Forum RPG de fantasy médiévale
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

L'avenir des peuples dépendra des peuples.
Le Peuple de l'Avenir, lui, dépendra de l'Avenir...
[Louise Abraham]

Par les Chutes ! Quand il fallait gagner une bataille,
l’Histoire ne retenait pas l’honneur.
L'Histoire retenait le vainqueur.

[Adriano Di Marechialo]

L'amer est l'écume du souvenir.
[Camiy Saint-Syr]

Ils me reprochent d’abuser de la crédulité des gens.
Pourtant, mon métier est semblable à celui du berger:
j’élève des moutons dans le but de les tondre…
[Ometeotl Jahar]

Il vaut mieux se retrouver devant des Orcs en colère plutôt que devant des nobles
et des politiciens.
Quand un Orc veut te tuer, il le fait savoir clairement
et, généralement, sous tes yeux.
[Barry Toothpick]

Miséricordieux, j’avalerai vos supplications, délices de ma victoire !
[Rubis Solime De Babaux]


Le proverbe "Il faut battre le fer tant qu'il est encore chaud" marche aussi avec les elfes...
[Walgrim Grindal]

Litanie de larmes, symphonie en pleurs majeurs.
Rater une mesure, repartir à zéro. Mélodie funeste.
Danse macabre, l’effleurer et puis s’en retourner pleurer.
Seul.
[Sheren]

Il suffit d’un seul regard
entre deux coups de hache et quelques têtes coupées
pour que leurs destins soient scellés à jamais.
[Kalea Grindal]

Ma soif de vengeance s’est tue dans un murmure :

Le silence…
[Cronose]

Le pire n'est pas de mourir, mais d'être oublié.

[Erwan D. Layde]

Il n'existe ni de mauvais, ni de bon,
Seulement des divergences d'opinion.
[Isarus]

La maîtrise d'une épée doit être apprise, exercée et maitrisée. Le jeune apprenti du forgeron ne commence pas
par forger une belle épée
pour le prince. L'apprentie tapissière ne tisse pas le tapis préféré de la reine
avec ses premiers fuseaux.
Ainsi, le rhéteur fait ses premiers discours à son miroir et le soldat se bat d'abord
contre un mannequin, et non contre son ennemi mortel.

[Maël Theirmall]

L'Harmonie passe aussi par la Diversité,
tel le ciel embrasé d'une soirée d'été.
[Laranith]

Un par un, il traîna les corps jusqu’à la falaise et les jeta à la mer afin de leur offrir une sépulture rapide...

Et afin de libérer la clairière de ces putrides émanations. La nature n’avait pas à contempler la folie des hommes.
Elle n’avait pas à supporter la barbarie des êtres qu’elle avait un jour engendré...
[Trucid]

Partagez | 
 

 Ometeotl Jahar, le pouvoir de la Voix

Aller en bas 
AuteurMessage
Ometeotl Jahar

avatar

Messages : 13
Date d'inscription : 22/03/2012
Localisation : Je vais pas le dire...je suis recherché...

MessageSujet: Ometeotl Jahar, le pouvoir de la Voix   Lun 26 Mar - 11:59

Ne murmure donc pas, verte forêt, ma mère,
Ne m'empêche pas de réfléchir.
Demain, je dois comparaître devant ce terrible juge,
Devant le Roi lui-même.
Le Roi m'interrogera:
Apprends-moi, jeune homme,
Avec qui tu as exercé tes brigandages.
Je m'en vais te dire, toute la vérité.
J'ai eu quatre complices:
Le premier, c'était la nuit sombre
Le second, c'était un bon cheval
Le troisième, mon coutelas d'acier
Le quatrième, mon arc dûr à plier.
Les flèches étaient mes émissaires.
Alors le Roi me répondra:
Brave jeune homme
Tu as su voler et tu as su répondre
C'est pourquoi je vais te récompenser.
Tu auras un haut château au milieu de la plaine,
Deux poteaux avec une poutre au travers.


Citation :


Nom et/ou Prénom et/ou Surnom: Ometeotl Jahar

Age: indéterminé (environ 60 ans)

Sexe: masculin

Ethnie: humain

Métier ou Statut: Ex-meneur de la secte dernièrement dissoute «Souffrance» (secte à tendance apocalyptique, classée risque A)

Description caractérielle:
* Avide
* Calculateur
* Avare
* Fourbe
* Menteur

Description physique:
* Cheveux noirs
* Yeux verts (oranges lorsqu’il utilise la magie)
* Petit (environ 162 centimètres)
* Visage glabre
* Teint halé
* Sec
* Incrustations métalliques dans la peau (notamment au visage)

Équipements et vêtements:
* Robe (soutane) rouge
* Sac de cuir noir contenant des parchemins précieux
* Bâton de marche en bois sombre
* Courte dague (dont il ne sait pas se servir)

Particularités magiques: Il maîtrise sa voix au-delà de l’incroyable, et peut s’en servir pour soumettre les esprits faibles, manipuler légèrement les esprits forts, ou encore imiter à la perfection la voix et le timbre d’une personne. Par ailleurs, il étudie les sciences de l’illusion, et peut donc déformer momentanément la réalité pour les sens d’un nombre limité de personnes. Par ailleurs on ne sait pas si ses pouvoirs agissent sur d’autres races que la race humaine.

Histoire:
De sa naissance, ni de son enfance, on ne sait rien. La première fois que son nom est parvenu à nos oreilles, il n’était âgé que d’une trentaine d’années (d’après les archives, vers 965 après le Syncrétisme). D’après nos informateurs, il se faisait passer pour l’héritier du trône de Nastre auprès d’un groupe d’anarchistes extrémistes, et les avait persuadé de tenter un coup d’Etat pour rétablir son pouvoir. Il avait promis en échange de leur offrir le duché de Port-Ecume. Il a apparemment dû faire face à une rébellion interne, et s’est enfuit (destination inconnue). Sur le moment, nous n’avons pas pris cette menace au sérieux. Aussi, nous ne nous sommes pas inquiétés outre-mesure lorsqu’on nous a annoncé la création de la secte nommée «Souffrance». Cependant, en une vingtaine d’années, elle a cru à tel point que certains de ses fidèles s’autorisaient à uriner devant les statues du Roi. Celui-ci, averti par ses fidèles conseillers, a donc décidé de publier un édit interdisant l’appartenance à la susdite secte. Suite à cet édit, il a également fait arrêter le dit Ometeotl Jahr, mais, par un moyen indéterminé, celui-ci a réussi à s’évader. Depuis, il est activement recherché par les forces armées de Nastre.

Farrel Damonz, responsables des archives des prisons de Nastre par la grâce de Sa Majesté le Roi de Nastre, en l’an 996 ap. Syncrétisme


Ô ma tête, pauvre tête
Tête qui a tant servi!
Tant servi, pauvre tête!
Juste trente et trois ans!
Gagné n'as, pauvre tête
Ni profit, ni joie
Ni bonne parole.
Ni grade élevé!
Seulement as gagné, pauvre tête
Deux poteaux dressés
Et traverse de hêtre
Et noeud coulant de soie.


Comment avez-vous connu Céleste Fantaisie? En manipulant la volonté d’un honnête homme, pour l’obliger à me donner l’adresse du forum…

Mémoires

Je ne suis pas fou, je ne deviendrais pas fou. Mon manque actuel de perspicacité et de vivacité d’esprit n’est certainement dû qu’à ces deux longs mois durant lesquels j’ai croupi dans cette prison insalubre du duché de Port-Ecume -ironie du sort, ce duché, je l’avais promis aux anarchistes durant ma première tentative de coup d’Etat. Deux mois passés à déchiffrer les graffitis de mes prédécesseurs (pas des graffitis intellectuels à proprement parler: «LiBERter», «J’ai faim, pitiE!», «MorT au rOI!»), et à réfléchir désespérément à une manière de me libérer. Deux mois au cours desquels j’avais côtoyé la folie –sans jamais y sombrer- et la déchéance –il y a trois semaines, je m’urinais dessus car ma condition physique ne me permettait pas de me lever. Il faut garder à l’esprit que la prison où je me trouve n’est pas une prison ordinaire. Tous les jours, je suis forcé de me lever en même temps que le soleil. On me conduit directement à la salle de torture, où un aimable bourreau m’applique des fers brûlants, me fouette, me montre les cadavres de mes amis… S’il savait que je n’ai jamais eu de véritable ami, il s’éviterait cette peine. Mais, maintenant, je sais. J’ai puisé au fond des ressources de mon art, mais je sais comment ôter ces fers. Je suis physiquement et mentalement épuisé, mais je suis libre -en théorie. Déjà, je me vois reconstruire «Souffrance», de manière moins chaotique. J’emploierais des mercenaires pour me protéger, cette fois. Cette fois, je ne finirais pas en prison, non je ne finirais pas en prison, je ne finirais pas… Maintenant, j’attends patiemment que mon gardien arrive. Ce n’est pas n’importe quel gardien, et je le sais. Je le haïs. Je le déteste. Je l’exècre. Ce gardien-là a été sélectionné pour son moral résistant. J’avais déjà essayé de le manipuler à maintes reprises, mais en vain. Je me heurte toujours à un mur d’une résistance à toute épreuve. Toute mon énergie était passée, les premiers jours, dans des essais infructueux. Et, à chaque défaite, mon gardien me souriait méchamment, dévoilant une dentition irrégulière et jaunie. Et moi, je lui adressais mon sourire devenu dément. Mais je m’interdis de sombrer dans l’abîme incommensurable de la folie. Je ne suis pas fou, je ne suis pas fou, je ne suis… Il arrive! Je me ressaisis. J’adopte une posture confortable, puis je me concentre. La première partie, je l’ai vue et revue dans mon esprit, depuis le jour de l’arrivée. Il entre, et l’illusion démarre. Je me glisse dans les fils malléables du tissage géant qu’est la réalité. Je les déplace, les tisse, les modifie, de sorte qu’en arrivant, le gardien est bousculé par ma copie conforme, qui s’enfuit à toutes jambes. Méfiant, il jette un coup d’œil dans la cellule, mais elle est vide. Vite rattrapé par l’instinct humain, il se précipite à «ma» poursuite. C’est là que mon talent va se révéler nécessaire. J’inspire longuement l’air humide et putride de ma cellule. Je concentre mon esprit dans ma voix, et la modifie par ma seule volonté. Puis je crie. Tout mon corps, toute mon âme, crient en chœur. Je ne pense plus. Je ne suis plus. Seule ma voix est. Elle est tellement puissante en cet instant que l’oreille humaine ne peut plus l’entendre. J’ai poussé ma voix à un tel niveau d’élévation que l’onde n’est plus sonore, mais matérielle. Je la manie avec dextérité, la scinde, puis réunis violemment les deux moitiés. Avec, entre les deux, mes fers. Et mes fers, comme prévu, tombent en morceaux. Alors, je me retire, j’arrête de crier. Je suis épuisé, cassé. Le gardien a laissé la porte ouverte, mais je ne puis plus marcher. Je l’avais prévu. Je me glisse entre les poutres du plafond, et je m’endors. J’y reste cinq jours entiers, sans bouger, tant mon épuisement est grand, mais aussi parce que les soldats sillonnent maintenant la prison. Ils passent toutes les pièces au peigne fin, sauf ma cellule. Ils ne pensent même pas à y entrer, tant l’idée leur semble ridicule. S’ils savaient… Le sixième jour, je suis reposé. La surveillance à l’intérieur de la prison s’est relâchée. Pendant le repas des gardes restants, je sors d’un pas tranquille. Je suis libre! Vous entendez? Vous comprenez? Non, vous ne comprenez pas! Je suis libre!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isarus

avatar

Messages : 45
Date d'inscription : 02/03/2012

MessageSujet: Re: Ometeotl Jahar, le pouvoir de la Voix   Lun 26 Mar - 14:15

Bienvenue à toi Om' !

Laisse moi te dire que j'ai pris un grand plaisir à lire ta fiche. Le personnage est très intéressant et la façon dont il s'évade de la prison est ingénieuse. D'autant plus que tu as une plume qui m'a embarqué avec facilité ! Vraiment agréable.
Le contexte est respecté pour ce que j'en ai lu. Sache que le roi de Nastre se nomme Desmond Ier au cas où Razz
Je me répète, mais ce gourou est un personnage réellement intéressant.


_________________
Il n'existe ni de mauvais, ni de bon,
Seulement des divergences d'opinion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Ometeotl Jahar, le pouvoir de la Voix
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les magistrats du Parquet, membres du pouvoir exécutif ?
» Les femmes noires au pouvoir ...
» HAITI POURQUI ET POURQUOI LES LUTTES POUR LE POUVOIR ?LES E
» HAITI: HISTOIRE, POUVOIR, CONSTITUTION
» Donnons le pouvoir au plus capable! Se pa lajan, Se Volonté

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Céleste Fantaisie :: Dans les Grandes Bibliothèques :: Mémoires :: Mémoires Agréés-
Sauter vers: