Forum RPG de fantasy médiévale
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

L'avenir des peuples dépendra des peuples.
Le Peuple de l'Avenir, lui, dépendra de l'Avenir...
[Louise Abraham]

Par les Chutes ! Quand il fallait gagner une bataille,
l’Histoire ne retenait pas l’honneur.
L'Histoire retenait le vainqueur.

[Adriano Di Marechialo]

L'amer est l'écume du souvenir.
[Camiy Saint-Syr]

Ils me reprochent d’abuser de la crédulité des gens.
Pourtant, mon métier est semblable à celui du berger:
j’élève des moutons dans le but de les tondre…
[Ometeotl Jahar]

Il vaut mieux se retrouver devant des Orcs en colère plutôt que devant des nobles
et des politiciens.
Quand un Orc veut te tuer, il le fait savoir clairement
et, généralement, sous tes yeux.
[Barry Toothpick]

Miséricordieux, j’avalerai vos supplications, délices de ma victoire !
[Rubis Solime De Babaux]


Le proverbe "Il faut battre le fer tant qu'il est encore chaud" marche aussi avec les elfes...
[Walgrim Grindal]

Litanie de larmes, symphonie en pleurs majeurs.
Rater une mesure, repartir à zéro. Mélodie funeste.
Danse macabre, l’effleurer et puis s’en retourner pleurer.
Seul.
[Sheren]

Il suffit d’un seul regard
entre deux coups de hache et quelques têtes coupées
pour que leurs destins soient scellés à jamais.
[Kalea Grindal]

Ma soif de vengeance s’est tue dans un murmure :

Le silence…
[Cronose]

Le pire n'est pas de mourir, mais d'être oublié.

[Erwan D. Layde]

Il n'existe ni de mauvais, ni de bon,
Seulement des divergences d'opinion.
[Isarus]

La maîtrise d'une épée doit être apprise, exercée et maitrisée. Le jeune apprenti du forgeron ne commence pas
par forger une belle épée
pour le prince. L'apprentie tapissière ne tisse pas le tapis préféré de la reine
avec ses premiers fuseaux.
Ainsi, le rhéteur fait ses premiers discours à son miroir et le soldat se bat d'abord
contre un mannequin, et non contre son ennemi mortel.

[Maël Theirmall]

L'Harmonie passe aussi par la Diversité,
tel le ciel embrasé d'une soirée d'été.
[Laranith]

Un par un, il traîna les corps jusqu’à la falaise et les jeta à la mer afin de leur offrir une sépulture rapide...

Et afin de libérer la clairière de ces putrides émanations. La nature n’avait pas à contempler la folie des hommes.
Elle n’avait pas à supporter la barbarie des êtres qu’elle avait un jour engendré...
[Trucid]

Partagez | 
 

 Suivre son rêve

Aller en bas 
AuteurMessage
Walgrim Grindal

avatar

Messages : 82
Date d'inscription : 18/03/2012
Age : 26

MessageSujet: Suivre son rêve   Mer 24 Avr - 12:03

Les briques en pierre défilaient à vive allure autour de lui. À la lueur de la torche qu'il tenait devant lui telle une épée transperçant l'obscurité, le couloir ne semblait ne jamais se terminer. Cela faisait des heures qu'il courrait, qu'il tournait en rond, n'arrivant pas à retrouver son chemin dans ce labyrinthe souterrain. Il était complètement perdu mais pourtant, il ne pouvait pas ralentir. Derrière lui, des bruits de pas résonnaient contre les parois et arrivaient à ses oreilles, signe du danger. Ce n'étaient pas ses bottes ni son équipement qui faisaient autant de vacarme. Il ne savait pas exactement combien de poursuivants il y avait, il savait juste que s'il s'arrêtait, il mourait. Cela faisait des heures qu'il tentait de leur échapper … en vain.

Dans sa main gauche, la droite portant la torche, se trouvait un objet qu'il n'avait jamais vu auparavant. C'était une sorte de disque portant des inscriptions incompréhensibles, écrites dans une langue depuis longtemps oubliée ou bien jamais découverte. La seule chose dont il était sûr à propos de cet artefact, c'est qu'il lui attirait déjà pas mal d'ennuis, notamment cette course-poursuite. Pourtant, il avait une autre certitude, une intuition. Cet objet était très important, très puissant, trop pour être laissé dans cet endroit. Même s'il n'avait en apparence rien d'extraordinaire …

Cassant la monotonie de la ligne droite, le chemin se courba légèrement, ce qui provoqua en lui un léger stress, il perdait le peu de visibilité qu'il avait devant lui. À force de tourner en rond, il avait de plus en plus peur de tomber nez-à-nez avec ces créatures qui voulaient sa mort. Depuis qu'il avait récupéré l'objet, elles le poursuivaient. C'étaient les gardiennes du temple, liées magiquement à cet objet, incapables de perdre sa trace, même dans les dédales de pierres et de terre, et malgré les efforts du nain pour s'en sortir. Mais il avait encore un peu d'espoir. Il arrivait pourtant au bout de ses forces et de sa légendaire endurance. S'il ne trouvait pas une solution bientôt, il devrait faire face, seul avec sa fidèle hache.

Heureusement, un miracle se produisit. Au détour d'un virage plutôt serré, une grande source de lumière éclipsa totalement la faible lueur projetée par la torche. L'espoir regagna son cœur. Une potentielle porte de sortie était devant lui, il n'avait plus qu'une centaine de mètres à parcourir. Il accéléra encore, pressé de sortir d'ici. La lumière l'éblouissait de plus en plus et finissait par l'aveugler. Cela ne l'empêchait pas de continuer à courir, les monstres étant toujours à ses trousses.

Au moment où il se retrouva à l'extérieur, ses premiers réflexes furent de respirer un grand bol d'air frais et de fermer les yeux pour les protéger du soleil. Ce dernier geste faillit lui coûter la vie. Lorsqu'il les rouvrit, il put voir que devant lui s'étendait le Grand-Vide, à perte de vue, à gauche, à droite, tout autour de lui. Prises dans leur élan, ses jambes ne lui obéissaient plus et il préféra se jeter à terre pour s'arrêter plutôt que de tomber. Le frottement et les écorchures lui arrachèrent une grimace mais ce fut avec soulagement qu'il sentit le sol sous son corps après quelques mètres de glissade. En se relevant, il se rendit compte qu'il n'était vraiment pas passé loin de la chute, quelques centimètres de plus à peine, et il aurait été mort.

Il ne relâcha cependant pas son attention et observa les alentours. Loin de s'améliorer, la situation semblait au contraire s'empirer pour lui. Il était totalement coincé, sur une espèce de petite corniche, encore pire que lorsqu'il était dans le labyrinthe. Avant même qu'il puisse penser à rebrousser chemin, l'étroit passage qu'il venait d'emprunter était bloqué par les créatures. Quant à s'enfuir en escaladant la paroi extérieure, ce n'était même pas envisageable, le nain n'avait plus assez de force, et le haut était si loin, tellement inaccessible …

Toutes lames dehors, les montres approchaient. Ils étaient des dizaines, et il continuait d'en arriver, en continu. Peu importe combien il arriverait à en tuer, il savait que d'autres prendraient leurs places. Lâchant sa torche qui était éteinte depuis sa sortie de la grotte mais qu'il continuait de serrer dans sa main par réflexe, il dégaina sa hache. L'artefact en forme de disque était toujours dans son autre main. Il le regarda pendant quelques secondes, se demandant quel genre de pouvoir pouvait-il bien posséder … et comment les invoquer.

Bien décidé à se battre, mais sachant que la lutte serait perdue de toute façon, il approcha le disque de son corps, le mit au niveau de son cœur et espéra pouvoir s'en sortir grâce aux prétendus pouvoirs qu'il imaginait, que son intuition sentait. Les créatures continuaient d'approcher, inexorablement, lentement maintenant qu'elles savaient qu'elles avaient coincé l'intrus. Elles étaient beaucoup trop confiantes.

Alors qu'il ne restait plus que quelques mètres à parcourir, le nain sentit une énergie sombre l'envahir, prendre possession de son cœur, de son âme. Une douleur fulgurante parcourut tout son corps, mais il ne pouvait plus bouger, ni pour éloigner l'artefact de lui, ni pour se tordre de douleur. La seule chose qu'il put faire, c'est crier cette souffrance, hurler pour essayer de l'apaiser. Il n'avait jamais rien connu de plus intense et désagréable dans sa vie, il aurait voulu mourir plutôt que de subir ça une seconde de plus. Mais il ne pouvait plus rien faire. Le Mal s'était emparé de lui.

Les créatures continuaient d'avancer, comme sourdes, insensibles. Elles furent plus étonnées lorsque l'objet magique créa un bouclier invisible autour de son porteur, repoussant tout ce qui trouvait à moins de deux mètres du nain. Quelques unes de ces bêtes tombèrent dans le Grand-Vide, poussées par une force invisible, les autres furent juste tassées dans le long tunnel.

L'étonnement fut de courte durée et comme un seul homme, elles se mirent toute en mouvement, se plaquant contre les parois, créant une sorte de haie d'honneur. Très vite, un des monstres s'avança, plus musculeux, plus fort et sans doute plus intelligent. Le nain, loin d'aller mieux, avait la gorge si nouée devant l'horreur de la scène qu'il avait devant les yeux, avait arrêté de crier. Le chef des montres émit alors une série de son gutturaux, mais pour le nain, des mots intelligibles retentirent clairement dans sa tête. « Vous n'êtes pas prêts, pas assez forts pour maîtriser ce pouvoir. »

La créature tendit la main vers le nain et son bouclier invisible et, sans bouger un cil, le projeta à une dizaine de mètre de là, tout en attirant à elle le disque magique qu'elle attrapa avec sa main tendue. Elle ne prit même pas la peine d'attendre plus longtemps. Elle se retourna et s'enfonça de nouveau dans l'obscurité des tunnels, suivie par toutes les autres de son espèce.

Pour le nain, ce fut le début d'une chute vertigineuse, sans fin, dans le Grand-Vide …


C'est à ce moment-là que Walgrim se réveilla en nage, dans son lit, chez lui. Tout cela n'avait été qu'un rêve, mais il lui avait semblé si réel, si vrai. Il se souvenait de toutes les sensations qu'il avait eu, de toute la douleur qui avait parcouru son corps. Jusqu'au matin, il n'avait pas pu fermer les yeux, trop choqué, ayant trop peur de revivre tout ça.

Tout cela, c'était il y a deux mois … Mais il s'en souvenait encore très bien, comme s'il était en train de le vivre à l'instant. Cela l'avait hanté tous les jours depuis. Sur le pont du navire, le regard perdu dans le vide, il se remémorait son rêve une énième fois. Tout lui paraissait encore très clair, et son instinct lui disait qu'il était sur la bonne voie.

Une bande de terre montagneuse coincée entre le Grand-Vide et la Mer Songeuse, n'appartenant à personne, telle était sa destination. Il préparait ce voyage depuis quelques semaines, avait réussi à se payer un voyage depuis le port de Lysimaque et avait loué les services de deux porteurs qui serviraient aussi de compagnons d'arme, au cas où. Depuis son rêve, il avait passé pas mal de temps dans les bibliothèques, penchés sur les différentes cartes du monde qui existaient. Malgré le peu d'éléments dont il disposait, il n'avait pas beaucoup hésité. Son instinct lui avait tout de suite fait désigner cet endroit.

À présent, il avait toujours les mêmes certitudes, la seule différence étant que le moment fatidique approchait. La côte était en vue, ils allaient débarquer dans la journée. Walgrim sentait l'excitation et la peur monter en lui. Et si son rêve était prémonitoire ? Il aurait voulu faire demi-tour mais dans ce cas, il serait hanté le reste de sa vie, comme une malédiction pour avoir vu cet objet en rêve. Il devait se libérer.

Le vent leur était favorable, ils avançaient à bonne allure. Le soleil brillait haut dans le ciel, réchauffant l'air et rendant la traversée tout à fait agréable. Cela changeait des quelques jours au début du voyage où le vent glacial balayait la mer près de Lysimaque et avait frigorifié tout l'équipage réfugié dans les cales. À part ça, le voyage s'était excellemment bien passé. Mais il arrivait à son terme …


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Suivre son rêve
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Suivre ses origines
» Un example a suivre
» Laisse-moi te suivre, laisse-moi m'enfuir [pv Chichi]
» Explications et marche à suivre
» Haiti instabilité: Obama devrait-il suivre les traces de Bush et Roosevelt?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Céleste Fantaisie :: La Plaine de Céleste :: Les Cités Libres-
Sauter vers: