchissant à un moyen de le neutraliser. Il fallait s’aider de la salle, mais il n’y avait pas grand-chose à disposition qui puisse leur être utile. Dans ce cas, il fallait lui ôter son armure. Pour cela, elle avait deux avantages sur son adversaire : elle était plus agile et elle avait un coéquipier.

L’homme toisa Ilianie, quittant Dimitri du regard, et ricana.

- Penses-tu vraiment que cette fillette peut me vaincre ? Ou comptes-tu l’utiliser comme diversion ?

Ilianie sentit le rouge lui monter aux joues. Fillette ? Diversion ? Et puis quoi encore ? Mais elle ne devait pas réagir aux provocations, elle ne devait pas se précipiter ou se déconcentrer. Il fallait qu’il attaque en premier, car alors il abaissera son arme une fraction de seconde et elle pourrait exploiter la faille de son armure. Elle commença à tourner autour de lui, lentement, le poussant peu à peu à tourner le dos à Dimitri. S’il connaissait les failles des armures, il pourrait sans doute affaiblir l’adversaire. Mais ce dernier remarqua vite le manège de la demoiselle. Il leva son épée et se rua vers elle, bien plus vite qu’elle ne l’aurait cru capable. Elle esquiva de justesse le taureau qui lui fonçait dessus et seul un réflexe lui permis d’éviter l’épée qui frappa là où elle venait à peine de se retrouver. Elle recula vivement, chancelant à moitié.

Il avait anticipé sa réaction, son esquive, et n’avait abaissé son épée qu’au dernier moment. Il avait fait le pari qu’elle partirait sur la droite. Ilianie sentit la peur lui redonner de l’énergie. Si elle ne parvenait pas à prendre l’ascendant psychologique sur son adversaire, il ne ferait qu’une bouchée d’elle. Dans tous les cas, elle allait devoir ruser. Un combat à l’épée ne lui apporterait aucune victoire.

- Pas mal ! Pour un échauffement…

Il se moquait d’elle, encore. Elle recula de quelques pas. Le guerrier était contre le mur, aussi pouvait-il visualiser presque toute la salle. C’était très mauvais pour eux.

*Attaque-moi… Allez, mais attaque-moi !*

Il semblait prendre du plaisir à faire durer la situation. Il savait qu’il avait l’avantage et que ses prisonniers ne pouvaient pas fuir. Il fit tournoyer son épée dans un geste d’arrogance, sourire aux lèvres.

*Maintenant !*

Ilianie prit de l’élan et se laissa glisser à terre sur une cuisse pour aller frapper l’homme au niveau des genoux. Elle poursuivit sa glissade et se releva à temps pour lever son arme parer un coup d’épée vertical. L’homme avait une telle force qu’elle sentit le choc remonter le long de son bras droit. Elle plia le genou sous la force de son adversaire. Elle ne pouvait plus vraiment bouger sans risquer de se faire couper en deux, et elle n’avait pas la force physique nécessaire pour le repousser. Elle posa son deuxième genou à terre et fit glisser sa lame contre celle de son adversaire, s’approchant de lui. La lourde épée lui frôla le dos alors que l’arme touchait terre, mais cela ne blessa pas la jeune fille. Lâchant sa propre épée, inutile aussi proche de son adversaire, Ilianie lui sauta littéralement à la gorge, le griffant et le malmenant suffisamment pour lui détacher son casque, qui tomba lourdement à terre.

Un visage d’humain, déformé par de graves brûlures, apparut. De courts cheveux roux, des yeux marrons, et une expression de chien enragé. Il ne pouvait pas utiliser son épée si près de son propre corps, aussi laissa-t-il également tomber la sienne pour attraper la jeune fille à la gorge, la soulevant sans peine et l’éloignant de lui. Ilianie, étouffant à moitié, eut juste le temps de lancer un regard à son complice. Le chevalier, prit de colère, semblait avoir complètement oublié qu’il n’avait pas un mais deux adversaires. La tête à nue, il devenait une cible beaucoup plus facile.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Missives Égarées   

Revenir en haut Aller en bas
 
Missives Égarées
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Grands garçons musclés et bronzés
» Les garçons des mangas(Sujet réservé aux filles et Baptiste)
» [ws collective] Les missives de la Cave
» Missives à Cairne
» Vestiaire des garçons

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Céleste Fantaisie :: La Plaine de Céleste :: Eméodia, Empire Infernal-
Sauter vers: