Forum RPG de fantasy médiévale
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

L'avenir des peuples dépendra des peuples.
Le Peuple de l'Avenir, lui, dépendra de l'Avenir...
[Louise Abraham]

Par les Chutes ! Quand il fallait gagner une bataille,
l’Histoire ne retenait pas l’honneur.
L'Histoire retenait le vainqueur.

[Adriano Di Marechialo]

L'amer est l'écume du souvenir.
[Camiy Saint-Syr]

Ils me reprochent d’abuser de la crédulité des gens.
Pourtant, mon métier est semblable à celui du berger:
j’élève des moutons dans le but de les tondre…
[Ometeotl Jahar]

Il vaut mieux se retrouver devant des Orcs en colère plutôt que devant des nobles
et des politiciens.
Quand un Orc veut te tuer, il le fait savoir clairement
et, généralement, sous tes yeux.
[Barry Toothpick]

Miséricordieux, j’avalerai vos supplications, délices de ma victoire !
[Rubis Solime De Babaux]


Le proverbe "Il faut battre le fer tant qu'il est encore chaud" marche aussi avec les elfes...
[Walgrim Grindal]

Litanie de larmes, symphonie en pleurs majeurs.
Rater une mesure, repartir à zéro. Mélodie funeste.
Danse macabre, l’effleurer et puis s’en retourner pleurer.
Seul.
[Sheren]

Il suffit d’un seul regard
entre deux coups de hache et quelques têtes coupées
pour que leurs destins soient scellés à jamais.
[Kalea Grindal]

Ma soif de vengeance s’est tue dans un murmure :

Le silence…
[Cronose]

Le pire n'est pas de mourir, mais d'être oublié.

[Erwan D. Layde]

Il n'existe ni de mauvais, ni de bon,
Seulement des divergences d'opinion.
[Isarus]

La maîtrise d'une épée doit être apprise, exercée et maitrisée. Le jeune apprenti du forgeron ne commence pas
par forger une belle épée
pour le prince. L'apprentie tapissière ne tisse pas le tapis préféré de la reine
avec ses premiers fuseaux.
Ainsi, le rhéteur fait ses premiers discours à son miroir et le soldat se bat d'abord
contre un mannequin, et non contre son ennemi mortel.

[Maël Theirmall]

L'Harmonie passe aussi par la Diversité,
tel le ciel embrasé d'une soirée d'été.
[Laranith]

Un par un, il traîna les corps jusqu’à la falaise et les jeta à la mer afin de leur offrir une sépulture rapide...

Et afin de libérer la clairière de ces putrides émanations. La nature n’avait pas à contempler la folie des hommes.
Elle n’avait pas à supporter la barbarie des êtres qu’elle avait un jour engendré...
[Trucid]

Partagez | 
 

 Erwan D. Layde

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Erwan D. Layde   Dim 18 Mar - 21:17

Nom et/ou Prénom et/ou Surnom : Erwan D. Layde, dit "Layde"

Age : 44

Sexe : Homme

Ethnie : Loup-Garou

Métier ou Statut : Garde rapproché d'un des 7 très célèbres émissaires de l'Ultime Alliance : l'émissaire lycan Sergueï Vikenti

Description caractérielle :
* Curieux
* Aventurier
* Très humain et s'évertue à contenir ses pulsions animales
* Fidèle si la cause est juste
* Alpha(Loup dominant)
* Protecteur envers les siens
* Sûr de lui
* Inspire la confiance


Description physique :
* Brun
* Yeux Bleus
* Cicatrice sur la joue gauche
* Grand


Équipements et vêtements :
* Un armure de cuir et de tissu noirs
* Une épée à la poignée ornée d'une tête de loup.
* Un arc long noir
* Un carquois contenant une vingtaine de flèches

Particularités magiques : /

Comment avez-vous connu Céleste Fantaisie : Bah... Les admins ._.

Histoire :/


Mémoires :

An 974 AS

La pierre s'effrita entre les doigts du Lycan, encore, les quelques arbres qui poussaient en ces lieux semblaient refuser de gagner quelques épaisseurs et les feuilles persistaient à garder cette teinte jaunâtre sombre si jamais elles venaient orner les branches. L'odeur du sang était forte à cet instant et la bête qui sommeillait en lui ne désirait qu'y goûter, mais ces instincts bestiaux étaient à rejeter désormais. Devant tant de carnage, seul le dégoût l'emportait. Sa mâchoire se crispa de rage, les rayons arides de l'astre solaire tambourinait sur son dos et la chaleur était telle qu'il avait dû retirer le haut de son armure pour éviter de l'imbiber. C'était torse nu qu'il parcourait les landes sombres, observant ce macabre spectacle qu'était les résultats d'une guerre pour l'honneur de quelconque seigneur. Les charognards rôdaient partout aux alentours. Des corps mi-dévorés jonchaient le sable alors que hyènes, corbeaux et vautours se repaissaient du festin qui leur était accordé. Une trentaine de toises séparaient le commencement et la fin du champ de bataille. Pourtant toute cette sueur qu'il avait versé et toutes ces pourritures qu'il avait vu lui donnaient l'impression d'avoir fait des lieues. Les minutes passèrent et enfin, au loin, il put apercevoir les murailles de l'Endiablée. Il ne comptait pas y retourner, non, pas après tout ce qu'il s'était passé, mais souhaitait revoir une dernière fois les murs de la cité qui l'avait vu naître. Contrairement à une majeure partie des siens, sa vie n'avait pas débuté dans la bestiale cité de Noire-Frondaison, mais dans la capitale de l'Empire. Il cracha, cracha sur ces terres, cracha sur ce monde corrompu et violent.

«  Cette terre est pourrie. »

***

Il avait loué une chambre dans une auberge quelconque de Port-Abyss pour s'y reposer quelques temps avant de partir. Plutôt dans la journée, il avait discuté avec un capitaine qui, malgré la guerre, entretenait encore quelques commerces avec les différentes villes portuaires. Contre une importante somme d'argent il avait accepté de le mener jusqu'à Port-écume, le dissimulant dans la cale pour que ses marins ne se rendent compte de rien. Que comptait-il faire une fois dans la ville portuaire des hommes? Il n'en savait guère, mais quitter ce pays était pour l'instant son seul objectif.

Une semaine était passée depuis qu'il avait craché sur ses origines, et le chemin s'était étonnamment bien passé pour arriver jusqu'au port. Le lycan s'était embarqué dans une caravane marchande, promettant de la défendre contre des brigands soit-disant nombreux dans le coin.

Il se redressa brusquement et se mit sur ses pieds avant de parcourir à grands pas les quelques toises le séparant de la porte, il l'ouvrit avant de descendre les escaliers. L'ambiance était maussade, quelques roturiers sirotant bières, sang ou Dieu sait quel liquide que les Drows avaient l'habitude de boire. Un besoin d'air frais le démangeant, il sortit de la pièce pour aller s'asseoir sur un banc dans la rue et observer la lune.

La lune, seule source d'intérêt à ses yeux, chaque fois que son regard se posait dessus, elle l'envoûtait. C'était le genre de passions que l'on ne peut décrire avec des mots, il aurait pu passer des heures entières à la fixer si le soleil ne venait pas constamment lui ôter sa place dans la voûte céleste.

Des bruits un peu plus loin heurtèrent son attention, l'arrachant à sa contemplation presque obsessionnelle de la planète. Deux silhouettes, grandes et sveltes, se tenaient face à lui. Des elfes noirs devina-t-il. L'empereur devait avoir retrouvé sa trace, mais rechigné à faire appel à l'armée pour le retrouver. Il avait donc engagé quelques mercenaires.

«  Hé toi ! L'chien, on nous a promis une importante somme d'argent pour t'capture, paraît qu't'étais un important général d'l'armée, un prodige y paraît l'plus jeune général d'sa génération. Moi j'crois bien qu'c'est parce que tous les bons officiers sont tous crevés et qu't'as eu d'la chance. T'as déserté en plein combat, alors que l’ennemi s'tait aventuré loin dans n'terres. T'es un p'tain de lâche, normal pour un clebs quoi ! Alors maint'nant t'vas t'rendre bien sagement s'non moi et Pitt-langue-pendue on va d'voir ramener ton cadavre. »

Il ne bougea pas, déposant juste un regard méprisant sur les deux mercenaires.

«  Alors tu t'bouges ? Si t'viens pas c'moi qui vais v'nir t'prendre ! Allez Pitt on y va ! »

Ils dégainèrent tous deux un cimeterre, arme typiquement Drow, et s'avancèrent d'un pas menaçant vers lui. Sa main saisit vivement la poignée de son épée alors que déjà le premier assaut fusait. Il para sans contraintes, ils n'étaient que des guerriers de piètres qualité. Pourtant il fit durer le ballet, oubliant le bruit que pouvait causer le choc de l'acier contre l'acier, seul lui importait l'excitation que lui importait le combat en cet instant T. Les nerfs du premier ne tardèrent pas à lâcher en voyant tous ses coups parés et ses attaques se firent plus violentes et moins organisées. Le Drushiis tenta vainement de lui infliger une frappe en taille, mais Layde répliqua férocement, arrêtant la lame avec la sienne avant de la passer au travers de la gorge de son adversaire. Malheureusement, il oublia qu'ils étaient deux et au moment où il tentait de reprendre son arme, un cimeterre s'abattit à quelques centimètres de ses doigts, qu'il retira vivement sans avoir pu récupérer son bien du cadavre. Un sourire narquois ornait le visage de son agresseur, un combat gagné d'avance, contre un adversaire à mains nues. Il se rua sur le loup-garou qui, se saisissant du plat de sa lame entre ses paumes, lui envoya un coup de pied dans les parties génitales. Ses doigts se saisirent de la peau sombre de la gorge de son adversaire qui couinait telle une pucelle avant de lui briser la nuque d'un coup de poing.

«  Pas de la chance non, murmura-t-il »


***
Le sème-la-mort débarqua sur le port alors que l'après-midi touchait presque à sa fin, Layde pouvait voir de l'agitation dans le cœur de la ville. Tétanisé, il ne savait plus quoi faire, ses sentiments oscillaient entre le soulagement d'avoir quitté son pays et la peur de ce nouvel endroit. Il s'engagea, d'un pas sur dans l'allée, bien décidé à trouver la source de toute cette agitation. Les passants semblaient se retourner sur son passage, était-ce à cause de ses armes ou de son armure, il n'en savait rien. Il s'était assuré pourtant de n'emporter rien qui ne puisse le trahir une fois à Port-Écume. Lorsque enfin il arriva sur la place principale, il bouscula une femme par inadvertance et alors qu'il lui tendait sa main pour lui proposer son aide, ce ne fut que des bégaiements qu'il reçut :

« Ses... ses... SES YEUX ! C'EST UN DÉMON !  »

Puis tout ne fut plus que confusion. Les gens fuyaient, hurlaient de peur. Il trébucha et se retrouva au sol. Tous ses espoirs détruits à cause de son propre corps, des gardes passèrent à travers la foule et, l'épée à la main s'apprêtèrent à mettre fin à ses jours quand :

« Arrêtez ! »

La voix était forte et impétueuse, et une aura de domination propre aux lycans s'en dégageait. Le déserteur leva les yeux et sitôt qu'il vit celui qui se tenait en face de lui, la bête sembla courber l'échine au plus profond de lui-même. C'était un homme, roux, très fin, à la limite du squelettique, mais son regard dégageait une telle puissance que Layde ne douta pas un instant qu'il était un Alpha. Une question persistait cependant malgré cela, que faisait un loup-garou en terre ennemie ? Une main aux longs doigts osseux se tendit vers lui :

_ Tu es comme moi n'est-ce pas ? Qu'est-ce qui pousserait un des miens à se présenter seul ici à part une envie de changer les choses ? Je peux lire dans tes yeux que tu as vécu l'horreur de la guerre et une profonde envie de changer les choses. Que dirais-tu de m'aider à construire l'avenir de notre peuple ?


Dernière édition par Erwan D. Layde le Mer 28 Mar - 16:55, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Isarus

avatar

Messages : 45
Date d'inscription : 02/03/2012

MessageSujet: Re: Erwan D. Layde   Dim 18 Mar - 23:13

Bienvenue à toi, Layde.

Tu as donc l'honneur d'avoir posté les premiers mémoires sur Céleste Fantaisie.

* J'ai bien lu ton texte, et je te félicite pour la qualité de ta composition. Surtout, évidemment, lorsque que l'on connaît ton "vécu" Very Happy. Tes références au contexte sont justes (Port-Abysse en royaume infernal, son empereur, Port-Ecume en royaume humain) ce qui prouve que tu as pris le temps de lire les divers écrits de nous autres conteurs. Tu as même eu l’originalité de te servir du calendrier en faisant dérouler ta scène 24 ans avant l'époque actuelle, pendant les dernières années du Caprice des Peuples.

* Malgré quelques phrases trop longues, quelques erreurs d'accord ou de ponctuation par-ci par-là, ce texte reste agréable à lire. Peut-être, néanmoins, que la scène de combat entre les deux mercenaires drows et ton lycan est un peu trop téléphonée. On s'y attend malheureusement. Scène un peu trop classique donc.
Le passage également de l'arrivée de Layde dans Port-Ecume est crédible, dans le sens où les humains ne sont pas habitués à cette époque à croiser un drow.
Cependant, le fait que ton perso rencontre l'émissaire de l'Ultime Alliance par pur hasard est un peu... troublant. Une coïncidence qui fait bien les choses. Peut-être trop bien d'ailleurs. Mais après tout, la limite est fixée à 2 pages word maximum pour la rédaction des mémoires, ceci peut donc expliquer cela.

* Tu parles aussi de dunes aux alentours de la capitale Endiablée. Sache qu'il n'y en a pas. Le paysage là-bas est aride, certes, mais une terre oxydée, aux teintes ocres voir même rouges, accidentée par de nombreux canyons, failles, falaises et cratères compose la Lande aux Météores.

* Fais attention également à faire des phrases moins longues. N'hésite pas à les couper. Des petites phrases, par exemple, peuvent permettre une accélération du rythme de lecture. Tandis que de longues phrases ont tendance à ralentir, parfois même à alourdir une ambiance.

* Dans ce qui suit, j'ai pris le temps de souligner les quelques imperfections que j'ai pu trouver dans ton texte. Je ne suis pas infaillible alors certaines sont sans doute passées au travers de mes filets.
Le rouge désigne les erreurs. Le vert, quant à lui, offre quelques propositions, quelques suppositions d'amélioration.

Je te mets pour l'instant en attente, le temps que tu corriges ces quelques détails.
( Ajoute peut-être un peu de couleur aussi, ça pourrait égayer le tout. Simple opinion ! Laughing )

Spoiler:
 

_________________
Il n'existe ni de mauvais, ni de bon,
Seulement des divergences d'opinion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Erwan D. Layde   Lun 19 Mar - 21:47

C'est corrigé :p
Revenir en haut Aller en bas
Isarus

avatar

Messages : 45
Date d'inscription : 02/03/2012

MessageSujet: Re: Erwan D. Layde   Mar 20 Mar - 13:20

J'ai édité ton métier, afin que la phrase soit plus compréhensible et plus complète.
Bienvenue parmi nous.
Te voilà...


_________________
Il n'existe ni de mauvais, ni de bon,
Seulement des divergences d'opinion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Erwan D. Layde   

Revenir en haut Aller en bas
 
Erwan D. Layde
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Erwan Daermon Do'Layde
» erwan no galerie
» Répartition d'Erwan Gourmelin (fiche refusée)
» Galerie d'Erwan [oui c'est ma 4em galerie]
» Erwan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Céleste Fantaisie :: Dans les Grandes Bibliothèques :: Mémoires :: Mémoires Agréés-
Sauter vers: