Forum RPG de fantasy médiévale
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

L'avenir des peuples dépendra des peuples.
Le Peuple de l'Avenir, lui, dépendra de l'Avenir...
[Louise Abraham]

Par les Chutes ! Quand il fallait gagner une bataille,
l’Histoire ne retenait pas l’honneur.
L'Histoire retenait le vainqueur.

[Adriano Di Marechialo]

L'amer est l'écume du souvenir.
[Camiy Saint-Syr]

Ils me reprochent d’abuser de la crédulité des gens.
Pourtant, mon métier est semblable à celui du berger:
j’élève des moutons dans le but de les tondre…
[Ometeotl Jahar]

Il vaut mieux se retrouver devant des Orcs en colère plutôt que devant des nobles
et des politiciens.
Quand un Orc veut te tuer, il le fait savoir clairement
et, généralement, sous tes yeux.
[Barry Toothpick]

Miséricordieux, j’avalerai vos supplications, délices de ma victoire !
[Rubis Solime De Babaux]


Le proverbe "Il faut battre le fer tant qu'il est encore chaud" marche aussi avec les elfes...
[Walgrim Grindal]

Litanie de larmes, symphonie en pleurs majeurs.
Rater une mesure, repartir à zéro. Mélodie funeste.
Danse macabre, l’effleurer et puis s’en retourner pleurer.
Seul.
[Sheren]

Il suffit d’un seul regard
entre deux coups de hache et quelques têtes coupées
pour que leurs destins soient scellés à jamais.
[Kalea Grindal]

Ma soif de vengeance s’est tue dans un murmure :

Le silence…
[Cronose]

Le pire n'est pas de mourir, mais d'être oublié.

[Erwan D. Layde]

Il n'existe ni de mauvais, ni de bon,
Seulement des divergences d'opinion.
[Isarus]

La maîtrise d'une épée doit être apprise, exercée et maitrisée. Le jeune apprenti du forgeron ne commence pas
par forger une belle épée
pour le prince. L'apprentie tapissière ne tisse pas le tapis préféré de la reine
avec ses premiers fuseaux.
Ainsi, le rhéteur fait ses premiers discours à son miroir et le soldat se bat d'abord
contre un mannequin, et non contre son ennemi mortel.

[Maël Theirmall]

L'Harmonie passe aussi par la Diversité,
tel le ciel embrasé d'une soirée d'été.
[Laranith]

Un par un, il traîna les corps jusqu’à la falaise et les jeta à la mer afin de leur offrir une sépulture rapide...

Et afin de libérer la clairière de ces putrides émanations. La nature n’avait pas à contempler la folie des hommes.
Elle n’avait pas à supporter la barbarie des êtres qu’elle avait un jour engendré...
[Trucid]

Partagez | 
 

 Ben Colfud

Aller en bas 
AuteurMessage
Ben Colfud

avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 23/09/2012
Age : 27
Localisation : France

MessageSujet: Ben Colfud   Dim 23 Sep - 20:12


Ben Colfud




Nom et Prénom : Ben Colfud

Age : 32 ans

Sexe : Masculin

Ethnie : Humain

Métier ou Statut : Mercenaire & adepte du culte de Sainte Ënn

Description caractérielle :
  • Fidèle envers ses amis
  • Fanatique
  • Têtu
  • Borné
  • Déterminé
  • Pragmatique à outrance
  • Avare
  • Opportuniste
  • Obscurantiste
  • Sens de l'humour & de l'autodérision
  • Fêtard
  • Esprit contradictoire
  • Très grande intelligence
  • Sens du discernement
  • Manipulateur
  • Séducteur
  • Ténébreux
  • Orgueilleux
  • Sincère avec ceux qu'il apprécie
  • Loyal envers ceux qu'il apprécie
  • A l'écoute des autres (que ce soit par compassion ou par intérêt)
  • Sociable
  • Avenant
  • Blagueur
  • Bagarreur
  • Gros buveur
  • Gros mangeur
  • Volonté d'acier
  • Extrêment maniaque
  • Perfectionniste
  • Voyeur


Description physique :
  • Brun
  • Cheveux longs
  • Musclé
  • Yeux bleus
  • Grand (1m89)
  • Pilosité (normale)
  • Pilosité faciale (bouc, moustache... Vous voyez la barbe d'Ezio Auditore ? ... Celle de Satan ? ... Celle de Johnny Depp ? ... Bon regardez l'avatar !)
  • Expression renfrognée sur le visage



Équipements et vêtements :
  • Armure de cuir renforçé portant le symbole de la secte d'Ënn
  • Cape rouge sang
  • Large bouclier d'acier rond frappé du symbole de la secte d'Ënn
  • Tunique de soie noire
  • Pantalon en tissu brun sombre
  • Bottes de cuir
  • Ceinturon de cuir orné de sceaux d'acier en l'honneur de Sainte Ënn
  • Epée longue d'acier
  • Lance en bois avec une pointe en acier
  • Un pendentif en argent représentant Sainte Ënn.


Particularités magiques : Son fanatisme envers sa secte à développé un sens de la détermination et de la volonté lui permettant d'ignorer la douleur en utilisant des facultées magiques qui suractivent la production d'adrénaline dans le corps.

Comment avez-vous connu Céleste Fantaisie : Par top site.

Histoire :
n / a

Mémoires :

Un soleil timide se lève ce matin là sur la forêt qui entoure la moitié de la Catiope. Or, au bord de ce fleuve, ce dresse un petit village bien trop modeste pour porter un nom officiel. Certains l'appelle l'antre des pêcheurs, à cause des pêcheurs de truite qui s'adonnait à leur métier tranquille jadis pour nourrir leurs familles. Le petit village possèdait un moulin et un ponton, ce même ponton sur lequel les pêcheurs pratiquaient leur art d'antan. Ce charmant petit hameau à depuis longtemps perdu ses habitants et sa joie de vivre. C'est désormais un tas de bâtisses délabrées et abandonnées. Quoi qu'abandonné est peut-être un jugement un peu hâtif. Dans certaines demeures, séjournent des bandits qui ont fait de ces lieus leur repaire. Une chèvre broute encore le jardin de son ex-propriétaire désormais absent pour des raisons qui restent obscures. Deux poules picorent le sol non loin de là, au milieu des plumes de leurs semblables décèdées sous les crocs de loups sauvages affamés. Les ronflements des bandits qui logent là semblent ajouter une touche ravissante a ce tableau atypique. C'est alors qu'un coq s'élance fièrement pour bomber son torse, prêt à chanter. Il se met à frétiller en écartant ses ailes comme on banderait un arc. Puis, une caillasse le percute sur le crâne, le faisant jacquetter avant qu'il ne tombe a la renverse inconscient. La voix douce et mélodieuse d'un bandit résonne alors a travers le village :

- Tient ! Ca t'apprendra a pas respecter le sommeil des autres sac à plume puant !

Puis de nouveau le silence. Ou plutôt les ronflements des bandits ponctués par les cris de notre chèvre.

En quoi tout cela nous intéresse-t-il ? Et bien c'est ici que commence notre histoire. Non loin de là, dans une autre maison qui semble un peu moins délabrée que les autres, séjourne un homme ; notre homme. Dernier habitant de ce hameau, dernier en vie de sa famille, cet humain trentenaire semble vivre une vie paisible dans son charmant coin de paradis.

Dans sa chambre, à l'étage de sa maison tout aussi modeste que le reste du village, le grand brun viril a la longue chevelure et a la pilosité faciale d'un charme déjà maintes fois prouvé se réveil dans ses draps blancs. Grognant un peu, il se redresse, le visage marqué par le sommeil, une pâteuse en bouche signe d'une nuit lourde. S'asseyant dans son lit, le draps tombe, le voile glissant sur ses pectoraux et ses abdominaux dévoilant un corps sculpté par l'entraînement au combat. Mesdemoiselles calmez-vous ! Le reste de son anatomie ne sera pas dévoilé ici. Même si au moment où il se lève, nu, on remarquera que son fessier est tout aussi bien bâtit que le reste. Taillé en V, notre héros s'avance pour ouvrir les volets grinçants de sa chambre. Le soleil de l'aube agresse ses yeux et il est forcé de mettre sa main devant son visage le temps de s'habitué a la luminosité. C'est alors qu'il remarque l'un de ses voisins de fortune, le bandit de garde qui avait assomé le coq un peu plus tôt. La crapule, assis sur une caisse de bois dans le jardin d'en face lui envois un signe de main en guise de salutation pleine de politesse.


- Hey ! Bien dormi m'sieur ? Notre grand brun lui envois un geste fort impoli que l'on nommera bras d'honneur en guise de réponse. Ahaha ! Bonne journée m'sieur !

Notre incarnation de la virilité ne lui répondra pas cette fois. Préférant rentrer dans ses appartements pour se préparer. Après un bon bain, le voilà de nouveau dans sa chambre. Il s'approche alors d'un petit bureau de bois où sont disposées des lettres. Une multitude de lettres, toutes adressées à Ben Colfud. Nous connaissons enfin le nom de notre héros ! Appelons-donc notre incarnation de la virilité comme il se doit. Ben tira donc la chaise de son bureau et s'assit pour commencer à lire une de ces nombreuses lettres. Attelons-nous donc à décrire cette illustre chambre. Je vous ferais grâce des rideaux, du tapis, des meubles sans intérêt et de l'équipement entreposé a côté du bureau... Que dis-je ? Mais non c'est ça le plus important ! Il y a cette armure de cuir gravée et décorée ainsi que ce grand bouclier d'acier rond. On notera également la présence d'une tunique et d'un pantalon sombres ainsi qu'une paire de bottes en cuir. Une ceinture est posée sur le tout comme une cravate posée une veste de costume. Contre le mur, se trouvent une épée longue bien disposée dans son fourreau et une grande lance parfaitement aiguisée. Une grande cape rouge sang était soigneusement pliée et posée au sol, au pied du mur. Le tout semblait entretenu avec grand soin, fort méticuleusement. Comme l'ensemble de la chambre d'ailleurs. Le ménage semblait être fait régulièrement. Notre homme viril serait donc une fée du logis ? Voici donc un point fort intéressant pour nos amies de la gente féminine en ayant marre de se faire exploiter au foyer.

C'est finalement sur une lettre en particulier que Ben arrêta son attention. C'était la dernière lettre qu'il avait reçu de sa soeur, une dénommée Cylia. La lettre disait que son dernier voyage s'était bien passé et qu'elle avait eut la joie de répandre la grâce d'Ënn sur de nombreux lieux, espérant rentrer pour l'hiver. Mais cette lettre datait de plusieurs années déjà. Ben soupira en relisant les détails de cette lettre. Il releva sa tête pour regarder son reflet dans le miroir accroché sur le mur au-dessus de son bureau. Son regard vide se plongea dans ses yeux bleutés. Dans son peignoir blanc, il fronça ses sourcils. Ses pensées se mirent alors a exploser. Et si il partait lui aussi ? Et si il quittait le vestige du foyer du passé ? Il était évident désormais que plus personne ne reviendra ici. Lui, Ben, gardien d'un sanctuaire que plus personne ne visite sauf lui se posait l'ultime question. Allait-il lui aussi partir pour le grand pélerinage ? La réponse à cette question se trouva dans la façon dont il froissa la dernière lettre de sa soeur avec ce regard plein de volonté et de détermination qu'il se jetait à lui-même. Il posa la boule de papier sur le bureau et tira le premier tiroir de droite. Sans surprise, il ne trouva rien.

Il se leva, attrapa sa lance et fit le tour de sa chambre pour s'arrêter à côté de son lit. Il compta les planches du parquet. Une, deux et trois. D'un coup sec, il explosa la planche avec le bout de sa lance. Il s'agenouilla, tenant sa lance comme une canne et fouilla dans les débris pour en sortir une petite bourse. Celle-ci contenait une dizaines de Louises d'or, et quelques Louises de bronze et d'argent. Il soupira et ferma la bourse avant de la jeter vers le reste de son équipement. Il défit ses draps avec violence et prépara quelques affaires. Il fit son baluchon qu'il noua autour de sa lance et s'habilla, enfilant son armure, sa cape et tout son équipement. Il sorti rapidement sa lame de son fourreau afin de s'assurer que celle-ci était toujours aussi bien affutée puis, dans ce bruti si significatif de métal, il la rangea au fourreau, à la ceinture. Il noua la bourse pleine de Louises à son ceinturon, plaça sa lance ornée de ce charmant baluchon sur son épaule droite et ouvrit sa porte de chambre pour la quitter.

Il descendit l'escalier de bois et déboula sur le couloir de toute son enfance. Il passa alors devant cette pièce mythique, celle qu'ils appelaient le sanctuaire. Il tourna sa tête vers la statue éclairée par une armée de bougie tout autour d'elle. Ben se tourna alors vers la lueur et pénétra dans le sanctuaire. Il s'avança jusqu'à la statue et se mit alors à genoux. Il posa délicatement sa lance à terre, à l'horizontale, puis il saisit un peu d'encens dans le petit bol prévu à cet effet qu'il fit brûler dans les flammes des bougies. Ben joignit ensuite ses mains et ferma les yeux avant de prier :


- Sainte Ënn, toi qui sacrifia jadis jusqu'à ta vie pour nous sauver, je me prépare à faire le grand pélerinage à mon tour. Puisse-tu un jour me pardonner pour ainsi ce jour t'abandonner. Je ne te veillerais plus ici mais chaque soir je veillerais à réciter ta sainte parole. Je ne veillerais plus ici, mais chaque jour je défendrais ta cause. Je ne pleurais plus les morts ici, mais je la donnerais avec toi, en ton nom, étant ton bras contre le mal à l'extérieur de ces murs et de ce village qui fut ton berceau. Ta sainte parole, tes principes et ta loi qui sont les miens, je les apprendraient au monde entier. Je voyagerais en ton nom, avec toi, par toi et en toi. Et tes adeptes seront toujours plus nombreux tandis que tes ennemis seront toujours plus faibles et en moins grand nombre, car tant que je vivrais je leur arracherais le coeur. Tout comme toi, je serais capable de tous les sacrifices, jusqu'au sacrifice ultime pour défendre le bien et la lumière. Les seules lois qui méritent d'êtres respectées sont les tiennes, les autres ne sont qu'hérésies et ne méritent même pas d'attention. Protège-moi de la tentation et de la faiblesse. Aide-moi à rester fort et impassible devant ce combat qui m'attends. Guide mes pas durant ce voyage dans les ténèbres où je porterais ta lumière. Je suis ton serviteur, adpete et acolyte, chasseur de démon au nom de ma grande et bien aimée Sainte Ënn. Maintenant, et pour les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

Il releva alors la tête vers la grande statue. Il s'agissait d'une dragonne hurlante à la poitrine éventrée avec une figure angélique féminine sortant de son sein tout en arme, brandissant une épée vers le ciel d'un air victorieux. La statue de pierre était lourde de significations pour Ben. Les autres ne voyaient que des allusions simplistes alors que tout le message de Sainte Ënn pouvait être résumé en cette statue. Mais l'heure n'était pas à de pareilles révélations. Notre guerrier se releva, fit un signe de croix, prit son amulette autour de son cou qui repésentait la sainte et l'embrassa avant de ramasser sa lance et de quitter le sanctuaire.

Il arriva alors dans sa cuisine, toujours aussi modeste où il ouvrit un autre tiroir pour récupérer une carte et une boussole. Il ouvrit la carte et son doigt passa alors de la ville de Lysimaque à Port-Ecume avant de remonter la Catiope jusqu'à Louise. Il roula la carte et fourra la boussole dans une poche avant de quitter son humble demeure, emportant quelques vivres comme du pain, du vin, quelques fruits, du fromage et de beaux morceaux de viande qu'il enveloppa soigneusement.

Une fois dehors, le bandit de garde lui fit signe alors que ses camarades dormaient toujours à poing fermé.


- Alors m'sieur ! Vous partez encore à la chasse ?
- Oh oui ! La chasse de toute une vie.
- Ahaha ! Ramenez-nous donc une bonne pièce d'viande ! Je verrais contre quoi on peux vous l'échanger ! Vous chercher quoi comme animal cette fois ?
Ben s'arrêta dans son élan, tournant le dos à son interlocuteur. Il répondit froidement, tournant a peine le visage vers le mécréant :
- Des démons.

N.B : C'est bien la première fois que je vois un forum rp qui ne demande pas l'histoire du personnage. C'est tout à votre honneur en matière d'originalité. Par contre faire des listes pour la descriptions physique et psychologique j'avoue que j'ai vraiment lutté... Par contre ! La où je gueule, c'est votre maudite interdiction qu'on les membres de moins de sept de jour de poster des liens extérieurs au forum ! je peux pas mettre ma mise en page rp du coup avec mon tableau et mes petites flaflammes sur les côtés ! *boude*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isarus

avatar

Messages : 45
Date d'inscription : 02/03/2012

MessageSujet: Re: Ben Colfud   Ven 28 Sep - 22:49

Ben mon bon Ben ! Je m'occupe enfin de toi.
Tout d'abord l'ami, je te remercierai de ta patience exemplaire, et de ta plume délicate.

Tu l'auras compris, j'aime beaucoup comment tu nous présentes ton personnage. Les gens qui s'adressent directement aux lecteurs c'est mon "kiff". Il est drôle de voir que ce bon Ben est un homme sensible sous sa carapace de pectoraux et abdominaux. Écriture fluide et efficace, pas beaucoup de fautes, moins que moi en tout cas et SURTOUT, je vois que tu as été attentif au contexte. Tu réutilises les noms des lieux de la carte et c'est un bon point pour toi.

Passons maintenant aux points noirs, qui ne sont que des chipotages, pas d'inquiétude.
Tout d'abord deux répétitions :

Bandit, au début de ton texte qui revient souvent. Tu pourrais peut-être alterner un peu ? Car je trouve que ça alourdit ton texte, et je me suis pris à relire plusieurs fois les phrases en me perdant un peu.

La seconde, "lettre", dans le passage avec la lettre de sa soeur. Là aussi tu pourrais en remplacer au moins un par "missive" ou que sais-je encore. Voila pour les deux répétitions, comme je te disais c'est plus du chipotage qu'autre chose.

Les anachronismes maintenant !

Premièrement : "Une ceinture est posée sur le tout comme une cravate posée une veste de costume."

À savoir que la cravate a été nommé pour la première fois en 1666 par Louis XVI, qui appela un régiment de cavalerie légère qui portait cet attribut " Les Royal Cravates. " ( Oui, je dois dire merci à Wikipedia, mais au moins nous apprenons tout deux ! x) ). Tu comprendras bien que ce mot n'a donc pas sa place dans un récit comme le tiens, qui se situe clairement en fin de moyen-âge selon le contexte.

Le deuxième : Le mot peignoir, qui après quelques petites recherche m'indique qu'il a fait son apparition à la fin du XVI ème siècle. Je t'avouerai qu'en soit le mot ne m'a pas choqué, vraiment pas du tout, c'est plutôt la façon dont il est utilisé. Ben qui se regarde dans le miroir en peignoir, ça fait vachement contemporains et ça me mets en tête des images de série B sur l'homme torturé face à son reflet quand il sort de sa douche... Et un peu de DSK aussi, mais passons ! Un simple linge était suffisant, mais ce n'est là que mon avis encore une fois.

Passons à ta secte maintenant !
Quelle idée génialissime, c'est ce qui nous manqué à vrai dire, un fanatique d'un culte complétement obscur et inconnu ! Ça m'plait bien ! J'ai adoré la petite prière qui va avec, et bien sûr, en temps qu'administrateur j'aimerai quand même en savoir un peu plus sur ce culte. C'est donc pour ça que je te demande : Pourrais-tu écrire quelque chose sur ça ? Un petit descriptif de façon à ce qu'elle soit pleinement intégrée à l'histoire de Céleste et pourquoi pas, si elle est bien ficelée, offrir la possibilité aux nouveaux membres de choisir ce culte. Qu'est-ce que tu en pense ?



Pour finir donc, un grand bravo car tu es



Mets moi un mp ou répond ici même pour me dire ce que tu penses de mon commentaire, histoire de savoir si tu comptes modifier les quelques petites choses que j'ai pointé du doigt.








_________________
Il n'existe ni de mauvais, ni de bon,
Seulement des divergences d'opinion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ben Colfud

avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 23/09/2012
Age : 27
Localisation : France

MessageSujet: Re: Ben Colfud   Sam 29 Sep - 20:59

Alors, tout d'abord merci de ta validation ! =)

En ce qui concerne les répétitions, je note et ferais attention la prochaine fois ! Merci du conseil !

Mais pour les anachronismes, j'avoue avoir hésité a utiliser ces images et ces termes, mais en fait il faut le voir comme un texte d'heroic fantasy écris de nos jours, s'adressant donc à un lecteur contemporain. Je compare donc sans complexe des objets contemporains qui n'existaient pas encore a cette époque médiévale avec des objets de cette période moyenne âgeuse. Ce qui fait que je comprends ton raisonnement, cependant faudra s'habituer, ça m'arrive souvent ^^

Je suis très touché que mon idée de secte soit aussi bien accueillie ! Pour le moment je suis en weekend mais je t'envoie un descriptif détaillé du culte de Sainte Ënn par MP dès que je suis rentré (soit vers mardi / mercredi) (Oui je préfère par MP, car le culte de Sainte Ënn doit évoluer in RP ! Enfin nous en discuterons en privé a mon retour ! ^^)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ben Colfud   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ben Colfud
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Céleste Fantaisie :: Dans les Grandes Bibliothèques :: Mémoires :: Mémoires Agréés-
Sauter vers: